Lettres de Mathieu Louis Anibert

L’arlésien Mathieu Louis Anibert (1742-1782) était un avocat renommé à Arles, mais également un poète et un historien, membre des académies de Marseille et de Nîmes. Il est l’auteur des Mémoires historiques et critiques sur l’ancienne République d’Arles (Yverdon, 1779-1781, 3 t.) et d’histoires locales (Dissertation topographique et historique sur la montagne de Cordes et ses monuments, Arles, 1779). Il meurt à 40 ans en laissant des œuvres inachevées.

Il adresse quelques lettres à Séguier, entre 1779 et 1781. La première fait allusion à une lettre précédente, qui manque et qui fait sans doute valoir leur commune amitié pour l’abbé Bonnemant. Elle se place d’emblée dans le cadre des conventions implicites de la République des lettres : « Quand je pris la liberté de vous écrire, il s’en faut bien que j’ai prétendu vous assujettir à la contrainte d’une correspondance réglée » et, à la fin de la lettre, « Je crois devoir finir comme j’ai commencé en vous priant de ne point regarder cette seconde lettre comme un moyen d’extorquer une réponse et d’empiéter par là sur des occupations plus utiles et plus sérieuses » (14 novembre 1779). Il évoque sa profession, ses premiers essais dans les « muses badines et légères » et son virage historien. Il soumet le 2e volume de ses Mémoires à l’académie, par l’intermédiaire de Séguier. La deuxième lettre évoque les violentes dissensions avec Papon, son collègue à l’académie de Marseille.

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "Lettres de Mathieu Louis Anibert," publié sur Archives savantes des Lumières, 23/02/2018, https://seguier.hypotheses.org/372.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.