Nîmes au temps de Jean-François Séguier

Le nom de Jean-François Séguier reste fortement attaché à sa cité natale, sa « patrie » si présente dans ses écrits et dans ses préoccupations, malgré vingt-trois ans d’absences. Bien qu’il ait affirmé en 1755 à Carlo Alione que la ville n’avait gère changé depuis son départ, la cité Languedocienne avait en réalité connu de profondes transformations, passant de 25 000 habitants à plus de 40 000 dans les années 1770.  Ces trois plans se proposent de restituer « l’espace Séguier », en 1705, année de sa naissance, 1755, année de son retour, et 1784, année de sa disparition.

Nîmes au temps de Séguier

View of Nismes (John Rocques) 1751
Carré d’Art Bibliothèque, 44738. Cliché F. Pugnière

« Vous êtes pour l’antiquité ce qu’était Monsieur de Fontenelle pour l’histoire de la nature ». Lettres du marquis de Méjanes

Le nom de Jean-Baptiste Marie de Piquet, marquis de Méjanes (1729-1786), au même titre que le marquis d’Aubais, reste indissociablement associé à la bibliophilie méridionale au siècle des Lumières. Par testament, en 1786, non sans analogie avec le legs de Séguier en 1778, il donna aux États de Provence les 60 à 80 000 volumes que comptait sa bibliothèque, à la condition qu’elle soit ouverte au public. Ce legs fut ainsi à l’origine des fonds de la bibliothèque municipale d’Aix.

Les 47 lettres de sa main, adressées à Séguier, sont presque toute datées d’Arles en dehors de celles des années 1777-1778, où il exerça l’éreintante charge de procureur du pays de Provence à Aix. Tout, visiblement, n’a pas été conservé. On ignore notamment à quelle date les deux hommes entrèrent en correspondance, la plus ancienne lettre étant datée du 2 août 1768. Ils partageaient visiblement des amitiés communes, notamment celle de Guillaume de Nicolay ou Nicolaï que Séguier connaissait depuis les années 1720. Les deux cités, géographiquement proches, entretenaient par ailleurs des liens étroits comme en témoignent les nombreux Nîmois, et non des moindres, mentionnés par Méjanes à l’occasion de leur passage.

Lire la suite

La passion de l’antique : Séguier et le monde savant arlésien

Le séjour de quelques jours à Arles, que Séguier avait effectué en compagnie de Maffei en novembre 1732, lui avait permis d’apprécier à leur juste valeur l’exceptionnelle richesse des antiquités que conservait encore la cité provençale, même si leur lecture n’avait alors rien d’aisé. La notice qu’il consacra à ces « précieux restes » demeure, de manière significative, une des plus développées et des plus substantielles que l’on puisse trouver dans ses Fragments de quelques notes que je fis en voyageant en France, en Angleterre et en Hollande (Bibl. mun. de Nîmes ms 129). Il avait fait à l’occasion de ce premier séjour la connaissance de l’antiquaire Jean Raybaud, avocat et « archivaire » du grand prieuré de Saint-Gilles, avec qui il ne semble pas avoir noué de relations durables, même s’il efforça d’obtenir une copie de ses manuscrits.

Lire la suite

Séguier et ses correspondants lyonnais

Séguier et ses correspondants lyonnais

Séguier, tout au long de son existence, entretint des relations étroites avec l’ancienne capitale des Gaule, ne serait-ce qu’avec les libraires de Tournes (ms 311 et 312) et les Duplain. Il sut également toujours tirer partie des « occasions » que lui offraient les liens commerciaux étroits existant entre Nîmes et cette cité, particulièrement lorsqu’il résidait à Vérone. Les Castanier, négociants nîmois installés à Lyon, ou l’oncle de Pierre Baux, son plus proche ami nîmois, permirent ainsi la circulation des livres et des lettres par delà les monts à moindre frais, la voie de mer, par Gênes et Marseille, semblant plus onéreuse et paradoxalement plus longue. Après son retour à Nîmes, Séguier s’appuya, surtout dans les années 1760-1770, sur la branche lyonnaise de la famille De Villas, importants négociants dont Séguier connaissait bien les parents nîmois.

Séguier séjourna à Lyon à au moins deux reprises. La visite prolongée qu’il effectua avec Scipione Maffei du 1er au 6 janvier 1733, lui permit de relever un grand nombre d’inscriptions, s’intéressant notamment au peu que l’on pouvait voir de l’ancien théâtre dans la vigne des minimes (il ne fut identifié qu’en 1887, les dégagements débutant seulement en 1933). Maffei s’intéressait alors à l’autel taurobolique, trouvé en 1704, pour mieux réfuter l’interprétation qu’en avait donné le Père Hardouin en 1725. Lire la suite

En ligne : Les lettres d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville

Le nom d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville (1680-1765) reste attaché à sa Théorie et pratique de jardinage, publié en 1712, et plus encore à sa Conchyliologie, qui connaît trois éditions, en 1742, en 1757 (inachevée) et en 1780 (édition posthume augmentée par les Favanne père et fils)[1].

Séguier et Dezallier d’Argenville entrent en correspondance par l’intermédiaire du président François-Xavier Bon (un parent de la mère de Séguier, que d’Argenville a rencontré lors de ses études de droit), et de l’incontournable Mme de Verteillac. Séguier avait évoqué avec cette dernière les travaux de D’Argenville ; un billet du savant parisien, inséré dans une lettre de la comtesse, enclenche la correspondance. Le billet n’a pas été conservé (il était sans doute joint aux lettres de Mme de Verteillac, qui ont été perdues), mais Séguier a gardé la minute de la première lettre qu’il envoie au naturaliste. S’ensuit une riche correspondance (31 lettres entre 1748 et la mort de d’Argenville, en 1765), visiblement bien conservée.

Les échanges relatifs aux pétrifications sont particulièrement nourris. Lire la suite

Séguier, restaurateur de la Maison Carrée

Maison Carrée, Charles Clérisseau, Recueil d’antiquités. Monuments de Nîmes, 1778.

De 1778 à 1781, Séguier, pourtant âgé, perclus de rhumatismes et sujet à un érysipèle envahissant, mena à bien la restauration de la Maison Carrée de Nîmes, dont il avait par ailleurs restitué l’inscription à la fin 1758 *. Le manuscrit 115 de la Bibliothèque de Nîmes conserve une grande partie de la correspondance et des pièces comptables de l’opération que Séguier mena à bien non sans mal, tant sa santé s’avérait fragile.

Dès 1777, à la demande du comte de Périgord, commandant en chef en Languedoc, et des consuls de la ville de Nîmes, Séguier dressa un état estimatif avant d’entreprendre les travaux l’année suivante, avec le soutien des États, qui accordèrent, après un refus initial, un versement de 4000 lt. Séguier s’appuya alors sur le savoir-faire et les connaissances de Gabriel Dardailhon, qui, comme lui, avait beaucoup contribué aux travaux de Clérisseau dont le Recueil d’antiquités parut en 1778. Lire la suite

Deux manuscrits retrouvés…

Relevé des découvertes de la Fontaine, ca 1740. BM de Nîme, ms 542.

L’exhumation, dès mai 1739, des vestiges de l’Augusteum * de la Fontaine, à Nîmes, donna matière très tôt à une riche production littéraire au sein du monde antiquaire, un premier compte-rendu des découvertes étant présenté devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres la même année. Rédigés par le baron de La Bastie et par le président de Bon, ces travaux furent publiés dans le tome XIV de l’Histoire de l’Académie royale, imprimé seulement en 1743. Entre-temps, l’historien Léon Ménard avait publié une lettre en forme d’Observations, adressée au marquis d’Aubais, dans le Mercure de France de juin 1739. Lire la suite

En ligne : Lettres de Jacobus Gerhard et Philipp Van Swinden

 

Le mathématicien et physicien Jan Hendrik Van Swinden est aujourd’hui le membre le mieux connu de la dynastie néerlandaise des Van Swinden. Professeur à Franeker, il s’illustra par ses travaux sur le champ magnétique terrestre, tout en développant dans les années 1780 des outils mathématiques afin de faciliter les recensements de population. Séguier appréciait en tout cas sa production, s’efforçant d’acquérir ses publications par l’intermédiaire des frères de Tournes. Il avait bien connu son oncle, Jacobus Gerhard, avec qui il avait entretenu une correspondance suivie dès 1738 avant que la mort de celui-ci n’y mette brutalement un terme en 1741. S’il échangea par la suite quelques lettres avec son frère Philipp, avocat à la Cour de Hollande comme son aîné et père de Jan Hendrik.

Lire la suite

Vient de paraître…

La découverte de l’inventaire de la collection Séguier, dressé en  1793 peu après la confiscation des biens de l’Académie de Nîmes à la suite de la loi du 6 Thermidor an II, a permis de jeter un regard nouveau sur le cabinet Séguier, d’autant que la liasse était accompagnée d’un catalogue de la collection de minéralogie dicté par Séguier à Alexandre Vincens en 1784, quelques semaines avant sa mort. La perte du catalogue des collections d’Histoire naturelle (ms 136)  n’avait pas permis d’évaluer pleinement  jusqu’ici l’importance du cabinet de naturalia que l’on ne pouvait appréhender qu’à partir d’inventaires plus tardifs (1806 et 1816).

http://liame.revues.org/

En ligne : lettres de Joseph-Maximilien Séguier à son frère Jean-François

La longue letBassin de la fontaine 2tre écrite par Joseph-Maximilien Séguier, le plus jeune frère de Jean-François, est un témoignage irremplaçable. Fasciné dès les premiers travaux de creusement par l’abondance des vestiges romains exhumés, il suivit de très près le déroulement du chantier, probablement grâce aux liens de parentèles qui unissaient les Séguier à la notabilité nîmoise. Il rédigea ainsi en février 1740 une longue lettre en forme de mémoire décrivant avec précision les structures et les objets découverts, tout en recopiant avec soin les inscriptions. Bon dessinateur (il avait appris à manier le crayon avec un des frères Natoire dont l’oncle dirigeait les travaux de La Fontaine), il envoya à son frère un plan d’ensemble, malheureusement perdu.

Lire la suite

En lignes : lettres de Jean-Antoine-Hubert Roudil de Berriac

C’est à Jean-François Séguier que Jean-AntoineHubert Roudil de Berriac dédia, en 1772, son Monumentorum galaticorum synopsis, qu’il venait de faire imprimer à Livourne. Fils d’Antoine François Roudil de Berriac, propriétaire de la Manufacture de drap de Cenne-Monestiés et « receveur des tailles, garde ancien des gabelles* » du diocèse de Carcassonne, le jeune homme était entré en correspondance avec l’antiquaire nîmois au milieu des années 1760, la première lettre conservée étant datée du 22 février 1766. Berriac souhaitait en effet concourir au prix de l’Académie des belles-lettres de Toulouse pour l’année 1767. Il s’agissait de déterminer « l’étendue de la partie de la Celtique habitée par les Volques tectosages avant l’entrée des Romains dans leur pays ». Ses attentes ne furent pas déçues. Séguier, qui visiblement connaissait bien son père et qui partageait une amitié commune pour Antoine Albert, docteur en droit et en médecine, procureur du roi à l’hôtel de ville de Carcassonne, répondit à ses demandes au-delà de toute espérance, l’aidant constamment tout au long de la rédaction de la dissertation qui obtint le prix « doublé » de l’Académie en 1767 (il avait été « réservé » en 1764 et annoncé « doublé » pour 1767).

Lire la suite