A propos Emmanuelle Chapron

Maître de conférences en histoire moderne, Aix-Marseille Université. Membre junior de l'Institut universitaire de France.

En ligne : correspondance de Séguier avec Rudolf Erich Raspe, bibliothécaire et gardien du cabinet des médailles du landgrave de Hesse-Cassel

En 1772, Séguier échange une brève correspondance avec Rudolf Erich Raspe (1736-1794), conseiller et bibliothécaire du landgrave Frédéric II de Hesse-Kassel, par ailleurs savant aux curiosités larges, auteur de travaux d’antiquariat et d’histoire naturelle, d’une édition des œuvres philosophiques de Leibniz, de traduction des poèmes d’Ossian, et membre honoraire de la Royal Society de Londres. Les deux lettres adressées par Séguier sont conservées à l’Universitätsbibliothek de Kassel (4° Ms. hist. litt. 2), les deux lettres de Raspe à la Bibliothèque Carré d’Art de Nîmes (ms. 249, fol. 29-30).

Le détail des échanges montre les ressorts et les difficultés inhérentes à la circulation des missives dans l’espace européen. Lire la suite

En ligne : lettres de François Rozier à Séguier

Le premier ensemble de lettres mises en ligne ont été les lettres du botaniste lyonnais François Rozier (1734-1793). Ces neuf lettres, écrites à Séguier entre le 2 août 1769 et le 3 décembre 1774, sont conservées à la Bibliothèque municipale de Lyon (ms. Chavaray 791, fol. 4650-4667). Le fonds Charavay a été constitué au XIXe siècle par Jacques et Étienne Charavay, marchands d’autographes d’origine lyonnaise, et donné à la bibliothèque de la ville en 1891 ; on ignore comment ces lettres à Séguier s’y sont retrouvées. Les lettres de Séguier à Rozier n’ont pour le moment pas été retrouvées. Lire la suite

L’édition électronique de la correspondance de Séguier : un point en arrière

séguier

Relativement oubliée depuis la fin du XVIIIe siècle, la figure de Séguier a été redécouverte dans les années 1980. Botaniste, épigraphiste, collectionneur de médailles et de fossiles, le savant a sans doute pâti de son éparpillement disciplinaire et de son incapacité à mener à publication ses immenses recherches manuscrites. La thèse d’Elio Mosele, puis les colloques organisés à l’occasion du bicentenaire de sa mort (1784) et du tricentenaire de sa naissance (1703), ont contribué à un regain d’intérêt autour de cette figure de savant moyen, d’érudit en marge des Lumières. En étudiant ses carnets et sa correspondance, Daniel Roche redonne définitivement à Séguier l’étoffe d’un Républicain des lettres. Dans la foulée de ces travaux, et d’un plus récent colloque tenu à Nîmes (2003), les papiers de Séguier ont fait l’objet de plusieurs travaux ou d’éditions particulières : la correspondance avec le naturaliste Pierre Baux est publiée en 2006 par Samuel Cordier et François Pugnière, les carnets de correspondants et de visiteurs en 2008 par Emmanuelle Chapron.

Un projet plus ambitieux d’édition et d’étude des archives savantes de Séguier prend naissance dans le cadre de l’Institut Européen Séguier (association nîmoise fondée en 2005). Une structure ad hoc, le Comité international Séguier, est mise en place à l’initiative de Gabriel Audisio et se réunit pour la première fois au printemps 2010.

Les premières années du projet ont été consacrées à deux chantiers  Lire la suite

Archives savantes des Lumières

L’objet scientifique sur lequel repose l’existence de ce carnet sont les archives savantes de l’érudit nîmois Jean-François Séguier (1703-1784) : sa correspondance (environ 3000 lettres), ses notes de lecture et de travail, ses carnets de recherche, ses récits de voyage, ses répertoires, ses dessins, ses collections d’antiquités et d’histoire naturelle.