Les amitiés véronaises à l’épreuve de la distance: la correspondance avec le chanoine Giovan Jacopo Dionisi

Après le départ de Vérone et le retour à Nîmes, les relations italiennes de Séguier sont mises à l’épreuve de la distance[1]. Les échanges épistolaires ralentissent, deviennent plus sporadiques, voire s’éteignent, malgré l’oxygène apporté par les voyageurs qui circulent entre les deux pays. Les liens avec Vérone subissent le même sort, d’autant que les relations postales entre la France méridionale et la République de Venise sont particulièrement lentes et difficiles. Lire la suite

En ligne: la correspondance entre Séguier et Guettard

Avec le minéralogiste et botaniste Jean-Étienne Guettard (1715-1786), Séguier entretient une correspondance plusieurs fois raccommodée, qui marque bien l’écart croissant dans la notoriété et les fonctions respectives des deux hommes. On en a conservé dix lettres de Guettard à Séguier, rassemblées dans le volume de la BnF NAF 6568, et quelques lettres de Séguier à Guettard, beaucoup plus dispersées (Staatsbibliothek de Berlin, Bibliothèque centrale interuniversitaire de Clermont-Ferrand, Bibliothèque centrale du Muséum d’histoire naturelle) [1]. Lire la suite

D’Alembert à Nîmes: mémoire d’un voyage

L’une trace de la correspondance entretenue entre Séguier et D’Alembert est conservée à la bibliothèque de l’Institut de France. Les deux hommes se rencontrent à l’occasion du « voyage manqué d’Italie » que D’Alembert fait en compagnie de Condorcet, à l’automne 1770. Les encyclopédistes passent deux fois à Nîmes, en allant vers Montpellier en octobre, puis en revenant vers Marseille en novembre [1]. La rencontre avec Séguier n’a peut-être lieu que sur le chemin du retour, car le Nîmois est informé par son correspondant Roudil de Berriac, qui lui écrit de Carcassonne le 24 novembre 1770, qu’il « étai[t] à Nîmes lorsque M. d’Alembert et M. de Condorcet y passèrent. Ils se rendirent de là à Montpellier où ils ont passé 15 jours chez M. Duché avocat général et ont repris le 2 ou le 3 de ce mois le chemin de Lyon ». Lire la suite

« Homme à rester six mois et un an sans vous faire réponse » : la « correspondance » entre Jean-François Séguier et Camille Falconet.

Le médecin érudit Camille Falconet (1671-1762) est l’une des rencontres les plus importantes faites par Séguier au cours de son séjour parisien, entre janvier 1733 et mai 1736[1]. Comme Séguier le rapporte dans son récit de voyage, « M. Falconet, médecin, qui est de l’Académie des belles lettres, a une bibliothèque bien fournie de livres d’histoire naturelle, des auteurs de belles lettres, de médecine et histoire littéraire. Il me les prêtait les plus obligeamment du monde et on ne peut le faire ni avec plus de grâce, ni de politesse »[2]. C’est dans cette bibliothèque, qui compte à sa mort en 1762 près de 50 000 volumes, que Séguier commence les recherches qui aboutissent à la publication, quelques années plus tard, de sa Bibliotheca botanica[3].

Le gradient de notoriété entre les deux hommes ne facilite pas l’établissement d’une correspondance suivie. Lire la suite

Un bénédictin numismate de Besançon : Pierre-Philippe Grappin

Le bénédictin Pierre-Philippe Grappin (1738-1833), professeur au collège de Saint-Ferjeux près de Besançon, entretient une brève correspondance avec Séguier, bien conservée des deux côtés. Celle-ci commence classiquement par le don de deux ouvrages, portés à Nîmes par le jeune baron Claude de Servières qui rend visite à Séguier en juillet 1782. Il s’agit de deux dissertations qui ont remporté le prix de l’académie de Besançon, les Recherches sur les anciennes monnaies du comté de Bourgogne en 1774 et une dissertation sur l’origine de la mainmorte en 1778. Comme d’autres correspondants de Séguier – particulièrement les plus jeunes – Grappin met en avant la reconnaissance acquise dans les concours académiques comme marqueur de valeur savante. Comme à son habitude, Séguier répond très aimablement : il lit l’opuscule numismatique avec une grande attention, formule des remarques, pose des questions sur les caractères des monnaies. Encouragé, Grappin se lance auprès de ses correspondants dans une grande collecte d’informations sur les médailles gauloises et lui en transmet une « notice ». L’état de santé de Séguier met rapidement un terme à la correspondance. Quant à Grappin, la « faiblesse de sa santé » ne l’empêche pas de vivre jusqu’en 1833.

Un correspondant trop célèbre ? Le numismate Joseph Hilarius Eckhel.

Joseph Hilarius Eckhel (1737-1798) est un personnage central de la « République des médailles » au xviiie siècle. D’abord chargé du musée des monnaies du collège jésuite de Vienne (1771), puis directeur du cabinet des médailles du musée impérial (1774), il est également professeur d’antiquités et de sciences historiques auxiliaires à l’université de Vienne.

Les deux hommes font connaissance lors du passage d’Eckhel à Nîmes, le 24 octobre 1780[1]. Eckhel voyage alors en Europe avec le prince de Galitzine, ambassadeur de Russie à Vienne, qui traîne ses souffrances dans la France méridionale. Le numismate s’arrête à Toulouse, où il rencontre Nicolas Joseph Marcassus de Puymaurin ; il arrive ensuite à Nîmes, impatient de voir la Maison carrée, le pont du Gard et le cabinet de Séguier. La lettre de Marcassus de Puymaurin qui le recommande livre un écho des conversations échangées Lire la suite