Nîmes au temps de Jean-François Séguier

Le nom de Jean-François Séguier reste fortement attaché à sa cité natale, sa « patrie » si présente dans ses écrits et dans ses préoccupations, malgré vingt-trois ans d’absences. Bien qu’il ait affirmé en 1755 à Carlo Alione que la ville n’avait gère changé depuis son départ, la cité Languedocienne avait en réalité connu de profondes transformations, passant de 25 000 habitants à plus de 40 000 dans les années 1770.  Ces trois plans se proposent de restituer « l’espace Séguier », en 1705, année de sa naissance, 1755, année de son retour, et 1784, année de sa disparition.

Nîmes au temps de Séguier

View of Nismes (John Rocques) 1751
Carré d’Art Bibliothèque, 44738. Cliché F. Pugnière

« Vous êtes pour l’antiquité ce qu’était Monsieur de Fontenelle pour l’histoire de la nature ». Lettres du marquis de Méjanes

Le nom de Jean-Baptiste Marie de Piquet, marquis de Méjanes (1729-1786), au même titre que le marquis d’Aubais, reste indissociablement associé à la bibliophilie méridionale au siècle des Lumières. Par testament, en 1786, non sans analogie avec le legs de Séguier en 1778, il donna aux États de Provence les 60 à 80 000 volumes que comptait sa bibliothèque, à la condition qu’elle soit ouverte au public. Ce legs fut ainsi à l’origine des fonds de la bibliothèque municipale d’Aix.

Les 47 lettres de sa main, adressées à Séguier, sont presque toute datées d’Arles en dehors de celles des années 1777-1778, où il exerça l’éreintante charge de procureur du pays de Provence à Aix. Tout, visiblement, n’a pas été conservé. On ignore notamment à quelle date les deux hommes entrèrent en correspondance, la plus ancienne lettre étant datée du 2 août 1768. Ils partageaient visiblement des amitiés communes, notamment celle de Guillaume de Nicolay ou Nicolaï que Séguier connaissait depuis les années 1720. Les deux cités, géographiquement proches, entretenaient par ailleurs des liens étroits comme en témoignent les nombreux Nîmois, et non des moindres, mentionnés par Méjanes à l’occasion de leur passage.

Lire la suite

La passion de l’antique : Séguier et le monde savant arlésien

Le séjour de quelques jours à Arles, que Séguier avait effectué en compagnie de Maffei en novembre 1732, lui avait permis d’apprécier à leur juste valeur l’exceptionnelle richesse des antiquités que conservait encore la cité provençale, même si leur lecture n’avait alors rien d’aisé. La notice qu’il consacra à ces « précieux restes » demeure, de manière significative, une des plus développées et des plus substantielles que l’on puisse trouver dans ses Fragments de quelques notes que je fis en voyageant en France, en Angleterre et en Hollande (Bibl. mun. de Nîmes ms 129). Il avait fait à l’occasion de ce premier séjour la connaissance de l’antiquaire Jean Raybaud, avocat et « archivaire » du grand prieuré de Saint-Gilles, avec qui il ne semble pas avoir noué de relations durables, même s’il efforça d’obtenir une copie de ses manuscrits.

Lire la suite