Séguier et ses correspondants lyonnais

Séguier et ses correspondants lyonnais

Séguier, tout au long de son existence, entretint des relations étroites avec l’ancienne capitale des Gaule, ne serait-ce qu’avec les libraires de Tournes (ms 311 et 312) et les Duplain. Il sut également toujours tirer partie des « occasions » que lui offraient les liens commerciaux étroits existant entre Nîmes et cette cité, particulièrement lorsqu’il résidait à Vérone. Les Castanier, négociants nîmois installés à Lyon, ou l’oncle de Pierre Baux, son plus proche ami nîmois, permirent ainsi la circulation des livres et des lettres par delà les monts à moindre frais, la voie de mer, par Gênes et Marseille, semblant plus onéreuse et paradoxalement plus longue. Après son retour à Nîmes, Séguier s’appuya, surtout dans les années 1760-1770, sur la branche lyonnaise de la famille De Villas, importants négociants dont Séguier connaissait bien les parents nîmois.

Séguier séjourna à Lyon à au moins deux reprises. La visite prolongée qu’il effectua avec Scipione Maffei du 1er au 6 janvier 1733, lui permit de relever un grand nombre d’inscriptions, s’intéressant notamment au peu que l’on pouvait voir de l’ancien théâtre dans la vigne des minimes (il ne fut identifié qu’en 1887, les dégagements débutant seulement en 1933). Maffei s’intéressait alors à l’autel taurobolique, trouvé en 1704, pour mieux réfuter l’interprétation qu’en avait donné le Père Hardouin en 1725. Continuer la lecture

Etat des transcriptions (Lettres conservées à Nîmes), septembre 2017

Pour connaître l’état des transcriptions des fonds nîmois : Corresp sept 2017

En cours de transcription : lettres de Robert de Paul de Lamanon, de Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes et de Karl Julius Schlaeger (une des rares où correspondances passives et actives ont été conservées en totalité).