En ligne : Lettres de Jacobus Gerhard et Philipp Van Swinden

 

Le mathématicien et physicien Jan Hendrik Van Swinden est aujourd’hui le membre le mieux connu de la dynastie néerlandaise des Van Swinden. Professeur à Franeker, il s’illustra par ses travaux sur le champ magnétique terrestre, tout en développant dans les années 1780 des outils mathématiques afin de faciliter les recensements de population. Séguier appréciait en tout cas sa production, s’efforçant d’acquérir ses publications par l’intermédiaire des frères de Tournes. Il avait bien connu son oncle, Jacobus Gerhard, avec qui il avait entretenu une correspondance suivie dès 1738 avant que la mort de celui-ci n’y mette brutalement un terme en 1741. S’il échangea par la suite quelques lettres avec son frère Philipp, avocat à la Cour de Hollande comme son aîné et père de Jan Hendrik.

Lire la suite

Vient de paraître…

La découverte de l’inventaire de la collection Séguier, dressé en  1793 peu après la confiscation des biens de l’Académie de Nîmes à la suite de la loi du 6 Thermidor an II, a permis de jeter un regard nouveau sur le cabinet Séguier, d’autant que la liasse était accompagnée d’un catalogue de la collection de minéralogie dicté par Séguier à Alexandre Vincens en 1784, quelques semaines avant sa mort. La perte du catalogue des collections d’Histoire naturelle (ms 136)  n’avait pas permis d’évaluer pleinement  jusqu’ici l’importance du cabinet de naturalia que l’on ne pouvait appréhender qu’à partir d’inventaires plus tardifs (1806 et 1816).

http://liame.revues.org/

En ligne : lettres de Joseph-Maximilien Séguier à son frère Jean-François

La longue letBassin de la fontaine 2tre écrite par Joseph-Maximilien Séguier, le plus jeune frère de Jean-François, est un témoignage irremplaçable. Fasciné dès les premiers travaux de creusement par l’abondance des vestiges romains exhumés, il suivit de très près le déroulement du chantier, probablement grâce aux liens de parentèles qui unissaient les Séguier à la notabilité nîmoise. Il rédigea ainsi en février 1740 une longue lettre en forme de mémoire décrivant avec précision les structures et les objets découverts, tout en recopiant avec soin les inscriptions. Bon dessinateur (il avait appris à manier le crayon avec un des frères Natoire dont l’oncle dirigeait les travaux de La Fontaine), il envoya à son frère un plan d’ensemble, malheureusement perdu.

Lire la suite