L’ami de Turin : Carlo Allione

Carlo Allioni (1728-1804) est de vingt-cinq ans le cadet de Séguier. D’abord médecin (il est laureato en médecine à Turin en 1747), il se consacre ensuite à la botanique. En 1755, à 27 ans, il publie le Rariorum Pedemontii stirpium. En 1760, il est nommé professeur extraordinaire de botanique à l’université de Turin ; son enseignement s’inspire de la nomenclature linnéenne, dont il est un des fervents soutiens. En 1763, après la mort de Donati, il est nommé professeur ordinaire et directeur du jardin botanique de Turin.

La correspondance avec Séguier est l’une des plus importantes du savant nîmois (105 lettres de Séguier, 59 lettres d’Allione conservées à Nîmes et à Paris). Elle commence alors qu’Allione est tout juste laureato en médecine, en 1748 ; même si c’est Séguier qui s’adresse à lui, à l’initiative de Cerati, Allioni apparaît dans les lettres comme un obligé de Séguier, son « homme à tout faire ». La correspondance tourne surtout autour de l’échange de nouvelles littéraires et scientifiques (expériences sur l’électricité), l’achat et l’envoi de livres et de spécimens naturels, de plantes et de fossiles en particulier.

La correspondance fourmille d’indications sur les aspects matériels du travail savant, les difficultés des excursions botaniques (Séguier note un affaiblissement de sa vue lorsqu’il revient des hautes montagnes, 28 octobre 1753), la manière de conditionner un herbier (10 mai 1750, 7 mars 1759), d’emballer les fossiles pour qu’ils ne se brisent pas en route, le type de lumière (lampe plutôt que bougie) à utiliser pour ne pas s’abimer la vue (28 octobre 1753). En 1774, Séguier précise quand même qu’à 70 ans, il lit encore sans lunettes les caractères les plus menus (19 avril 1774)

À Allione, Séguier annonce ses affiliations académiques (Paris, Bologne), ses nouvelles correspondances (le botaniste madrilène Hortega, en 1751), ses acquisitions (la collection de Spada : le 13 juin 1751, il se préoccupe déjà de la manière dont il fera passer les spécimens en France). Il lui raconte l’avancée de son travail (le supplément des Plantae, l’ouvrage sur les pétrifications du Véronais, l’Index des inscriptions). La publication du traité d’Allione est l’occasion de réflexions sur la longueur des titres, les correcteurs d’imprimerie. Séguier pratique la partition des champs disciplinaires : il n’a pas envoyé à Allione sa dissertation sur la Maison carrée perchè era cosa antiquaria.

Premières évocations des douleurs rhumatismales en 1754 : en 1758, Séguier explique que ces douleurs, ressenties en été à l’estomac et à la poitrine, se transforment en hiver en rhumatismes et sciatiques ; c’est le fruit de ses explorations naturalistiques dans les montagnes. Le 14 mai 1760, il se plaint qu’il a abandonné tout commerce avec ses amis et tout travail depuis 6 mois à cause de ses incommodités. En août, après des coliques très douloureuses, il indique qu’il n’a pas entretenu sa correspondance, même avec les intimes, depuis 9 mois.

Les lettres de 1755 comprennent beaucoup de détails sur les préparatifs du départ (l’empaquettage de 21 caisses de spécimens, les plus gros restant en Italie, les dernières fouilles sur le mont Bolca pour ramasser des poissons, l’itinéraire de retour passant par Bologne, Parme, Plaisance et Turin pour visiter les amis et faire connaissance avec Allione qu’il ne connaît que par lettres). Le 2 décembre 1755, il envoie sa première lettre de Nîmes. La ville a grandi mais peu changé ; les minéraux sont bien arrivés, font l’admiration de tous, son frère les classe et ils vont bientôt pouvoir être disposés. Cinq caisses de livres attendent encore à Livourne, des affaires l’appellent à Saint-Ambroix, il reprend ses activités académiques à Montpellier comme associé libre et non plus comme correspondant. En 1771, il raconte son emménagement dans sa nouvelle maison.

 

La correspondance comprend également des éléments réflexifs sur la pratique épistolaire. D’abord, sur la langue. La première lettre est en français mais Séguier laisse à son correspondant le choix de la langue : « Se la favella italiana è a V.S. Ill.ma più famigliare, me l’accenni, che la prima volta, le scriverò in quella lingua » (23 novembre 1748). En effet, à partir de la deuxième lettre, Séguier écrit en italien. Il propose à Allioni de le mettre en relation avec les savants de Cambridge, mais ils n’écrivent qu’en anglais, même quand ils connaissent une autre langue. On peut leur écrire en italien ; Séguier, lui, a quelquefois écrit en anglais, mais ça lui cause trop de fatigue « ed amo d’essere spedito » (17 décembre 1752).

Ensuite, sur les aspects matériels. Il recommande une lettre écrite à d’Argenville une lettre qui lui a coûté trois jours de fatigue, qu’il serait hors d’état de reproduire si elle venait à se perdre (27 janvier 1753). Il demande de quel sable ou poudre on se sert à Turin pour sécher l’écriture (4 février 1753). Après le retour à Nîmes, la disparité des systèmes postaux complique les communications. Le 21 décembre 1759, il annonce la mise en place d’un nouvel impôt sur les lettres qui double le prix des lettres dès qu’elles ne sont pas une simple feuille de papier (y compris lettres simples sous enveloppe, all’Italiana). Le 14 mai 1760, à propos d’une lettre pour Donati incluse dans son envoi, si la letterina paraît trop menue et en danger de se perdre, mettevi un sopra carta. Les longues lettres doivent être impérativement confiées à des tiers et pas à la poste.

Enfin, sur le réseau épistolaire. Allioni est le relais utilisé pour les envois à Paris aux correspondants de Séguier, à Réaumur ou d’Argenville. Les lettres comprennent de nombreuses lamentations rituelles sur la lenteur des communications et le caractère peu fiable des intermédiaires. Avec le retour à Nîmes, Séguier lui adresse des voyageurs (Gérard de Provence, le comte Zinzendorf), l’utilise désormais pour faire parvenir des lettres à ses amis d’Italie (Donati à Lucques, Bassi à Bologne, le prieur Trona, La Tourette, Roudil de Berriac, André…) : chaque lettre à Allione contient plusieurs lettres à d’autres.

Pourtant, la correspondance se ralentit après le retour à Nîmes : le 18 décembre 1761, Séguier se plaint que sono mesi e mesi che non ho più delle vostre nuove ; le 24 janvier 1763, Séguier reçoit un paquet d’Allione, ma fui molto sbigottito di non rinvenire nè meno una letterina vostra. Ce ralentissement est lié conjoncturellement aux problèmes de santé des deux hommes, mais aussi, probablement, au différentiel de notoriété qui se creuse : en 1763, après la mort de Donati, Allione est nommé professeur ordinaire et directeur du jardin botanique de Turin ; Séguier, lui, n’arrive même pas à lui faire parvenir des graines du jardin de Montpellier, à cause du désaccord entre Gouan et les préposés du jardin. Le 10 juillet 1766, Séguier note : Sono anni ed anni che non ho più nuove di voi. Le 17 décembre 1771, Séguier écrit en français. Les envois matériels ne cessent pourtant pas (semences, fossiles). Le 28 mars 1775, Séguier s’inquiète de savoir si Gaetano Monti est toujours vivant (il a confié une lettre à un ami voyageur pour lui, voudrait se remettre en relations avec lui).

La correspondance s’arrête sans raison apparente en 1775.

 

Bibliographie

Charles Liotard, « Analyse d’une collection de lettres de J.-F. Séguier à Carlo Allione de Turin », in Mémoires de l’Académie du Gard, 1863-1864, 1865, p. 164-208.

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "L’ami de Turin : Carlo Allione," publié sur Archives savantes des Lumières, 23/02/2018, https://seguier.hypotheses.org/370.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.