En ligne : Les lettres d’Antoine-Joseph Dézallier d’Argenville

Maître des comptes, ami d’Henri-François d’Aguesseau, le nom d’Antoine-Joseph Dézallier d’Argenville (1680-1765) * reste indéfectiblement attaché au succès de sa Théorie et pratique de jardinage, publié en 1712, et plus encore à sa Conchyliologie **, qui connut trois éditions, en 1742, 1757 (inachevée) et 1780 (édition posthume augmentée par les Favanne père et fils).

Séguier entra en correspondance avec lui par l’intermédiaire du président de Bon, de Montpellier (un parent de la mère de Séguier) et de l’incontournable Mme de Verteillac, que d’Argenville avait sollicité, probablement afin d’obtenir des poissons du Monte Bolca dont il avait pu admirer un exemplaire exceptionnel dans le cabinet de celle-ci. Lire la suite

Séguier, restaurateur de la Maison Carrée

Maison Carrée, Charles Clérisseau, Recueil d’antiquités. Monuments de Nîmes, 1778.

De 1778 à 1781, Séguier, pourtant âgé, perclus de rhumatismes et sujet à un érysipèle envahissant, mena à bien la restauration de la Maison Carrée de Nîmes, dont il avait par ailleurs restitué l’inscription à la fin 1758 *. Le manuscrit 115 de la Bibliothèque de Nîmes conserve une grande partie de la correspondance et des pièces comptables de l’opération que Séguier mena à bien non sans mal, tant sa santé s’avérait fragile.

Dès 1777, à la demande du comte de Périgord, commandant en chef en Languedoc, et des consuls de la ville de Nîmes, Séguier dressa un état estimatif avant d’entreprendre les travaux l’année suivante, avec le soutien des États, qui accordèrent, après un refus initial, un versement de 4000 lt. Séguier s’appuya alors sur le savoir-faire et les connaissances de Gabriel Dardailhon, qui, comme lui, avait beaucoup contribué aux travaux de Clérisseau dont le Recueil d’antiquités parut en 1778. Lire la suite

Deux manuscrits retrouvés…

Relevé des découvertes de la Fontaine, ca 1740. BM de Nîme, ms 542.

L’exhumation, dès mai 1739, des vestiges de l’Augusteum * de la Fontaine, à Nîmes, donna matière très tôt à une riche production littéraire au sein du monde antiquaire, un premier compte-rendu des découvertes étant présenté devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres la même année. Rédigés par le baron de La Bastie et par le président de Bon, ces travaux furent publiés dans le tome XIV de l’Histoire de l’Académie royale, imprimé seulement en 1743. Entre-temps, l’historien Léon Ménard avait publié une lettre en forme d’Observations, adressée au marquis d’Aubais, dans le Mercure de France de juin 1739. Lire la suite

En ligne : Lettres de Jacobus Gerhard et Philipp Van Swinden

 

Le mathématicien et physicien Jan Hendrik Van Swinden est aujourd’hui le membre le mieux connu de la dynastie néerlandaise des Van Swinden. Professeur à Franeker, il s’illustra par ses travaux sur le champ magnétique terrestre, tout en développant dans les années 1780 des outils mathématiques afin de faciliter les recensements de population. Séguier appréciait en tout cas sa production, s’efforçant d’acquérir ses publications par l’intermédiaire des frères de Tournes. Il avait bien connu son oncle, Jacobus Gerhard, avec qui il avait entretenu une correspondance suivie dès 1738 avant que la mort de celui-ci n’y mette brutalement un terme en 1741. S’il échangea par la suite quelques lettres avec son frère Philipp, avocat à la Cour de Hollande comme son aîné et père de Jan Hendrik.

Lire la suite

Vient de paraître…

La découverte de l’inventaire de la collection Séguier, dressé en  1793 peu après la confiscation des biens de l’Académie de Nîmes à la suite de la loi du 6 Thermidor an II, a permis de jeter un regard nouveau sur le cabinet Séguier, d’autant que la liasse était accompagnée d’un catalogue de la collection de minéralogie dicté par Séguier à Alexandre Vincens en 1784, quelques semaines avant sa mort. La perte du catalogue des collections d’Histoire naturelle (ms 136)  n’avait pas permis d’évaluer pleinement  jusqu’ici l’importance du cabinet de naturalia que l’on ne pouvait appréhender qu’à partir d’inventaires plus tardifs (1806 et 1816).

http://liame.revues.org/

En ligne : lettres de Joseph-Maximilien Séguier à son frère Jean-François

La longue letBassin de la fontaine 2tre écrite par Joseph-Maximilien Séguier, le plus jeune frère de Jean-François, est un témoignage irremplaçable. Fasciné dès les premiers travaux de creusement par l’abondance des vestiges romains exhumés, il suivit de très près le déroulement du chantier, probablement grâce aux liens de parentèles qui unissaient les Séguier à la notabilité nîmoise. Il rédigea ainsi en février 1740 une longue lettre en forme de mémoire décrivant avec précision les structures et les objets découverts, tout en recopiant avec soin les inscriptions. Bon dessinateur (il avait appris à manier le crayon avec un des frères Natoire dont l’oncle dirigeait les travaux de La Fontaine), il envoya à son frère un plan d’ensemble, malheureusement perdu.

Lire la suite

En lignes : lettres de Jean-Antoine-Hubert Roudil de Berriac

C’est à Jean-François Séguier que Jean-AntoineHubert Roudil de Berriac dédia, en 1772, son Monumentorum galaticorum synopsis, qu’il venait de faire imprimer à Livourne. Fils d’Antoine François Roudil de Berriac, propriétaire de la Manufacture de drap de Cenne-Monestiés et « receveur des tailles, garde ancien des gabelles* » du diocèse de Carcassonne, le jeune homme était entré en correspondance avec l’antiquaire nîmois au milieu des années 1760, la première lettre conservée étant datée du 22 février 1766. Berriac souhaitait en effet concourir au prix de l’Académie des belles-lettres de Toulouse pour l’année 1767. Il s’agissait de déterminer « l’étendue de la partie de la Celtique habitée par les Volques tectosages avant l’entrée des Romains dans leur pays ». Ses attentes ne furent pas déçues. Séguier, qui visiblement connaissait bien son père et qui partageait une amitié commune pour Antoine Albert, docteur en droit et en médecine, procureur du roi à l’hôtel de ville de Carcassonne, répondit à ses demandes au-delà de toute espérance, l’aidant constamment tout au long de la rédaction de la dissertation qui obtint le prix « doublé » de l’Académie en 1767 (il avait été « réservé » en 1764 et annoncé « doublé » pour 1767).

Lire la suite

En ligne : lettres d’Hubert de Folard

Si le chevalier de Folard est relativement connu, notamment grâce au livre de Jean Chagniot, peu de travaux ont été consacrés jusqu’ici à Nicolas-Joseph Folard (1664 ou 1666-1741), dominicain devenu en 1712 chanoine de l’église cathédrale de Nîmes. « Homme d’esprit et d’une grande érudition » selon Léon Ménard, l’abbé avait recueilli chez lui, à Nîmes, son neveu Hubert de Folard (1709-1799), qui étudia chez les jésuites. Condisciple et ami de Séguier, il entama par la suite une carrière diplomatique. Après avoir participé à la diète de Francfort en 1741, il fut nommé ministre de France auprès des Cercles de Franconie.

C’est en 1748 que Séguier renoua avec son compagnon de jeunesse, Maffei souhaitant faire parvenir à la margravine, sœur de Frédéric II, un exemplaire de sa comédie Il Raguet. Folard mit alors Séguier en relation avec Pierre-Chrétien Wagner (1703-ap. 1764), médecin du prince de Bayreuth, et bibliothécaire et garde du cabinet de curiosités de la margravine. Cette relation devait s’avérer particulièrement fructueuse. Les lettres conservées montrent en tout cas que le ministre de France avait conservé un « tendre et ancien attachement » pour celui qui avait bien connu son oncle, le chanoine, dont Séguier n’eut de cesse de demander des nouvelles à son ami Baux entre 1732 et 1741. Lire la suite

En ligne : lettres de Joseph Bimard de La Bastie-Montsaléon à Séguier

Ayant quitté très tôt le métier des armes, après quatre années seulement de service, le jeune baron de La Bastie se jeta avec passion dès la fin des années 1720 dans l’étude des médailles et des antiquités. Il avait acquis dans ses jeunes années une solide connaissance de la langue latine au collège de Carpentras, puis à Avignon chez les jésuites.

C’est en 1728 qu’il entra en relation avec Séguier par l’intermédiaire du cousin de ce dernier, Raymond Novy de Caveirac (1700-1773), avec qui il préparait l’édition d’un ouvrage sur les antiquités nîmoises qui ne vit jamais le jour. Lire la suite

Jean-François Séguier et la Bibliothèque historique de la France

La première édition de la Bibliothèque historique de la France du père Jacques Lelong (1665-1721) avait été imprimée à Paris en 1719. L’oratorien, bibliothécaire de la maison de Saint-Honoré, avait travaillé pendant plus de trois ans afin de recenser et analyser les grandes collections de pièces relatives à l’histoire de France. Sa mort prématurée, en 1721, avait malheureusement mis un terme à un projet de seconde édition augmentée auquel il travaillait assidûment.

Ses notes et son exemplaire de l’ouvrage surchargé de corrections passèrent toutefois dans les mains de Charles-Marie Fevret de Fontette (1710-1772), conseiller au parlement de Bourgogne, qui les utilisa abondamment pour préparer une nouvelle édition de la Bibliothèque historique. Elle fut publiée en cinq volumes par Jean-Thomas Hérissant, imprimeur du roi, entre 1768 et 1778. Le cinquième et dernier volume ne put toutefois être achevé du vivant de son éditeur. C’est en fait le géographe Jean-Louis Barbeau de la Bruyère (1710-1781), avec qui Séguier était en liaison épistolaire, qui mena à bien l’entreprise en éditant non sans peine la dernière partie de l’ouvrage en 1778. Lire la suite

Les correspondants de Séguier en cartes…

Une première série de cartes localisant les correspondants, ne tenant donc pas compte du volume des lettres échangées, est en cours d’élaboration. Deux périodes ont été distinguées, la première période nîmoise, les années de pérégrination et le séjour à Vérone, soit 1728-1755, puis le retour et l’installation à Nîmes à partir de 1756. Une autre série de cartes, par volume de lettres conservées, devrait voir le jour à terme.

Pour télécharger les cartes :

Correspondances de Séguier

 

En ligne : correspondances échangées avec Antoine Court de Gébelin

La parution entre 1773 et 1782 des 9 volumes du Monde primitif analysé et comparé avec le monde moderne consacra le nom d’Antoine Court de Gébelin (1719-1784), alors modeste censeur royal et disciple de Quesnay. Il travailla en effet pendant plus de vingt ans à l’élaboration d’une œuvre majeure qui resta finalement inachevée tant l’entreprise était démesurée.

L’étude du « monde primitif », devait en fait, selon lui, permettre de remonter à la source des connaissances à travers ce qu’il catégorisait comme « les mots » (les langues) et « les choses » (les traditions, les mythes, les textes, les représentations). S’inscrivant dans la longue quête de la « langue primitive », qui de Locke à Rousseau n’avait cessé de traverser la pensée européenne, il considérait que tout fait culturel revêtait avant tout une dimension métaphorique. Il y avait eu ainsi correspondance étroite entre les mots et les choses, mais la dilution de cette langue masquait désormais toute vérité qu’il s’agissait ainsi de retrouver. Son Monde primitif, selon Anne-Marie Mercier-Faivre, devait ainsi compléter l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en accédant à la compréhension de ces vérités primitives. Lire la suite

En ligne : les lettres de l’abbé Barthélemy

Garde du cabinet des médailles du Roi depuis 1753, Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795), qui allait devenir trois décennies plus tard le célèbre auteur des Voyages en Grèce du jeune Anacharsis, parcourait l’Italie pour acquérir les médailles rares qui manquaient au cabinet du roi quand il entra en correspondance avec Séguier en 1755. Il venait tout juste d’apprendre la disparition de Maffei et avait donc décidé de s’adresser directement à son compagnon d’étude, dont il connaissait les liens d’amitié qui l’avaient uni à Claude Gros de Boze, à qui Barthélemy venait de succéder. Lire la suite