La passion de l’antique : Séguier et le monde savant arlésien

Le séjour de quelques jours à Arles, que Séguier avait effectué en compagnie de Maffei en novembre 1732, lui avait permis d’apprécier à leur juste valeur l’exceptionnelle richesse des antiquités que conservait encore la cité provençale, même si leur lecture n’avait alors rien d’aisé. La notice qu’il consacra à ces « précieux restes » demeure, de manière significative, une des plus développées et des plus substantielles que l’on puisse trouver dans ses Fragments de quelques notes que je fis en voyageant en France, en Angleterre et en Hollande (Bibl. mun. de Nîmes ms 129). Il avait fait à l’occasion de ce premier séjour la connaissance de l’antiquaire Jean Raybaud, avocat et « archivaire » du grand prieuré de Saint-Gilles, avec qui il ne semble pas avoir noué de relations durables, même s’il efforça d’obtenir une copie de ses manuscrits.

Les relations unissant Séguier à Arles, après son retour d’Italie en 1755, se résumèrent dans un premier temps aux liens étroits et chaleureux qu’il entretint tout au long de son existence avec Guillaume de Nicolaï ou Nicolay (qui possédait aussi le château de Crau-Longuette, près de Saint-Martin-de-Crau et dont il ne subsiste malheureusement aucune lettre) et avec la famille Natoire, notamment avec Charles-François-Xavier, contrôleur de la manufacture du tabac à Arles. C’était un des frères de Charles-Joseph, le directeur de l’académie de France à Rome, avec qui Séguier échangea une correspondance diffuse, aujourd’hui perdue. Ce n’est en fait qu’à partir des années 1760 qu’il put progressivement nouer de nouveaux liens épistolaires, d’abord avec le marquis de Méjanes, puis avec la génération d’antiquaires qui allaient illustrer l’antiquariat arlésien dans le dernier tiers du siècle, et notamment avec l’abbé Bonnemant et avec Pierre Véran

Par bonheur, les aléas de la conservation ont permis de préserver, à Arles, une part notable des lettres envoyées par Séguier à ces deux derniers. Les fonds nîmois, quant à eux conservent 10 lettres de l’abbé Bonnemant, mais aucune de Pierre Véran, dont il existe toutefois quelques copies dans les fonds de la médiathèque d’Arles. Outre quatre lettres du père Dumont, les recueils de Carré d’Art abritent également trois lettres du médecin Louis Bret, excellent botaniste, et trois de l’avocat Louis Mathieu d’Anibert. Quant à la correspondance avec les Natoire, pour l’essentiel avec Charles-François Xavier, elle s’avère passablement dispersée, 3 lettres étant conservées à Nîmes, 10 à la Bibliothèque nationale, 2 lettres de Séguier subsistant dans les fonds arlésiens.

La réputation d’antiquaire de Séguier, après son retour en France, si elle était bien établie dans les milieux érudits les plus impliqués au sein de la République des lettres, n’avait pourtant rien d’évidente, car il ne publia rien avant 1759. Elle était toutefois on ne peut plus affirmée parmi ses compatriotes nîmois, et notamment au sein de la famille Natoire, originaire de Nîmes mais installée à Arles, toujours prompt à en exalter les talents de leur ami. « Tout ce qui a trait à la savante antiquité, affirmait ainsi Charles François-Xavier Natoire, vous appartient de droit… C’est une espèce de ministère dont vous êtes chargé, mille fois plus flatteur que ceux où l’on est appelé par la faveur ou par le caprice du sort ». C’est à ce titre que Séguier fut constamment tenu au courant des découvertes opérées à Arles même ou à Trinquetaille. En 1758, Charles François-Xavier lui envoya ainsi copie d’un piédestal trouvé près de Notre-Dame-la-Major, lui envoyant également en 1766 plusieurs relevés d’inscriptions latines ainsi qu’une copie d’une inscription hébraïque, qui allait donner matière à une dispute littéraire avec l’abbé Lenteaume, ex-jésuite, versé dans les langues anciennes*. Le neveu, de son côté, envoya en 1779 à Séguier une description d’un aqueduc et quelques dessins des ruines de Glanum. Séguier semble par ailleurs avoir eu abondamment recours aux liens privilégiés qu’entretenaient les Natoire avec Rome pour faire acheminer lettres et paquets en provenance des États pontificaux sous couvert du directeur de l’Académie. En contrepartie, Séguier servit d’entremetteur à plusieurs reprises pour vendre, à Nîmes, une série de dessins de Charles-Joseph dont ses parents souhaitaient tirer un bon prix.

C’est à l’occasion d’un séjour chez le marquis de Méjanes en 1776, avec qui il était entré en relation dans les années 1760, que Séguier fit connaissance de l’abbé Laurent Bonnemant, vicaire de l’église Saint-Laurent, infatigable historien et antiquaire, qui lui permit d’accéder dès son retour à Nîmes aux manuscrits de Lantelme de Romieu. Il lui envoya par ailleurs de nombreuses copies et quelques moulages des sceaux anciens de la ville, que Séguier collectait alors pour le marquis de Miguieu. Son correspondant nîmois, de son côté, réussit à lui procurer un rare Théodose d’or que l’abbé convoitait depuis longtemps.

C’est toutefois le déchiffrement de l’inscription de l’édifice de la place actuelle du Forum (alors place Saint-Julien) qui occupe une place prépondérante dans leurs échanges. Bonnemant avait proposé lui-même une restitution partielle en mai 1776, peu après le départ de Séguier qui s’était engagé à achever l’opération en relevant directement les trous de scellement à partir de calques. Il avait dans ce but projeté un nouveau séjour arlésien, sans cesse remis du fait de l’absence prolongée du marquis de Méjanes. Le relevé de visu, en réduction, qu’il avait affiché chez lui dans la salle de l’académie, et qu’il montra au comte de Provence de passage à Nîmes en 1777, lui permit toutefois de restituer en 1778 le texte de l’inscription que l’abbé s’empressa de diffuser. Par la suite, les deux hommes n’eurent de cesse d’échanger au sujet des inscriptions arlésiennes, Bonnemant informant avec régularité Séguier des nouvelles découvertes.

L’entrée en correspondance avec Pierre Véran est plus tardive. L’inspecteur du canal de Crapone, qui allait devenir par la suite archiviste de la ville d’Arles, se passionnait pour l’antiquité. En 1779, il soumit à Séguier le plan qu’il venait de réaliser des vestiges romains de la place du Forum, dont on ignorait alors la vocation. « L’explication savante que vous donnâtes dans le temps de l’inscription qui se trouve sur la frise de l’édifice de la place de cette ville, affirmait le jeune Arlésien, me fit concevoir l’idée de faire la recherche de tous les vestiges de cet ancien monument. ». Séguier lui répondit en l’encourageant vivement dans ses recherches, lui demandant notamment s’il n’avait pas pu découvrir la partie manquante du frontispice du temple de la place Saint-Julien. S’engagea alors une correspondance distendue, la santé de Séguier se dégradant peu à peu, puisqu’il perdit la vue à la fin de 1783. Elle portait principalement sur la fonction de ces vestiges, en lesquels Véran voyait l’assemblage d’un palais impérial et d’un grand réservoir d’eau, ce que Séguier contestait puisqu’il considérait, à juste titre, qu’il s’agissait des restes de l’ancien forum.

Quant au Père Étienne Dumont, minime ayant longtemps vécu à Rome et qui allait en 1785 commencer à faire transporter et exposer les objets antiques dans le couvent des Minimes, ce n’est qu’en septembre 1783, recommandé par l’abbé Bonnemant, qu’il rencontra Séguier à Nîmes. S’ensuivit une courte correspondance, interrompue par la mort de Séguier en 1784

 

La correspondance arlésienne de Séguier s’avère ainsi d’une grande richesse et montre à quel point le rayonnement de Séguier à l’échelle provinciale avait pu s’affirmer pleinement à la fin des années 1760. Le déchiffrement de l’inscription de la place Saint-Julien, tout comme l’intérêt qu’il porta au temple de Livie à Vienne, souligne également à quel point la découverte de l’inscription de la Maison Carrée contribua à façonner le mythe du fameux antiquaire, celui-là même que Beaumarchais n’hésita pas à évoquer dans son premier mémoire contre Goezman.

 

 

* Séguier s’était intéressé à l’hébreu ancien dans les années 1740 en compagnie de Maffei, mais n’en avait acquis qu’une maîtrise imparfaite.

 

Maurice Rouquette et Paul Allard, Arles, histoire, territoires et cultures, Arles, 2005.

Estelle Rouquette, « De la passion du sol à la science : antiquaires arlésiens et archéologues au xixe siècle », In Véronique Krings et Catherine Valenti, Les Antiquaires du Midi. Savoirs et mémoires, xvie-xixe siècles, Paris, 2010, p. 73-85

Michel Baudat, « L’abbé Laurent Bonnemant, un érudit et sa bibliothèque », Bulletin des amis du vieil Arles, n° 117, Arles, 2002, p. 21-36.

Maurice Molinier, « Laurent Bonnemant, prêtre et historien arlésien (1731-1802) », Ibid., p. 13-20.

http://www.amisduvieilarles.com/assets/files/bulletins/pdf/117p.pdf

Restitution de l’inscription d’Arles, 1778

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.