En ligne : correspondance de Séguier avec Joseph Pellerin et Jules-François-Paul Fauris de Saint-Vincens

Lily Servel vient de mettre en ligne deux ensembles de lettres, dont l’édition critique résulte d’un travail de Master 1 réalisé sous la direction d’Emmanuelle Chapron au département d’histoire de l’Université Aix-Marseille. Le premier ensemble est issu de la correspondance entre Jean-François Séguier et Joseph Pellerin (1684-1782). Il s’agit de vingt-quatre lettres rédigées par Séguier entre le 27 février 1765 et le 18 janvier 1773, conservées aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France (NAF 1074, fol. 167-224). Dix-huit lettres adressées par Pellerin à Séguier ont également été conservées (Bibliothèque Carré d’Art, ms. 150). Le début de la correspondance manque, alors que la fin des échanges est probablement documentée.

Depuis 1745, Pellerin, ancien Premier commis de la Marine pour le bureau du Levant, se consacre entièrement à sa passion des médailles. Érudit et numismate reconnu de son temps, il est celui qui met en place le classement des médailles selon leur provenance géographique, et non plus alphabétique. Il est l’un des précurseurs de Joseph Hilarius Eckhel, reconnu comme étant le fondateur de la science numismatique. Entre 1765 et 1770, les échanges sont très soutenus, puis l’âge très avancé de Pellerin et sa santé défaillante, dont la cécité qui le touche, mettent un terme à la correspondance. Seules deux lettres sont envoyées par Séguier entre 1771 et 1773, ne recevant très probablement aucune réponse. Les discussions tournent principalement autour des travaux de Pellerin, comme les Suppléments aux six volumes de recueils des médailles de rois, de peuples et de villes… publiés en 1765. On peut alors découvrir les querelles qui divisent le monde de la numismatique à cette époque, puisque Pellerin en est l’un des personnages centraux. Les lettres sont également un moyen pour les numismates de partager leurs interrogations à propos de leur travail et de leur collection de monnaies et médailles, ce que Séguier n’hésite pas à faire avec Pellerin. Lire la suite