L’édition électronique de la correspondance de Séguier : un point en arrière

séguier

Relativement oubliée depuis la fin du XVIIIe siècle, la figure de Séguier a été redécouverte dans les années 1980. Botaniste, épigraphiste, collectionneur de médailles et de fossiles, le savant a sans doute pâti de son éparpillement disciplinaire et de son incapacité à mener à publication ses immenses recherches manuscrites. La thèse d’Elio Mosele, puis les colloques organisés à l’occasion du bicentenaire de sa mort (1784) et du tricentenaire de sa naissance (1703), ont contribué à un regain d’intérêt autour de cette figure de savant moyen, d’érudit en marge des Lumières. En étudiant ses carnets et sa correspondance, Daniel Roche redonne définitivement à Séguier l’étoffe d’un Républicain des lettres. Dans la foulée de ces travaux, et d’un plus récent colloque tenu à Nîmes (2003), les papiers de Séguier ont fait l’objet de plusieurs travaux ou d’éditions particulières : la correspondance avec le naturaliste Pierre Baux est publiée en 2006 par Samuel Cordier et François Pugnière, les carnets de correspondants et de visiteurs en 2008 par Emmanuelle Chapron.

Un projet plus ambitieux d’édition et d’étude des archives savantes de Séguier prend naissance dans le cadre de l’Institut Européen Séguier (association nîmoise fondée en 2005). Une structure ad hoc, le Comité international Séguier, est mise en place à l’initiative de Gabriel Audisio et se réunit pour la première fois au printemps 2010.

Les premières années du projet ont été consacrées à deux chantiers : la mise en place du site internet (www.seguier.org) et le repérage des lettres, en France et en Europe. Le point cardinal dans l’élaboration du site, réalisé par Eric Carroll, a consisté à ne pas se tenir à la seule correspondance de Séguier, mais à réfléchir à un outil électronique pour l’édition des écritures savantes – c’est-à-dire de tous les papiers produits par un individu dans le cadre de son travail intellectuel : la correspondance, mais également les notes de lecture, les carnets, les brouillons, ou encore le catalogue de ses collections et de sa bibliothèque – l’ensemble des « écritures ordinaires » du savant, dont la fonction est éminemment pratique. Ces écritures suscitent depuis quelques temps l’intérêt des chercheurs en sciences humaines, sociologues, historiens ou anthropologues. Tous ces écrits (et pas seulement les ouvrages imprimés) permettent d’éclairer le processus d’élaboration des savoirs – savoirs de l’antiquité, de la botanique, de la numismatique – mais ils reflètent également une conception du travail savant, de son organisation et des formes de l’échange intellectuel.

Le travail a commencé par la correspondance. Jean-François Séguier entretient une correspondance qu’on peut qualifier de « moyenne » si on la replace dans celles de son temps. 340 correspondants, autour de 3500 lettres conservées, c’est 4 à 5 fois moins que les plus grosses correspondances du XVIIIe siècle conservées (les 21 000 lettres de Voltaire – le plus gros épistolier de l’époque –, les 17 000 lettres du médecin suisse Haller), mais c’est beaucoup plus que bien de savants de bonne renommée de son époque. Sa correspondance a, à la fois, une forte dimension régionale et une forte dimension européenne (un tiers des lettres lui sont adressées par des non-régnicoles), en particulier de l’Italie du nord (un peu atténué dans la seconde partie de sa vie, après le retour à Nîmes).

Cette correspondance se divise en deux ensembles : les lettres conservées à la bibliothèque Carré d’Art de Nîmes, celles qui sont dispersées hors de Nîmes. En dehors de Nîmes, la recherche des lettres est une entreprise longue et délicate, tributaire des instruments de recherche disponibles. Des lettres ont pour le moment été repérées dans sept pays différents (Allemagne, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse), plus précisément dans 45 établissements différents (le plus souvent des bibliothèques), dont 21 à l’étranger. Les plus gros ensembles sont conservés dans les villes du sud-est de la France (Arles, Avignon, Carpentras) et à Paris, mais également à Londres, Zürich, Genève et Forli (Italie). Ce tableau résulte d’une recherche dans tous les instruments disponibles en ligne (catalogues et inventaires), mais aussi de bonnes fortunes et de hasards (la bibliothèque de Rovereto nous a spontanément contactés pour nous signaler la présence de lettres de Séguier ; un collègue en voyage en Russie a pris contact avec la bibliothécaire de la bibliothèque de Saint-Pétersbourg et nous a signalé les lettres qui y sont conservées, etc.). Au terme des recherches, il devrait être possible de mesurer le « taux de survie » de la correspondance. D’emblée, il est évident que comme souvent, les lettres reçues (la correspondance passive) sont plus nombreuses dans notre corpus que les lettres envoyées par l’individu qui nous intéresse (la correspondance active). À l’heure actuelle, on connaît environ 2800 lettres à Séguier et quelques centaines au maximum de lettres écrites par Séguier.



Citer ce billet
Emmanuelle Chapron (2015, 11 septembre). L’édition électronique de la correspondance de Séguier : un point en arrière. Archives savantes des Lumières. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tyc7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.