Séguier et ses correspondants lyonnais

Séguier et ses correspondants lyonnais

Séguier, tout au long de son existence, entretint des relations étroites avec l’ancienne capitale des Gaule, ne serait-ce qu’avec les libraires de Tournes (ms 311 et 312) et les Duplain. Il sut également toujours tirer partie des « occasions » que lui offraient les liens commerciaux étroits existant entre Nîmes et cette cité, particulièrement lorsqu’il résidait à Vérone. Les Castanier, négociants nîmois installés à Lyon, ou l’oncle de Pierre Baux, son plus proche ami nîmois, permirent ainsi la circulation des livres et des lettres par delà les monts à moindre frais, la voie de mer, par Gênes et Marseille, semblant plus onéreuse et paradoxalement plus longue. Après son retour à Nîmes, Séguier s’appuya, surtout dans les années 1760-1770, sur la branche lyonnaise de la famille De Villas, importants négociants dont Séguier connaissait bien les parents nîmois.

Séguier séjourna à Lyon à au moins deux reprises. La visite prolongée qu’il effectua avec Scipione Maffei du 1er au 6 janvier 1733, lui permit de relever un grand nombre d’inscriptions, s’intéressant notamment au peu que l’on pouvait voir de l’ancien théâtre dans la vigne des minimes (il ne fut identifié qu’en 1887, les dégagements débutant seulement en 1933). Maffei s’intéressait alors à l’autel taurobolique, trouvé en 1704, pour mieux réfuter l’interprétation qu’en avait donné le Père Hardouin en 1725.

Séguier, dans son récit de voyage, s’il décrit abondamment la ville, et notamment la cathédrale Saint-Jean, ne s’étend guère toutefois sur les liens savants noués à l’occasion de ce premier séjour, bien qu’il ait visiblement passé du temps dans la bibliothèque des jésuites, célèbre entre autres pour sa remarquable collection numismatique. Il ne cite, dans son récit de voyage, que le seul Antoine Laisné, directeur des monnaies de Lyon, qui céda en juin 1733 sa remarquable collection à la ville, collection abondamment décrite par Maffei dans la lettre XXII des Galliae Antiquitates.

Les quelques jours qu’il passa à Lyon en novembre 1755, à l’occasion de son retour en France, sont moins documentés, mais ils permirent à Séguier de nouer des liens épistolaires durables, quatre correspondances semblant relativement bien conservées, celles des pères Béraud, Hubert et Saurin, jésuites, et du père Janin, prieur des augustins. Il y retrouva par ailleurs le jésuite Charles-Pierre-Xavier Tolomas, qu’il avait connu à Avignon avant 1732 et qui était alors bibliothécaire de la bibliothèque du grand collège de Lyon.

Il se lia également avec Laurent Planelli de Mascramy de la Valette de Charly, chevalier d’honneur de la cour des monnaies, sénéchal et présidial et davantage encore avec Gabriel de Glatigny, avocat général de la même cour, membre éminent de l’Académie des Sciences et Belles-Lettres de Lyon. Il rencontra aussi Pierre Adamoli, le grand bibliophile et collectionneur, bien connu par les travaux de Yann Sordet,  mais il ne semble pas que cette rencontre ait donné lieu par la suite à un commerce de lettres suivi, Benoît Duplain transmettant à l’occasion les amitiés de l’un à l’autre. Il est par ailleurs peu probable qu’il ait alors croisé la route de Marc-Antoine Louis Claret de Fleurieu de la Tourette, avec qui il allait entretenir d’étroites relations dans les années 1760 par l’intermédiaire d’Esprit Calvet, ni celle de l’abbé Rozier, dont il fit connaissance ultérieurement.

Les corespondances conservées, initiées par le séjour de 1755, ne concernent donc que des ecclésiastiques, dont trois étroitement liés au collège de la Trinité. Laurent Béraud avait la charge des remarquables collections de l’établissement, ayant acquis une solide réputation de numismate. Il rendit de nombreux services à Séguier, en lui envoyant des notes tirées de la richissime bibliothèque des « bons pères ». Il servit par ailleurs d’intermédiaire à plusieurs occasions entre Séguier et Maupertuis, en transmettant lettres et paquets aux frères de Tournes, ou entre Séguier et le pasteur George de Superville, grand collectionneur de médailles qui s’installa par la suite à Nîmes. Surtout, il tint constamment informé son interlocuteur des nouvelles littéraires qu’il collectait à l’occasion du passage qu’occasionnait l’incontournable visite du cabinet de médailles dont il avait la charge.

Le Père Saurin s’intéressait aussi à l’Antiquité, mais fait figure d’amateur en regard de son confrère, dont le renom de médailliste dépassait très largement le cadre lyonnais. Le contenu de ses lettres est de fait beaucoup plus divers, s’intéressant entre autres au vol dont fut victime le médailler des jésuites de Lyon en 1758 ou à l’actualité la plus immédiate, en relatant, entre autres exemples, la réception de la comédie des Philosophes de Palissot, en 1760. Ces missives font par ailleurs souvent allusion aux relations épistolaires qu’entretenait Séguier avec le Père Béraud, Saurin écrivant même à plusieurs reprises au nom du Père Tolomas, dont on a conservé seulement deux lettres, antérieures de surcroît à son séjour lyonnais.

Séguier avait fait également connaissance avec le Père Joseph Janin, docteur en théologie et prieur des Augustins, qu’il revit par la suite à Nîmes. Les 15 lettres conservées sont d’une grande richesse, tant elle révèle l’étendue des réseaux noués par Séguier avec des figures, et non des moindres, de l’érudition et du monde académique lyonnais. Il y est ainsi question du tourangeau Henri Burdin receveur des fermes et collectionneur, que Séguier avait connu à Lyon, ainsi que de Dom Hugues Pison, chartreux originaire de Nîmes, que l’on croise également à plusieurs reprises dans les correspondances viennoises de Séguier. Janin fréquenta par ailleurs à Nîmes des figures importantes de l’antiquariat local, comme le chanoine Pichony, important collectionneur d’antique comme l’ont révélé les travaux d’Odile Cavalier, ou comme François-Esprit de Fléchier de Saint-Julien, dont une part importante des collections d’inscriptions latines fut rachetée par Séguier en 1764.

Janin fut en tout cas un très efficace « truchement », facilitant l’acheminement des livres, des lettres et des naturalia par le biais des marchands et de la circulation constante des Pères augustins entre les maisons de Nîmes – dont l’église n’était à Nîmes rien d’autre que la Maison Carrée – et de Lyon. Janin fit ainsi parvenir à Nîmes quelques ardoises herborisées de la région de Sant-Chamont, destinées à Séguier, au docteur Baux – tout protestant qu’il fût, comme le pasteur de Superville au demeurant – et au capitaine de Saint-Julien. Il le mit par ailleurs en relation avec Pierre Poivre, botaniste, horticulteur et figure importante de l’Académie de Lyon, ou avec Jean-André-Ignace Soubry, trésorier de France qui possédait un jardin remarquable par la rareté des espèces.

L’augustin se passionnait par ailleurs pour les inscriptions et ne cessa d’informer Séguier des découvertes lyonnaises, particulièrement de celles qui avaient été faites dans l’église Saint-Irénée où celles qu’il releva à Aix-les-Bains lors d’un déplacement. On apprend par ailleurs, que c’est le Père Janin qui mit Séguier en relation avec l’abbé Charvet à Vienne, nourrissant ainsi pendant près de 10 ans la curiosité de Séguier pour les antiquités viennoises. Cet intérêt devait aboutir, après la mort de Charvet, au déchiffrement de l’inscription monumentale du fonton du temple de Livie, grâce aux relevés de Pierre Schneyder.

Ses liaisons lyonnaises, nouées en 1755, illustrent bien, et de manière précoce, la recomposition des réseaux relationnels et épistolaires qu’impliquèrent la mort de Maffei et le retour à Nîmes. Cette recomposition allait s’ancrer davantage dans le royaume, et plus particulièrement dans ses provinces méridionales. Plus largement, la France des pouvoirs et des sociétés savantes allait s’affirmer plus nettement, comme l’a montré Daniel Roche, d’autant que Séguier s’impliqua particulièrement dans les activités de l’Académie royale de Nîmes. Elles montrent également l’importance des ecclésiastiques dans le « système Séguier », dont le nombre est proportionnellement élevé comme l’avait déjà montré Daniel Roche en 1985.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *