Lettres de Laurent Béraud

La correspondance avec le jésuite lyonnais Laurent Béraud (1703-1777) fait partie de celles que Séguier entame après son séjour à Lyon en 1755, dont trois sont étroitement liées au collège de la Trinité. Laurent Béraud avait la charge des remarquables collections de l’établissement, ayant acquis une solide réputation de numismate. Dès la première lettre, le 1er janvier 1756, qui fait réponse à une lettre de Séguier, Béraud propose des échanges de monnaies et de morceaux d’histoire naturelle dont il sait que Séguier est « riche et très riche ». En 1758, le cabinet du collège est victime d’un vol important et Béraud avertit Séguier de prendre garde à ce qui est revendu. Béraud reçoit les voyageurs envoyés par Séguier (le comte de Rochemore avec son épouse, malade, en 1760). Il fait des recherches pour lui dans la richissime bibliothèque du collège, transmet lettres et paquets (en particulier à Maupertuis, via les libraires de Tournes).

Surtout, il tient constamment informé son interlocuteur des nouvelles littéraires qu’il collecte à l’occasion du passage qu’occasionne l’incontournable visite du cabinet de médailles dont il a la charge. En février 1762, c’est « Wilcoks », un voyageur anglais, ami de Needham, qui l’informe des travaux de ce dernier sur des caractères égyptiens ressemblant à des caractères chinois, ainsi que du travail d’un minime nommé Jouveau qui empaille des animaux, montre son cabinet et travaille chez l’archevêque à lui en dresser un.

En 1765, Béraud est chassé de Lyon à la suite des affaires de refus de sacrement ; il s’installe à Bollène avec d’autres pères, dans une maison prêtée par M. de La Bastie, puis à Avignon.

Curieusement, la correspondance s’arrête à ce moment, après 10 lettres, alors que les deux hommes n’ont jamais été géographiquement si proches.

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "Lettres de Laurent Béraud," publié sur Archives savantes des Lumières, 23/02/2018, https://seguier.hypotheses.org/378.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *