La thermomanie des Lumières: la correspondance entre Séguier et Jean Gaussen

Né à Montpellier en 1737 dans une famille du grand négoce protestant, Jean Gaussen nourrit une passion commune à d’autres de ses contemporains : la thermométrie. Comparer les mesures effectuées à l’aide des différents thermomètres qui sont alors en circulation, étalonner les appareils à esprit de vin ou à mercure, rassembler les observations réalisées aux quatre coins du globe et à l’occasion des grandes expéditions : c’est à ces activités qu’il consacre ses journées, au moment où la correspondance avec Séguier permet de le saisir à l’œuvre, à la fin des années 1770. Il entretient alors avec le savant nîmois un échange relativement bref, mais très intense : pas moins de quarante-six lettres parviennent à Nîmes entre mars 1778 (incipit de la relation) et février 1780. Lire la suite