Lettre à Joseph Elzéar Dominique de Bernardi (1751-1824)

Avocat au parlement d’Aix, issu d’une famille de magistrats résidant à Carpentras, Joseph Elzéar Dominique de Bernardi participe au concours proposé en 1775 par l’Académie de Nîmes. Il s’agissait de rédiger un éloge de l’évêque Fléchier. Malheureusement, comme l’en informe Séguier, le morceau remis par Bernardi n’a pu être examiné par l’assemblée savante, car l’auteur avait dévoilé son identité, en contravention au règlement du concours. Bernardi a alors 24 ans : comme d’autres, il se lance dans la grande aventure des concours académiques. Ce n’est pas la première fois que sa négligence des règles lui joue un tour. L’année précédente, il avait participé au concours proposé par l’académie des Jeux Floraux de Toulouse, qui portait sur l’éloge de Cujas : « mais l’auteur l’ayant adressé directement par la poste au secrétaire de l’académie, au lieu de le faire présenter, comme il est de règle, par une personne domiciliée à Toulouse, il n’a pu être admis au concours » – ce qui ne l’empêche pas de faire imprimer son discours, « parce que l’Académie n’en a point couronné d’autre » (Éloge de Jacques Cujas, conseiller au Parlement de Grenoble, docteur-régent en droit civil à l’Université de Bourges, avec des notes historiques et critiques sur la vie de ce jurisconsulte et sur le droit romain, Paris, 1775).

La lettre de Séguier relevait de la correspondance académique : elle n’appelait, ni n’a reçu de réponse.

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "Lettre à Joseph Elzéar Dominique de Bernardi (1751-1824)," publié sur Archives savantes des Lumières, 23/02/2018, https://seguier.hypotheses.org/380.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.