A propos Emmanuelle Chapron

Maître de conférences en histoire moderne, Aix-Marseille Université. Membre junior de l'Institut universitaire de France.

Pierre Bertholon avant « l’abbé électrique »

Séguier correspond avec Pierre Bertholon (1741-1800) bien avant que celui-ci ne devienne « l’abbé électrique », le talentueux héritier de l’abbé Jean-Antoine Nollet et de Benjamin Franklin.

C’est le savant lyonnais Claret de La Tourrette qui met le jeune Pierre Bertholon en relation avec Séguier, en 1774, en lui confiant la tâche d’envoyer des spécimens naturels au savant nîmois. Après avoir été professeur de théologie à Marseille (1767-1770), Bertholon est alors enseignant au séminaire de Béziers. Cette nouvelle connaissance est une aubaine pour le jeune homme, qui profite des amples connaissances de Séguier pour lui soumettre les différents mémoires qu’il présente aux académies méridionales, à Nîmes en 1774 et à Montpellier en 1777. Comme d’autres jeunes gens de sa génération, c’est de ces concours que Bertholon attend la reconnaissance de ses pairs et un tremplin vers la notoriété. Il sollicite également Séguier pour des lettres de recommandation, à l’occasion d’un voyage qu’il fait en France en 1774.

Une fois Pierre Bertholon lancé dans la carrière, parti à Paris (où il rencontre Franklin et installe les premiers paratonnerres), lauréat de l’académie de Lyon en 1779, 1780 et 1784, chargé de mettre en place un cabinet de physique pour les États de Languedoc, la correspondance s’amenuise : après 1777, on ne compte plus que deux lettres de recommandation confiées à des voyageurs en 1783.

Pour lire les 21 lettres de Bertholon adressées à Séguier (BM Nîmes, ms. 138), filez vers www.seguier.org

Bibliographie

Poirier, Jean-Paul. L’Abbé Bertholon, Un électricien des Lumières en province. Paris : Hermann, 2008.

Chabot, Hugues, « Bertholon, l’abbé électrique », https://bibulyon.hypotheses.org/7392

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "Pierre Bertholon avant « l’abbé électrique »," publié sur Archives savantes des Lumières, 25/02/2018, https://seguier.hypotheses.org/383.

Lettre à Joseph Elzéar Dominique de Bernardi (1751-1824)

Avocat au parlement d’Aix, issu d’une famille de magistrats résidant à Carpentras, Joseph Elzéar Dominique de Bernardi participe au concours proposé en 1775 par l’Académie de Nîmes. Il s’agissait de rédiger un éloge de l’évêque Fléchier. Malheureusement, comme l’en informe Séguier, le morceau remis par Bernardi n’a pu être examiné par l’assemblée savante, car l’auteur avait dévoilé son identité, en contravention au règlement du concours. Bernardi a alors 24 ans : comme d’autres, il se lance dans la grande aventure des concours académiques. Ce n’est pas la première fois que sa négligence des règles lui joue un tour. L’année précédente, il avait participé au concours proposé par l’académie des Jeux Floraux de Toulouse, qui portait sur l’éloge de Cujas : « mais l’auteur l’ayant adressé directement par la poste au secrétaire de l’académie, au lieu de le faire présenter, comme il est de règle, par une personne domiciliée à Toulouse, il n’a pu être admis au concours » – ce qui ne l’empêche pas de faire imprimer son discours, « parce que l’Académie n’en a point couronné d’autre » (Éloge de Jacques Cujas, conseiller au Parlement de Grenoble, docteur-régent en droit civil à l’Université de Bourges, avec des notes historiques et critiques sur la vie de ce jurisconsulte et sur le droit romain, Paris, 1775).

La lettre de Séguier relevait de la correspondance académique : elle n’appelait, ni n’a reçu de réponse.

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "Lettre à Joseph Elzéar Dominique de Bernardi (1751-1824)," publié sur Archives savantes des Lumières, 23/02/2018, https://seguier.hypotheses.org/380.

Lettres de Laurent Béraud

La correspondance avec le jésuite lyonnais Laurent Béraud (1703-1777) fait partie de celles que Séguier entame après son séjour à Lyon en 1755, dont trois sont étroitement liées au collège de la Trinité. Laurent Béraud avait la charge des remarquables collections de l’établissement, ayant acquis une solide réputation de numismate. Dès la première lettre, le 1er janvier 1756, qui fait réponse à une lettre de Séguier, Béraud propose des échanges de monnaies et de morceaux d’histoire naturelle dont il sait que Séguier est « riche et très riche ». En 1758, le cabinet du collège est victime d’un vol important et Béraud avertit Séguier de prendre garde à ce qui est revendu. Béraud reçoit les voyageurs envoyés par Séguier (le comte de Rochemore avec son épouse, malade, en 1760). Il fait des recherches pour lui dans la richissime bibliothèque du collège, transmet lettres et paquets (en particulier à Maupertuis, via les libraires de Tournes).

Surtout, il tient constamment informé son interlocuteur des nouvelles littéraires qu’il collecte à l’occasion du passage qu’occasionne l’incontournable visite du cabinet de médailles dont il a la charge. En février 1762, c’est « Wilcoks », un voyageur anglais, ami de Needham, qui l’informe des travaux de ce dernier sur des caractères égyptiens ressemblant à des caractères chinois, ainsi que du travail d’un minime nommé Jouveau qui empaille des animaux, montre son cabinet et travaille chez l’archevêque à lui en dresser un.

En 1765, Béraud est chassé de Lyon à la suite des affaires de refus de sacrement ; il s’installe à Bollène avec d’autres pères, dans une maison prêtée par M. de La Bastie, puis à Avignon.

Curieusement, la correspondance s’arrête à ce moment, après 10 lettres, alors que les deux hommes n’ont jamais été géographiquement si proches.

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "Lettres de Laurent Béraud," publié sur Archives savantes des Lumières, 23/02/2018, https://seguier.hypotheses.org/378.

Lettres de Ferdinando Bassi

Né à Bologne en 1710 (ou 1714), le botaniste Ferdinando Bassi fait ses études sous la direction de Giuseppe Monti, qui le charge des relations et des échanges de spécimens avec les naturalistes italiens et européens. En 1760 (ou 1763), il est nommé préfet du jardin botanique de l’université de Bologne, qu’il enrichit par sa correspondance (c’est en particulier un correspondant de Linné). Son herbier rassemble plus de 4000 espèces. Séguier entretient avec lui une importante correspondance (71 lettres reçues de 1750 à 1774), dont on n’a pas conservé l’autre partie.

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "Lettres de Ferdinando Bassi," publié sur Archives savantes des Lumières, 23/02/2018, https://seguier.hypotheses.org/375.

Lettres de Mathieu Louis Anibert

L’arlésien Mathieu Louis Anibert (1742-1782) était un avocat renommé à Arles, mais également un poète et un historien, membre des académies de Marseille et de Nîmes. Il est l’auteur des Mémoires historiques et critiques sur l’ancienne République d’Arles (Yverdon, 1779-1781, 3 t.) et d’histoires locales (Dissertation topographique et historique sur la montagne de Cordes et ses monuments, Arles, 1779). Il meurt à 40 ans en laissant des œuvres inachevées.

Il adresse quelques lettres à Séguier, entre 1779 et 1781. La première fait allusion à une lettre précédente, qui manque et qui fait sans doute valoir leur commune amitié pour l’abbé Bonnemant. Elle se place d’emblée dans le cadre des conventions implicites de la République des lettres : « Quand je pris la liberté de vous écrire, il s’en faut bien que j’ai prétendu vous assujettir à la contrainte d’une correspondance réglée » et, à la fin de la lettre, « Je crois devoir finir comme j’ai commencé en vous priant de ne point regarder cette seconde lettre comme un moyen d’extorquer une réponse et d’empiéter par là sur des occupations plus utiles et plus sérieuses » (14 novembre 1779). Il évoque sa profession, ses premiers essais dans les « muses badines et légères » et son virage historien. Il soumet le 2e volume de ses Mémoires à l’académie, par l’intermédiaire de Séguier. La deuxième lettre évoque les violentes dissensions avec Papon, son collègue à l’académie de Marseille.

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "Lettres de Mathieu Louis Anibert," publié sur Archives savantes des Lumières, 23/02/2018, https://seguier.hypotheses.org/372.

L’ami de Turin : Carlo Allione

Carlo Allioni (1728-1804) est de vingt-cinq ans le cadet de Séguier. D’abord médecin (il est laureato en médecine à Turin en 1747), il se consacre ensuite à la botanique. En 1755, à 27 ans, il publie le Rariorum Pedemontii stirpium. En 1760, il est nommé professeur extraordinaire de botanique à l’université de Turin ; son enseignement s’inspire de la nomenclature linnéenne, dont il est un des fervents soutiens. En 1763, après la mort de Donati, il est nommé professeur ordinaire et directeur du jardin botanique de Turin.

La correspondance avec Séguier est l’une des plus importantes du savant nîmois (105 lettres de Séguier, 59 lettres d’Allione conservées à Nîmes et à Paris). Lire la suite

Jean-François Séguier et l’académie royale des sciences de Montpellier

La société royale des sciences de Montpellier est fondée en 1706 par lettres patentes de Louis XIV « comme extension et partie de l’Académie parisienne »[1]. Les observations astronomiques constituent une partie importante de ses activités. Dès 1745, elle dispose d’un observatoire à la tour de Babote, qui est probablement le plus ancien observatoire public après celui de Paris. En 1748, alors qu’il réside à Vérone, Séguier envoie ses observations astronomiques aux académiciens montpelliérains par l’intermédiaire de François-Xavier Bon de Saint-Hilaire (1678-1761), l’un des fondateurs de la société et l’un de ses présidents, auquel il est par ailleurs apparenté[2]. Dès l’année suivante, Séguier est élu membre correspondant de l’académie de Montpellier, et devient le correspondant de Pierre-François de Guilleminet[3]. Cette « correspondance » n’en a toutefois que le nom, car les deux hommes n’échangent que de rares lettres et les salutations croisées se font par l’intermédiaire de Bon de Saint-Hilaire. Séguier participe à certains concours proposés par l’académie, comme en 1750, continue ses envois aux astronomes montpelliérains (ceux des observations menées en Italie et des Ephémérides de Zanotti), et traduit en italien l’observation de l’aurore boréale faite par son correspondant Guilleminet[4].

Lire la suite

Le médecin Pierre Cusson, ou comment rendre les livres

Dans les années 1770, le médecin et botaniste montpelliérain Pierre Cusson (1727-1783) entretient une correspondance nourrie avec Séguier. Trente-deux lettres témoignent des relations nouées entre 1770 et 1777, à l’intérieur d’une correspondance qui a sans doute été beaucoup plus fournie et dont on n’a conservé que les lettres de Cusson, ainsi que deux brouillons de Séguier. Les lettres sont rassemblées sans ordre dans le ms. 94 de la Bibliothèque municipale de Nîmes, dans un dossier qui porte une annotation liminaire de la main de Séguier : « hist. naturelle / Cusson » (fol. 155).

Au moment où il entre en communication avec Séguier, Cusson exerce depuis 1767 les fonctions de vice-professeur de botanique à la faculté de médecine de Montpellier : « chargé depuis 2 ans de faire le cours de botanique, j’ay trouvé tant de difficulté à donner les caractères des genres des plantes ombellifères à mes auditeurs que je me suis décidé à travailler cette famille épineuse » (31 août 1770). Lire la suite

La thermomanie des Lumières: la correspondance entre Séguier et Jean Gaussen

Né à Montpellier en 1737 dans une famille du grand négoce protestant, Jean Gaussen nourrit une passion commune à d’autres de ses contemporains : la thermométrie. Comparer les mesures effectuées à l’aide des différents thermomètres qui sont alors en circulation, étalonner les appareils à esprit de vin ou à mercure, rassembler les observations réalisées aux quatre coins du globe et à l’occasion des grandes expéditions : c’est à ces activités qu’il consacre ses journées, au moment où la correspondance avec Séguier permet de le saisir à l’œuvre, à la fin des années 1770. Il entretient alors avec le savant nîmois un échange relativement bref, mais très intense : pas moins de quarante-six lettres parviennent à Nîmes entre mars 1778 (incipit de la relation) et février 1780. Lire la suite

La correspondance entre Séguier et Augustin Bonet

Originaire de Castres, Augustin Bonet (1717-1772) est chantre au chœur de la cathédrale de Montpellier. C’est également un érudit, auteur d’un Dictionnaire languedocien resté manuscrit. Il entretient avec Séguier une courte correspondance, resserrée dans le temps (juin 1763-octobre 1764), dont on n’a conservé que les sept lettres de Bonet, réparties entre un volume alphabétique (BMN, ms. 138) et un recueil thématique sur l’histoire de Nîmes (BM Nîmes, ms. 210, incluant les deux lettres en français relatives à Antoine Arlier). Lire la suite

La correspondance entre Séguier et Richard Bouquier

Originaire de Martigues, Richard Bouquier s’est fait un nom dans l’histoire érudite locale pour avoir reclassé les archives de Nîmes au milieu du XVIIIe siècle. Ce n’est pas à cette époque que les deux hommes se sont connus – Séguier était alors à Vérone – mais quelques années plus tard, en 1760, lorsque Bouquier lui fait part de ses doutes à propos d’une inscription nîmoise reproduite dans l’Histoire de Nîmes de Ménard. La correspondance entre les deux hommes est très resserrée dans le temps (1760-1764), de taille réduite et relativement bien conservée : neuf lettres, dont six de Séguier à Bouquier (BM Aix-en-Provence, ms. 913) et trois de Bouquier à Séguier (BMN, ms. 135). La manière dont les lettres nous sont parvenues illustrent les différentes modalités de la « mise en archives » des correspondances savantes : celles de Séguier à Bouquier sont insérées dans un des sept volumes des « papiers Bouquier », mélanges relatifs à l’histoire de la ville d’Arles, qui finissent dans la bibliothèque du marquis de Méjanes ; celles de Bouquier à Séguier sont rassemblées dans un des volumes de la correspondance classée par ordre alphabétique[1]. Lire la suite

Les amitiés véronaises à l’épreuve de la distance: la correspondance avec le chanoine Giovan Jacopo Dionisi

Après le départ de Vérone et le retour à Nîmes, les relations italiennes de Séguier sont mises à l’épreuve de la distance[1]. Les échanges épistolaires ralentissent, deviennent plus sporadiques, voire s’éteignent, malgré l’oxygène apporté par les voyageurs qui circulent entre les deux pays. Les liens avec Vérone subissent le même sort, d’autant que les relations postales entre la France méridionale et la République de Venise sont particulièrement lentes et difficiles. Lire la suite

La correspondance entre Séguier et Guettard

Avec le minéralogiste et botaniste Jean-Étienne Guettard (1715-1786), Séguier entretient une correspondance plusieurs fois raccommodée, qui marque bien l’écart croissant dans la notoriété et les fonctions respectives des deux hommes. On en a conservé dix lettres de Guettard à Séguier, rassemblées dans le volume de la BnF NAF 6568, et quelques lettres de Séguier à Guettard, beaucoup plus dispersées (Staatsbibliothek de Berlin, Bibliothèque centrale interuniversitaire de Clermont-Ferrand, Bibliothèque centrale du Muséum d’histoire naturelle) [1]. Lire la suite

D’Alembert à Nîmes: mémoire d’un voyage

L’une des traces de la correspondance entretenue entre Séguier et D’Alembert est conservée à la bibliothèque de l’Institut de France. Les deux hommes se rencontrent à l’occasion du « voyage manqué d’Italie » que D’Alembert fait en compagnie de Condorcet, à l’automne 1770. Les encyclopédistes passent deux fois à Nîmes, en allant vers Montpellier en octobre, puis en revenant vers Marseille en novembre [1]. La rencontre avec Séguier n’a peut-être lieu que sur le chemin du retour, car le Nîmois est informé par son correspondant Roudil de Berriac, qui lui écrit de Carcassonne le 24 novembre 1770, qu’il « étai[t] à Nîmes lorsque M. d’Alembert et M. de Condorcet y passèrent. Ils se rendirent de là à Montpellier où ils ont passé 15 jours chez M. Duché avocat général et ont repris le 2 ou le 3 de ce mois le chemin de Lyon ». Lire la suite

« Homme à rester six mois et un an sans vous faire réponse » : la « correspondance » entre Jean-François Séguier et Camille Falconet.

Le médecin érudit Camille Falconet (1671-1762) est l’une des rencontres les plus importantes faites par Séguier au cours de son séjour parisien, entre janvier 1733 et mai 1736[1]. Comme Séguier le rapporte dans son récit de voyage, « M. Falconet, médecin, qui est de l’Académie des belles lettres, a une bibliothèque bien fournie de livres d’histoire naturelle, des auteurs de belles lettres, de médecine et histoire littéraire. Il me les prêtait les plus obligeamment du monde et on ne peut le faire ni avec plus de grâce, ni de politesse »[2]. C’est dans cette bibliothèque, qui compte à sa mort en 1762 près de 50 000 volumes, que Séguier commence les recherches qui aboutissent à la publication, quelques années plus tard, de sa Bibliotheca botanica[3].

Le gradient de notoriété entre les deux hommes ne facilite pas l’établissement d’une correspondance suivie. Lire la suite