En lignes : lettres de Jean-Antoine-Hubert Roudil de Berriac

C’est à Jean-François Séguier que Jean-AntoineHubert Roudil de Berriac dédia, en 1772, son Monumentorum galaticorum synopsis, qu’il venait de faire imprimer à Livourne. Fils d’Antoine François Roudil de Berriac, propriétaire de la Manufacture de drap de Cenne-Monestiés et « receveur des tailles, garde ancien des gabelles* » du diocèse de Carcassonne, le jeune homme était entré en correspondance avec l’antiquaire nîmois au milieu des années 1760, la première lettre conservée étant datée du 22 février 1766. Berriac souhaitait en effet concourir au prix de l’Académie des belles-lettres de Toulouse pour l’année 1767. Il s’agissait de déterminer « l’étendue de la partie de la Celtique habitée par les Volques tectosages avant l’entrée des Romains dans leur pays ». Ses attentes ne furent pas déçues. Séguier, qui visiblement connaissait bien son père et qui partageait une amitié commune pour Antoine Albert, docteur en droit et en médecine, procureur du roi à l’hôtel de ville de Carcassonne, répondit à ses demandes au-delà de toute espérance, l’aidant constamment tout au long de la rédaction de la dissertation qui obtint le prix « doublé » de l’Académie en 1767 (il avait été « réservé » en 1764 et annoncé « doublé » pour 1767).

Lire la suite

Journée d’études Projets d’édition numériques de correspondances

Le consortium Cahier organise le 1er avril 2016 une journée d’études du groupe de travail Correspondance, consacrée aux projets d’édition numériques de correspondances, qui fera le point sur un certain nombre de projets comparables au nôtre : édition de la correspondance d’Emile Zola, de D’Alembert, de Gaspard Monge ou de Condorcet. Programme : https://cahier.hypotheses.org/2172#more-2172