En ligne : Les lettres d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville

Le nom d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville (1680-1765) reste attaché à sa Théorie et pratique de jardinage, publié en 1712, et plus encore à sa Conchyliologie, qui connaît trois éditions, en 1742, en 1757 (inachevée) et en 1780 (édition posthume augmentée par les Favanne père et fils)[1].

Séguier et Dezallier d’Argenville entrent en correspondance par l’intermédiaire du président François-Xavier Bon (un parent de la mère de Séguier, que d’Argenville a rencontré lors de ses études de droit), et de l’incontournable Mme de Verteillac. Séguier avait évoqué avec cette dernière les travaux de D’Argenville ; un billet du savant parisien, inséré dans une lettre de la comtesse, enclenche la correspondance. Le billet n’a pas été conservé (il était sans doute joint aux lettres de Mme de Verteillac, qui ont été perdues), mais Séguier a gardé la minute de la première lettre qu’il envoie au naturaliste. S’ensuit une riche correspondance (31 lettres entre 1748 et la mort de d’Argenville, en 1765), visiblement bien conservée.

Les échanges relatifs aux pétrifications sont particulièrement nourris. Lire la suite

Séguier, restaurateur de la Maison Carrée

Maison Carrée, Charles Clérisseau, Recueil d’antiquités. Monuments de Nîmes, 1778.

De 1778 à 1781, Séguier, pourtant âgé, perclus de rhumatismes et sujet à un érysipèle envahissant, mena à bien la restauration de la Maison Carrée de Nîmes, dont il avait par ailleurs restitué l’inscription à la fin 1758 *. Le manuscrit 115 de la Bibliothèque de Nîmes conserve une grande partie de la correspondance et des pièces comptables de l’opération que Séguier mena à bien non sans mal, tant sa santé s’avérait fragile.

Dès 1777, à la demande du comte de Périgord, commandant en chef en Languedoc, et des consuls de la ville de Nîmes, Séguier dressa un état estimatif avant d’entreprendre les travaux l’année suivante, avec le soutien des États, qui accordèrent, après un refus initial, un versement de 4000 lt. Séguier s’appuya alors sur le savoir-faire et les connaissances de Gabriel Dardailhon, qui, comme lui, avait beaucoup contribué aux travaux de Clérisseau dont le Recueil d’antiquités parut en 1778. Lire la suite

Deux manuscrits retrouvés…

Relevé des découvertes de la Fontaine, ca 1740. BM de Nîme, ms 542.

L’exhumation, dès mai 1739, des vestiges de l’Augusteum * de la Fontaine, à Nîmes, donna matière très tôt à une riche production littéraire au sein du monde antiquaire, un premier compte-rendu des découvertes étant présenté devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres la même année. Rédigés par le baron de La Bastie et par le président de Bon, ces travaux furent publiés dans le tome XIV de l’Histoire de l’Académie royale, imprimé seulement en 1743. Entre-temps, l’historien Léon Ménard avait publié une lettre en forme d’Observations, adressée au marquis d’Aubais, dans le Mercure de France de juin 1739. Lire la suite