« Vous êtes pour l’antiquité ce qu’était Monsieur de Fontenelle pour l’histoire de la nature ». Lettres du marquis de Méjanes

Le nom de Jean-Baptiste Marie de Piquet, marquis de Méjanes (1729-1786), au même titre que le marquis d’Aubais, reste indissociablement associé à la bibliophilie méridionale au siècle des Lumières. Par testament, en 1786, non sans analogie avec le legs de Séguier en 1778, il donna aux États de Provence les 60 à 80 000 volumes que comptait sa bibliothèque, à la condition qu’elle soit ouverte au public. Ce legs fut ainsi à l’origine des fonds de la bibliothèque municipale d’Aix.

Les 47 lettres de sa main, adressées à Séguier, sont presque toute datées d’Arles en dehors de celles des années 1777-1778, où il exerça l’éreintante charge de procureur du pays de Provence à Aix. Tout, visiblement, n’a pas été conservé. On ignore notamment à quelle date les deux hommes entrèrent en correspondance, la plus ancienne lettre étant datée du 2 août 1768. Ils partageaient visiblement des amitiés communes, notamment celle de Guillaume de Nicolay ou Nicolaï que Séguier connaissait depuis les années 1720. Les deux cités, géographiquement proches, entretenaient par ailleurs des liens étroits comme en témoignent les nombreux Nîmois, et non des moindres, mentionnés par Méjanes à l’occasion de leur passage.

En toute logique, le livre occupe une place centrale dans la correspondance. De fait, l’exceptionnelle bibliothèque du marquis, au même titre que le fut celle du marquis d’Aubais jusqu’en 1777, constitua une ressource importante, un véritable instrumentarium, que Séguier n’hésita pas à solliciter, d’autant que la proximité et le flux continuel des voituriers facilitaient grandement la circulation des ouvrages. Dès 1769, le marquis avait d’ailleurs proposé à Séguier de « disposer de tous [ses] livres », s’estimant heureux de se « procurer le plaisir si flatteur d’être utile à un littérateur et à un naturaliste aussi illustre que vous. » Ce n’était pas un simple artifice épistolier : il prêta à Séguier, dont il louait le soin et l’attention portée aux emballages, des ouvrages rares tel le Lexicon diplomaticum de Walther ou le Numismata imperatorum romanorum de Banduri. Méjanes s’efforça par ailleurs de signaler à Séguier toutes les publications susceptibles d’alimenter l’index absolutissimus, le grand recueil épigraphique de Séguier dont il connaissait parfaitement l’existence. Ainsi, en 1779, il signala que le Thesaurus eruditae antiquitatis de De La Chausse ne renfermait que des dessins de monuments romains, tout en lui proposant Les ruines des plus beaux monuments de la Grèce de Le Roy, ouvrage rare qu’il venait d’acquérir, ou l’Histoire de la ville de Metz, publiée par les bénédictins de Saint-Maur. Méjanes affirmait ainsi que le « premier et unique mérite » des livres était « d’être utile et surtout à des personnes qui savent en tirer aussi bon parti que vous ». « Je les aime avec passion » affirmait-il à propos de ses précieux volumes, « mais je n’en suis pas esclave et je vous ai une vraie obligation de me demander tout ce qui peut entrer dans le plan de vos études et travaux littéraires ».

L’échange pourrait de fait paraître déséquilibré, mais en réalité Méjanes réussit à mettre la main sur de nombreux manuscrits par l’entremise de Séguier, efficace rabatteur qui réussit également à lui procurer des éditions rares, tels le Marmora Felsina de Malvasia ou l’Aelia Laelia Crispis, du même auteur. Il lui acheta par ailleurs quelques impressions nîmoises, difficilement trouvables, servant d’intermédiaire auprès du libraire nîmois Michel Gaude ou plus tard du libraire Joseph Buchet, avec qui Séguier avait pourtant moins d’affinités.

Le savant nîmois, au fait de sa notoriété, lui permit surtout d’obtenir de précieux manuscrits, que son correspondant recopia avec soin : ainsi, lui confia-t-il ses copies des manuscrits de Guiran qui permirent au marquis de compléter le recueil incomplet qu’il avait acquis à la mort du feudiste Richard Bouquier, ainsi que des manuscrits inédits de Bouteroue et de Castellane. En 1774, Séguier parvint également à lui acquérir un recueil manuscrit de lettres latines d’Antoine Arlier, peut-être celui qu’avait rassemblé l’abbé Bonet, mort en 1772 et qui semble former aujourd’hui le ms 200 de la bibliothèque Méjanes, édité par Jan Noble Pendergrass en 1991.

Le commerce littéraire, le goût des livres finit par

donner naissance à une profonde estime, voire une réelle amitié, transcendant largement l’inégalité des conditions. Dès 1769, le marquis avait proposé à Séguier un « asile philosophique », lui ouvrant son toit, bona care et hoste, et sa bibliothèque. Ses vœux se réalisèrent en 1776, à l’occasion du séjour fructueux que fit son visiteur, nouant des liens étroits avec l’abbé Bonnemant et avec les frères Véran, tout en renouant avec son ami Nicolay. Séguier, par « excès de délicatesse », n’aimait pourtant guère descendre chez des « particuliers » : seuls Méjanes et l’évêque d’Agde font exception.

C’est en tout cas à cette occasion qu’il réalisa un premier relevé des trous du grand bâtiment corinthien de l’actuelle place du Forum, poussant Méjanes à affirmer qu’il « faudrait bien croire à la métempsychose » car « à moins d’avoir été leur contemporain…, il n’est pas possible d’arracher le voile que la série des siècles a jeté sur ces précieux monuments échappés aux ravages si destructifs des barbares ». De tels propos dépassaient en réalité la simple marque d’obligeance : l’admiration que Méjanes nourrit pour son hôte n’avait semble-t-il rien d’artificielle, d’autant que Séguier fut toujours attentif à cultiver une amitié à laquelle il tenait.

Ce recueil de lettres, incomplet, éclaire en tout cas d’un jour particulièrement cru la circulation des ouvrages et des manuscrits au sein des milieux intellectuels se voulant héritiers de l’humanisme savant. L’intérêt que Méjanes ou Séguier nourrissaient pour les travaux d’Arlier ou de Peiresc n’avait rien d’anecdotique : il révèle en effet un regard porté, sans grande distanciation, sur un passé très présent, malgré un siècle et demi de distance, réaffirmant ainsi, à leur manière, la dignité épistémologique fondamentale de l’érudition que ces deux représentants de la culture savante méridionale se plaisaient à perpétuer à leur manière.

 

 

Jean-Marc Châtelain, Un cabinet d’amateur à la fin du XVIIIe siècle : le marquis de Méjanes bibliophile, Aix-en-Provence, Cité du livre, Paris, Association internationale de bibliophilie, 2006

Xavier Lavagne, « Le marquis de Méjanes et ses livres », Histoire des bibliothèques françaises, t. 2., Paris, 1988, p. 257-259.

Raphaële Mouren, « Je lègue ma bibliothèque à… » : dons et legs dans les bibliothèques publiques, Arles, Atelier Perrousseaux, 2010.

Etienne Rouard, Notice sur la bibliothèque d’Aix, dite de Méjanes, Paris-Aix, 1831.

Méjanes, 1786-1986 : à l’occasion du bicentenaire de la donation et de la mort de Jean Baptiste de Piquet, marquis de Méjanes : exposition…, Aix-en-Provence, 1986

Jean Stouff, Bibliothèques privées en Provence occidentale au siècle des lumières, thèse, Aix-en-Provence, 1991

 

 

http://www.citedulivre-aix.com/citedulivre/IMG/pdf/8-_Marquis_de_Mejanes.pdf

http://www.citedulivre-aix.com/citedulivre/spip.php?article118

Citer ce billet: François Pugniere, "« Vous êtes pour l’antiquité ce qu’était Monsieur de Fontenelle pour l’histoire de la nature ». Lettres du marquis de Méjanes," publié sur Archives savantes des Lumières, 10/12/2017, https://seguier.hypotheses.org/332.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.