En ligne : lettres d’Hubert de Folard

Si le chevalier de Folard est relativement connu, notamment grâce au livre de Jean Chagniot, peu de travaux ont été consacrés jusqu’ici à Nicolas-Joseph Folard (1664 ou 1666-1741), dominicain devenu en 1712 chanoine de l’église cathédrale de Nîmes. « Homme d’esprit et d’une grande érudition » selon Léon Ménard, l’abbé avait recueilli chez lui, à Nîmes, son neveu Hubert de Folard (1709-1799), qui étudia chez les jésuites. Condisciple et ami de Séguier, il entama par la suite une carrière diplomatique. Après avoir participé à la diète de Francfort en 1741, il fut nommé ministre de France auprès des Cercles de Franconie.

C’est en 1748 que Séguier renoua avec son compagnon de jeunesse, Maffei souhaitant faire parvenir à la margravine, sœur de Frédéric II, un exemplaire de sa comédie Il Raguet. Folard mit alors Séguier en relation avec Pierre-Chrétien Wagner (1703-ap. 1764), médecin du prince de Bayreuth, et bibliothécaire et garde du cabinet de curiosités de la margravine. Cette relation devait s’avérer particulièrement fructueuse. Les lettres conservées montrent en tout cas que le ministre de France avait conservé un « tendre et ancien attachement » pour celui qui avait bien connu son oncle, le chanoine, dont Séguier n’eut de cesse de demander des nouvelles à son ami Baux entre 1732 et 1741. Lire la suite

En ligne : lettres de Joseph Bimard de La Bastie-Montsaléon à Séguier

Ayant quitté très tôt le métier des armes, après quatre années seulement de service, le jeune baron de La Bastie se jeta avec passion dès la fin des années 1720 dans l’étude des médailles et des antiquités. Il avait acquis dans ses jeunes années une solide connaissance de la langue latine au collège de Carpentras, puis à Avignon chez les jésuites.

C’est en 1728 qu’il entra en relation avec Séguier par l’intermédiaire du cousin de ce dernier, Raymond Novy de Caveirac (1700-1773), avec qui il préparait l’édition d’un ouvrage sur les antiquités nîmoises qui ne vit jamais le jour. Lire la suite