En ligne: correspondance entre Séguier et Augustin Bonet

Originaire de Castres, Augustin Bonet (1717-1772) est chantre au chœur de la cathédrale de Montpellier. C’est également un érudit, auteur d’un Dictionnaire languedocien resté manuscrit. Il entretient avec Séguier une courte correspondance, resserrée dans le temps (juin 1763-octobre 1764), dont on n’a conservé que les sept lettres de Bonet, réparties entre un volume alphabétique (BMN, ms. 138) et un recueil thématique sur l’histoire de Nîmes (BM Nîmes, ms. 210, incluant les deux lettres en français relatives à Antoine Arlier). Lire la suite

En ligne: correspondance entre Séguier et Richard Bouquier

Originaire de Martigues, Richard Bouquier s’est fait un nom dans l’histoire érudite locale pour avoir reclassé les archives de Nîmes au milieu du XVIIIe siècle. Ce n’est pas à cette époque que les deux hommes se sont connus – Séguier était alors à Vérone – mais quelques années plus tard, en 1760, lorsque Bouquier lui fait part de ses doutes à propos d’une inscription nîmoise reproduite dans l’Histoire de Nîmes de Ménard. La correspondance entre les deux hommes est très resserrée dans le temps (1760-1764), de taille réduite et relativement bien conservée : neuf lettres, dont six de Séguier à Bouquier (BM Aix-en-Provence, ms. 913) et trois de Bouquier à Séguier (BMN, ms. 135). La manière dont les lettres nous sont parvenues illustrent les différentes modalités de la « mise en archives » des correspondances savantes : celles de Séguier à Bouquier sont insérées dans un des sept volumes des « papiers Bouquier », mélanges relatifs à l’histoire de la ville d’Arles, qui finissent dans la bibliothèque du marquis de Méjanes ; celles de Bouquier à Séguier sont rassemblées dans un des volumes de la correspondance classée par ordre alphabétique[1]. Lire la suite