Jean-François Séguier et l’académie royale des sciences de Montpellier

La société royale des sciences de Montpellier est fondée en 1706 par lettres patentes de Louis XIV « comme extension et partie de l’Académie parisienne »[1]. Les observations astronomiques constituent une partie importante de ses activités. Dès 1745, elle dispose d’un observatoire à la tour de Babote, qui est probablement le plus ancien observatoire public après celui de Paris. En 1748, alors qu’il réside à Vérone, Séguier envoie ses observations astronomiques aux académiciens montpelliérains par l’intermédiaire de François-Xavier Bon de Saint-Hilaire (1678-1761), l’un des fondateurs de la société et l’un de ses présidents, auquel il est par ailleurs apparenté[2]. Dès l’année suivante, Séguier est élu membre correspondant de l’académie de Montpellier, et devient le correspondant de Pierre-François de Guilleminet[3]. Cette « correspondance » n’en a toutefois que le nom, car les deux hommes n’échangent que de rares lettres et les salutations croisées se font par l’intermédiaire de Bon de Saint-Hilaire. Séguier participe à certains concours proposés par l’académie, comme en 1750, continue ses envois aux astronomes montpelliérains (ceux des observations menées en Italie et des Ephémérides de Zanotti), et traduit en italien l’observation de l’aurore boréale faite par son correspondant Guilleminet[4].

Les relations entre les astronomes montpelliérains et le savant nîmois restent cependant assez importantes pour que rapidement après son retour à Nîmes, en 1755, Séguier soit nommé académicien libre en remplacement du défunt Barrère[5]. Les contacts restent cependant sporadiques, ou mal documentés. En 1760, c’est au moment où Bon de Saint-Hilaire, vieillissant, ne semble plus pouvoir faire office d’intermédiaire (il meurt l’année suivante) que Séguier s’adresse directement à Étienne-Hyacinthe de Ratte (1722-1805), le secrétaire de l’Académie, pour lui rapporter les observations sur la comète faites à Marseille par le père jésuite de la Grange, et celles qu’il a faites à Nîmes.

[1] Jean-Michel Faidit, « La Société Royale des Sciences de Montpellier », dans Règlements, usages et science dans la France de l’absolutisme (colloque du tricentenaire de la réforme de l’Académie des Sciences, juin 1999, Paris), Institut de France, Académie des Sciences, Paris, Éd. Tec & Doc, 2002, p. 255–264.

[2] BMN, ms. 135, fol. 19-20, Bon de Saint-Hilaire à Séguier, 7 octobre 1748 et, de manière générale, sur la correspondance entre les deux hommes, le billet rédigé par François Pugnière sur https://seguier.hypotheses.org/117

[3] Lettre d’acceptation de Séguier dans AD Hérault, Montpellier, D 205, n° 27. BnF, NAF 6568, fol. 58-59, Guilleminet à Séguier, Montpellier, 2 juillet 1749.

[4] BMN, ms. 135, fol. 26-27, Bon à Séguier, 13 juin 1750.

[5] BMN, ms. 135, fol. 40, Bon à Séguier, 21 mars 1756.

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "Jean-François Séguier et l’académie royale des sciences de Montpellier," publié sur Archives savantes des Lumières, 23/02/2018, https://seguier.hypotheses.org/348.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.