A propos Emmanuelle Chapron

Maître de conférences en histoire moderne, Aix-Marseille Université. Membre junior de l'Institut universitaire de France.

Le médecin Pierre Cusson, ou comment rendre les livres

Dans les années 1770, le médecin et botaniste montpelliérain Pierre Cusson (1727-1783) entretient une correspondance nourrie avec Séguier. Trente-deux lettres témoignent des relations nouées entre 1770 et 1777, à l’intérieur d’une correspondance qui a sans doute été beaucoup plus fournie et dont on n’a conservé que les lettres de Cusson, ainsi que deux brouillons de Séguier. Les lettres sont rassemblées sans ordre dans le ms. 94 de la Bibliothèque municipale de Nîmes, dans un dossier qui porte une annotation liminaire de la main de Séguier : « hist. naturelle / Cusson » (fol. 155).

Au moment où il entre en communication avec Séguier, Cusson exerce depuis 1767 les fonctions de vice-professeur de botanique à la faculté de médecine de Montpellier : « chargé depuis 2 ans de faire le cours de botanique, j’ay trouvé tant de difficulté à donner les caractères des genres des plantes ombellifères à mes auditeurs que je me suis décidé à travailler cette famille épineuse » (31 août 1770). Lire la suite

La thermomanie des Lumières: la correspondance entre Séguier et Jean Gaussen

Né à Montpellier en 1737 dans une famille du grand négoce protestant, Jean Gaussen nourrit une passion commune à d’autres de ses contemporains : la thermométrie. Comparer les mesures effectuées à l’aide des différents thermomètres qui sont alors en circulation, étalonner les appareils à esprit de vin ou à mercure, rassembler les observations réalisées aux quatre coins du globe et à l’occasion des grandes expéditions : c’est à ces activités qu’il consacre ses journées, au moment où la correspondance avec Séguier permet de le saisir à l’œuvre, à la fin des années 1770. Il entretient alors avec le savant nîmois un échange relativement bref, mais très intense : pas moins de quarante-six lettres parviennent à Nîmes entre mars 1778 (incipit de la relation) et février 1780. Lire la suite

En ligne: correspondance entre Séguier et Augustin Bonet

Originaire de Castres, Augustin Bonet (1717-1772) est chantre au chœur de la cathédrale de Montpellier. C’est également un érudit, auteur d’un Dictionnaire languedocien resté manuscrit. Il entretient avec Séguier une courte correspondance, resserrée dans le temps (juin 1763-octobre 1764), dont on n’a conservé que les sept lettres de Bonet, réparties entre un volume alphabétique (BMN, ms. 138) et un recueil thématique sur l’histoire de Nîmes (BM Nîmes, ms. 210, incluant les deux lettres en français relatives à Antoine Arlier). Lire la suite

En ligne: correspondance entre Séguier et Richard Bouquier

Originaire de Martigues, Richard Bouquier s’est fait un nom dans l’histoire érudite locale pour avoir reclassé les archives de Nîmes au milieu du XVIIIe siècle. Ce n’est pas à cette époque que les deux hommes se sont connus – Séguier était alors à Vérone – mais quelques années plus tard, en 1760, lorsque Bouquier lui fait part de ses doutes à propos d’une inscription nîmoise reproduite dans l’Histoire de Nîmes de Ménard. La correspondance entre les deux hommes est très resserrée dans le temps (1760-1764), de taille réduite et relativement bien conservée : neuf lettres, dont six de Séguier à Bouquier (BM Aix-en-Provence, ms. 913) et trois de Bouquier à Séguier (BMN, ms. 135). La manière dont les lettres nous sont parvenues illustrent les différentes modalités de la « mise en archives » des correspondances savantes : celles de Séguier à Bouquier sont insérées dans un des sept volumes des « papiers Bouquier », mélanges relatifs à l’histoire de la ville d’Arles, qui finissent dans la bibliothèque du marquis de Méjanes ; celles de Bouquier à Séguier sont rassemblées dans un des volumes de la correspondance classée par ordre alphabétique[1]. Lire la suite

Les amitiés véronaises à l’épreuve de la distance: la correspondance avec le chanoine Giovan Jacopo Dionisi

Après le départ de Vérone et le retour à Nîmes, les relations italiennes de Séguier sont mises à l’épreuve de la distance[1]. Les échanges épistolaires ralentissent, deviennent plus sporadiques, voire s’éteignent, malgré l’oxygène apporté par les voyageurs qui circulent entre les deux pays. Les liens avec Vérone subissent le même sort, d’autant que les relations postales entre la France méridionale et la République de Venise sont particulièrement lentes et difficiles. Lire la suite

En ligne: la correspondance entre Séguier et Guettard

Avec le minéralogiste et botaniste Jean-Étienne Guettard (1715-1786), Séguier entretient une correspondance plusieurs fois raccommodée, qui marque bien l’écart croissant dans la notoriété et les fonctions respectives des deux hommes. On en a conservé dix lettres de Guettard à Séguier, rassemblées dans le volume de la BnF NAF 6568, et quelques lettres de Séguier à Guettard, beaucoup plus dispersées (Staatsbibliothek de Berlin, Bibliothèque centrale interuniversitaire de Clermont-Ferrand, Bibliothèque centrale du Muséum d’histoire naturelle) [1]. Lire la suite

D’Alembert à Nîmes: mémoire d’un voyage

L’une trace de la correspondance entretenue entre Séguier et D’Alembert est conservée à la bibliothèque de l’Institut de France. Les deux hommes se rencontrent à l’occasion du « voyage manqué d’Italie » que D’Alembert fait en compagnie de Condorcet, à l’automne 1770. Les encyclopédistes passent deux fois à Nîmes, en allant vers Montpellier en octobre, puis en revenant vers Marseille en novembre [1]. La rencontre avec Séguier n’a peut-être lieu que sur le chemin du retour, car le Nîmois est informé par son correspondant Roudil de Berriac, qui lui écrit de Carcassonne le 24 novembre 1770, qu’il « étai[t] à Nîmes lorsque M. d’Alembert et M. de Condorcet y passèrent. Ils se rendirent de là à Montpellier où ils ont passé 15 jours chez M. Duché avocat général et ont repris le 2 ou le 3 de ce mois le chemin de Lyon ». Lire la suite

« Homme à rester six mois et un an sans vous faire réponse » : la « correspondance » entre Jean-François Séguier et Camille Falconet.

Le médecin érudit Camille Falconet (1671-1762) est l’une des rencontres les plus importantes faites par Séguier au cours de son séjour parisien, entre janvier 1733 et mai 1736[1]. Comme Séguier le rapporte dans son récit de voyage, « M. Falconet, médecin, qui est de l’Académie des belles lettres, a une bibliothèque bien fournie de livres d’histoire naturelle, des auteurs de belles lettres, de médecine et histoire littéraire. Il me les prêtait les plus obligeamment du monde et on ne peut le faire ni avec plus de grâce, ni de politesse »[2]. C’est dans cette bibliothèque, qui compte à sa mort en 1762 près de 50 000 volumes, que Séguier commence les recherches qui aboutissent à la publication, quelques années plus tard, de sa Bibliotheca botanica[3].

Le gradient de notoriété entre les deux hommes ne facilite pas l’établissement d’une correspondance suivie. Lire la suite

Un bénédictin numismate de Besançon : Pierre-Philippe Grappin

Le bénédictin Pierre-Philippe Grappin (1738-1833), professeur au collège de Saint-Ferjeux près de Besançon, entretient une brève correspondance avec Séguier, bien conservée des deux côtés. Celle-ci commence classiquement par le don de deux ouvrages, portés à Nîmes par le jeune baron Claude de Servières qui rend visite à Séguier en juillet 1782. Il s’agit de deux dissertations qui ont remporté le prix de l’académie de Besançon, les Recherches sur les anciennes monnaies du comté de Bourgogne en 1774 et une dissertation sur l’origine de la mainmorte en 1778. Comme d’autres correspondants de Séguier – particulièrement les plus jeunes – Grappin met en avant la reconnaissance acquise dans les concours académiques comme marqueur de valeur savante. Comme à son habitude, Séguier répond très aimablement : il lit l’opuscule numismatique avec une grande attention, formule des remarques, pose des questions sur les caractères des monnaies. Encouragé, Grappin se lance auprès de ses correspondants dans une grande collecte d’informations sur les médailles gauloises et lui en transmet une « notice ». L’état de santé de Séguier met rapidement un terme à la correspondance. Quant à Grappin, la « faiblesse de sa santé » ne l’empêche pas de vivre jusqu’en 1833.

Un correspondant trop célèbre ? Le numismate Joseph Hilarius Eckhel.

Joseph Hilarius Eckhel (1737-1798) est un personnage central de la « République des médailles » au xviiie siècle. D’abord chargé du musée des monnaies du collège jésuite de Vienne (1771), puis directeur du cabinet des médailles du musée impérial (1774), il est également professeur d’antiquités et de sciences historiques auxiliaires à l’université de Vienne.

Les deux hommes font connaissance lors du passage d’Eckhel à Nîmes, le 24 octobre 1780[1]. Eckhel voyage alors en Europe avec le prince de Galitzine, ambassadeur de Russie à Vienne, qui traîne ses souffrances dans la France méridionale. Le numismate s’arrête à Toulouse, où il rencontre Nicolas Joseph Marcassus de Puymaurin ; il arrive ensuite à Nîmes, impatient de voir la Maison carrée, le pont du Gard et le cabinet de Séguier. La lettre de Marcassus de Puymaurin qui le recommande livre un écho des conversations échangées Lire la suite

La correspondance avec Christian Gottlieb Ludwig: traces d’une absence

 

Professeur de médecine à l’université de Leipzig à partir de 1740, Christian Gottlieb Ludwig (1709-1773) est surtout connu dans la République des sciences comme le principal rédacteur des Commentarii de rebus in scientia naturali et medicina gestis, périodique de médecine et d’histoire naturelle qui paraît à partir de 1752.

De la correspondance que Séguier entretint avec lui, il ne nous est parvenu qu’une épave, une lettre conservée dans les collections d’autographes de la Staatsbibliothek de Berlin (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=805). La disparition des lettres de Séguier à Ludwig n’est pas une surprise Lire la suite

(Bientôt) en ligne: lettres du médecin grenoblois Jean-François Nicolas à Séguier

La bibliothèque municipale de Grenoble conserve vingt lettres adressées à Séguier par le médecin grenoblois Jean-François Nicolas (1738-1819). Ces lettres, qui faisaient partie de la correspondance passive du savant nîmois, ont sans doute été extraites du fonds après sa mort et ont circulé sur le marché des autographes avant d’être acquises par l’établissement grenoblois[1]. Les lettres de Séguier à Nicolas semblent en revanche avoir été perdues.

Nicolas est une figure représentative des Lumières médicales provinciales[2]. Lire la suite

Colloque Savoirs à l’oeuvre, savants au travail. Jean-François Séguier et ses correspondants

Savoirs à l’œuvre, savants au travail. Jean-François Séguier (1703-1784) et ses correspondants

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence, 18 et 19 novembre 2016.

Organisation scientifique : Emmanuelle Chapron (Aix-Marseille Université), François Pugnière (CRISES-Montpellier 3).

 

Relativement oubliée depuis la fin du 18e siècle, la figure de Jean-François Séguier a été redécouverte dans les années 1980 : en étudiant les carnets et la correspondance de ce savant antiquaire et botaniste, Daniel Roche a définitivement redonné au Nîmois l’étoffe d’un Républicain des lettres. Depuis 2010, une équipe de chercheurs s’est engagée dans l’édition électronique de sa correspondance (www.seguier.org). L’objectif est, à terme, de mettre en place un outil d’édition de l’ensemble des archives du savant. La correspondance ne se comprend en effet qu’en relation avec le monde de papiers et d’objets rassemblés par Séguier, avec ses archives manuscrites (carnets de visiteurs, brouillons et notes, catalogues autographes) et avec les vestiges de son outillage matériel (bibliothèque, herbier, collections de fossiles et d’inscriptions, médailler et autres meubles de rangement). À partir du cas de Séguier et de ses correspondants, on se propose d’interroger cet ensemble documentaire du point de vue de la matérialité des pratiques intellectuelles : la production de différentes sortes d’écritures, le classement des dossiers, l’utilisation de la correspondance comme outil de gestion des collections. Cette approche n’évacue pas les enjeux intellectuels : il s’agira également d’interroger les constructions disciplinaires au miroir de cet « ordre matériel du savoir ». Lire la suite

Journée d’études sur l’édition numérique de correspondances du consortium CAHIER : quelques réflexions

Vendredi 1er avril s’est tenue la première réunion du groupe de travail sur les correspondances du consortium CAHIER (https://cahier.hypotheses.org/). Les interventions de la journée ont principalement porté sur les entreprises d’édition numérique de la correspondance de grands auteurs des 18e et 19e siècles (D’Alembert, Condorcet, Monge, Flaubert, Zola) et sur la plateforme e-Man. Ces études de cas, très riches et très stimulantes, ont fait ressortir des problématiques communes, par delà la singularité des corpus. Elles invitent à interroger les choix que nous avons faits pour l’édition Séguier.

Un premier point concerne les modalités de la transcription des lettres. Les pratiques sont très diverses, de la transcription extrêmement fidèle (D’Alembert) à une transcription modernisée (Flaubert). Dans la transcription des lettres de Flaubert, présentées par Yvan Leclerc (Université de Rouen), les fautes d’orthographe et de grammaire courantes ont été corrigées, la ponctuation modernisée ; seuls les noms propres ont été conservés dans leur graphie originelle, complétés éventuellement par la graphie correcte entre crochets droits. Yvan Leclerc justifie ces choix : les pratiques éditoriales ont une histoire, elles évoluent lentement, on n’y échappe pas. L’important est de faciliter la lecture du texte original en préservant la possibilité de revenir à la source, grâce aux images numérisées des lettres. Fournir une transcription à l’identique est une position qui se défend différemment. Pour Irène Passeron, dans le cas de D’Alembert (secrétaire perpétuel de l’Académie française), les écarts orthographiques ne gênent pas la recherche en plein texte. Dans le cas de Condorcet, le passage du –oi au –ai est un marqueur chronologique important dans la correspondance, car Condorcet se convertit à la réforme orthographique après sa visite à Voltaire dans les années 1770 (Nicolas Rieucau).

Un second point concerne les parcours proposés aux utilisateurs du site. Les fonctionnalités sont diverses d’un site à l’autre ; deux modalités qui n’existent pas sur le nôtre pourraient y être développées.

D’une part, la recherche par lieu de conservation des lettres. Irène Passeron souligne que c’est un argument dans les négociations avec les petites bibliothèques, qui ont plaisir à voir leurs collections ainsi mises en valeur. La chose est d’autant plus facile pour nous que le champ existe déjà : il faudrait le normaliser sous la forme « Paris, Bibliothèque nationale de France », « Nîmes, Bibliothèque Carré d’Art ».

D’autre part, la recherche par correspondance, c’est-à-dire avec la possibilité de visualiser les lettres et leur réponse. Notre mode de recherche par Expéditeur ou Destinataire ne permet de visualiser que des « moitiés » de correspondance. Il faut proposer un mode de recherche qui donne accès à la totalité des échanges avec un correspondant.

Le troisième point concerne l’annotation critique des lettres. C’est un point sur lequel il faudra travailler à l’avenir, tant du point de vue du contenu des notes que de leur visualisation sur le site. Nous avons du matériel « en interne » : les noms cités sont identifiés, de même que les titres des ouvrages ; les correspondances singulières font l’objet de billets sur le carnet Hypothèses. Il faudrait songer à intégrer tous ces éléments pour les présenter de manière harmonieuse sur la page de visualisation des résultats. Imaginer une rubrique unique de pied de page (« Commentaire » ou « Annotations ») qui introduirait des éléments de commentaire et renverrait par un lien à la présentation générale de la correspondance avec Untel ? À réfléchir…