Jean-François Séguier et la Bibliothèque historique de la France

La première édition de la Bibliothèque historique de la France du père Jacques Lelong (1665-1721) avait été imprimée à Paris en 1719. L’oratorien, bibliothécaire de la maison de Saint-Honoré, avait travaillé pendant plus de trois ans afin de recenser et analyser les grandes collections de pièces relatives à l’histoire de France. Sa mort prématurée, en 1721, avait malheureusement mis un terme à un projet de seconde édition augmentée auquel il travaillait assidûment.

Ses notes et son exemplaire de l’ouvrage surchargé de corrections passèrent toutefois dans les mains de Charles-Marie Fevret de Fontette (1710-1772), conseiller au parlement de Bourgogne, qui les utilisa abondamment pour préparer une nouvelle édition de la Bibliothèque historique. Elle fut publiée en cinq volumes par Jean-Thomas Hérissant, imprimeur du roi, entre 1768 et 1778. Le cinquième et dernier volume ne put toutefois être achevé du vivant de son éditeur. C’est en fait le géographe Jean-Louis Barbeau de la Bruyère (1710-1781), avec qui Séguier était en liaison épistolaire, qui mena à bien l’entreprise en éditant non sans peine la dernière partie de l’ouvrage en 1778. Lire la suite

Les correspondants de Séguier en cartes…

Une première série de cartes localisant les correspondants, ne tenant donc pas compte du volume des lettres échangées, est en cours d’élaboration. Deux périodes ont été distinguées, la première période nîmoise, les années de pérégrination et le séjour à Vérone, soit 1728-1755, puis le retour et l’installation à Nîmes à partir de 1756. Une autre série de cartes, par volume de lettres conservées, devrait voir le jour à terme.

Pour télécharger les cartes :

Correspondances de Séguier

 

En ligne : correspondances échangées avec Antoine Court de Gébelin

La parution entre 1773 et 1782 des 9 volumes du Monde primitif analysé et comparé avec le monde moderne consacra le nom d’Antoine Court de Gébelin (1719-1784), alors modeste censeur royal et disciple de Quesnay. Il travailla en effet pendant plus de vingt ans à l’élaboration d’une œuvre majeure qui resta finalement inachevée tant l’entreprise était démesurée.

L’étude du « monde primitif », devait en fait, selon lui, permettre de remonter à la source des connaissances à travers ce qu’il catégorisait comme « les mots » (les langues) et « les choses » (les traditions, les mythes, les textes, les représentations). S’inscrivant dans la longue quête de la « langue primitive », qui de Locke à Rousseau n’avait cessé de traverser la pensée européenne, il considérait que tout fait culturel revêtait avant tout une dimension métaphorique. Il y avait eu ainsi correspondance étroite entre les mots et les choses, mais la dilution de cette langue masquait désormais toute vérité qu’il s’agissait ainsi de retrouver. Son Monde primitif, selon Anne-Marie Mercier-Faivre, devait ainsi compléter l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en accédant à la compréhension de ces vérités primitives. Lire la suite