Nîmes au temps de Jean-François Séguier

Le nom de Jean-François Séguier reste fortement attaché à sa cité natale, sa « patrie » si présente dans ses écrits et dans ses préoccupations, malgré vingt-trois ans d’absences. Bien qu’il ait affirmé en 1755 à Carlo Alione que la ville n’avait gère changé depuis son départ, la cité Languedocienne avait en réalité connu de profondes transformations, passant de 25 000 habitants à plus de 40 000 dans les années 1770.  Ces trois plans se proposent de restituer « l’espace Séguier », en 1705, année de sa naissance, 1755, année de son retour, et 1784, année de sa disparition.

Nîmes au temps de Séguier

View of Nismes (John Rocques) 1751
Carré d’Art Bibliothèque, 44738. Cliché F. Pugnière

La passion de l’antique : Séguier et le monde savant arlésien

Le séjour de quelques jours à Arles, que Séguier avait effectué en compagnie de Maffei en novembre 1732, lui avait permis d’apprécier à leur juste valeur l’exceptionnelle richesse des antiquités que conservait encore la cité provençale, même si leur lecture n’avait alors rien d’aisé. La notice qu’il consacra à ces « précieux restes » demeure, de manière significative, une des plus développées et des plus substantielles que l’on puisse trouver dans ses Fragments de quelques notes que je fis en voyageant en France, en Angleterre et en Hollande (Bibl. mun. de Nîmes ms 129). Il avait fait à l’occasion de ce premier séjour la connaissance de l’antiquaire Jean Raybaud, avocat et « archivaire » du grand prieuré de Saint-Gilles, avec qui il ne semble pas avoir noué de relations durables, même s’il efforça d’obtenir une copie de ses manuscrits.

Lire la suite

Séguier et ses correspondants lyonnais

Séguier et ses correspondants lyonnais

Séguier, tout au long de son existence, entretint des relations étroites avec l’ancienne capitale des Gaule, ne serait-ce qu’avec les libraires de Tournes (ms 311 et 312) et les Duplain. Il sut également toujours tirer partie des « occasions » que lui offraient les liens commerciaux étroits existant entre Nîmes et cette cité, particulièrement lorsqu’il résidait à Vérone. Les Castanier, négociants nîmois installés à Lyon, ou l’oncle de Pierre Baux, son plus proche ami nîmois, permirent ainsi la circulation des livres et des lettres par delà les monts à moindre frais, la voie de mer, par Gênes et Marseille, semblant plus onéreuse et paradoxalement plus longue. Après son retour à Nîmes, Séguier s’appuya, surtout dans les années 1760-1770, sur la branche lyonnaise de la famille De Villas, importants négociants dont Séguier connaissait bien les parents nîmois.

Séguier séjourna à Lyon à au moins deux reprises. La visite prolongée qu’il effectua avec Scipione Maffei du 1er au 6 janvier 1733, lui permit de relever un grand nombre d’inscriptions, s’intéressant notamment au peu que l’on pouvait voir de l’ancien théâtre dans la vigne des minimes (il ne fut identifié qu’en 1887, les dégagements débutant seulement en 1933). Maffei s’intéressait alors à l’autel taurobolique, trouvé en 1704, pour mieux réfuter l’interprétation qu’en avait donné le Père Hardouin en 1725. Lire la suite

Séguier, restaurateur de la Maison Carrée

Maison Carrée, Charles Clérisseau, Recueil d’antiquités. Monuments de Nîmes, 1778.

De 1778 à 1781, Séguier, pourtant âgé, perclus de rhumatismes et sujet à un érysipèle envahissant, mena à bien la restauration de la Maison Carrée de Nîmes, dont il avait par ailleurs restitué l’inscription à la fin 1758 *. Le manuscrit 115 de la Bibliothèque de Nîmes conserve une grande partie de la correspondance et des pièces comptables de l’opération que Séguier mena à bien non sans mal, tant sa santé s’avérait fragile.

Dès 1777, à la demande du comte de Périgord, commandant en chef en Languedoc, et des consuls de la ville de Nîmes, Séguier dressa un état estimatif avant d’entreprendre les travaux l’année suivante, avec le soutien des États, qui accordèrent, après un refus initial, un versement de 4000 lt. Séguier s’appuya alors sur le savoir-faire et les connaissances de Gabriel Dardailhon, qui, comme lui, avait beaucoup contribué aux travaux de Clérisseau dont le Recueil d’antiquités parut en 1778. Lire la suite

Jean-François Séguier et la Bibliothèque historique de la France

La première édition de la Bibliothèque historique de la France du père Jacques Lelong (1665-1721) avait été imprimée à Paris en 1719. L’oratorien, bibliothécaire de la maison de Saint-Honoré, avait travaillé pendant plus de trois ans afin de recenser et analyser les grandes collections de pièces relatives à l’histoire de France. Sa mort prématurée, en 1721, avait malheureusement mis un terme à un projet de seconde édition augmentée auquel il travaillait assidûment.

Ses notes et son exemplaire de l’ouvrage surchargé de corrections passèrent toutefois dans les mains de Charles-Marie Fevret de Fontette (1710-1772), conseiller au parlement de Bourgogne, qui les utilisa abondamment pour préparer une nouvelle édition de la Bibliothèque historique. Elle fut publiée en cinq volumes par Jean-Thomas Hérissant, imprimeur du roi, entre 1768 et 1778. Le cinquième et dernier volume ne put toutefois être achevé du vivant de son éditeur. C’est en fait le géographe Jean-Louis Barbeau de la Bruyère (1710-1781), avec qui Séguier était en liaison épistolaire, qui mena à bien l’entreprise en éditant non sans peine la dernière partie de l’ouvrage en 1778. Lire la suite