La thermomanie des Lumières: la correspondance entre Séguier et Jean Gaussen

Né à Montpellier en 1737 dans une famille du grand négoce protestant, Jean Gaussen nourrit une passion commune à d’autres de ses contemporains : la thermométrie. Comparer les mesures effectuées à l’aide des différents thermomètres qui sont alors en circulation, étalonner les appareils à esprit de vin ou à mercure, rassembler les observations réalisées aux quatre coins du globe et à l’occasion des grandes expéditions : c’est à ces activités qu’il consacre ses journées, au moment où la correspondance avec Séguier permet de le saisir à l’œuvre, à la fin des années 1770. Il entretient alors avec le savant nîmois un échange relativement bref, mais très intense : pas moins de quarante-six lettres parviennent à Nîmes entre mars 1778 (incipit de la relation) et février 1780.

La correspondance entre les deux hommes commence en mars 1778 d’une manière curieuse. Scipion Allut, un jeune Montpelliérain qui compte au nombre des admirateurs de Séguier, rapporte à Gaussen que l’érudit nîmois excelle à percer les chiffres : peut-être en a-il eu une démonstration lors de sa visite au cabinet, à l’automne 1777[1]. Gaussen envoie alors à Nîmes une lettre codée de son cru, qui doit piquer la curiosité de l’illustre savant. Mais c’est bien à partir du moment où Gaussen dévoile à Séguier sa passion pour « les observations sur le froid et la chaleur », et que son correspondant lui propose l’aide de sa bibliothèque, que l’échange prend un tour véritablement passionné. Pendant plusieurs mois, d’innombrables paquets de livres prennent la route de Nîmes à Montpellier. À l’été 1778, Gaussen trouve le moyen d’exprimer sa reconnaissance à Séguier en lui offrant ses services lors de la vente de la riche bibliothèque de l’ingénieur Jacques-Philippe Mareschal[2]. À la même époque, il lui envoie deux thermomètres à esprit de vin, qui doivent servir à collecter des mesures et à les comparer à celles qu’a réalisées Pierre Baux, que Gaussen juge peu fiables. Parallèlement, Gaussen continue de compiler les observations thermométriques disponibles dans les ouvrages imprimés, ceux que lui envoie Séguier, ceux qu’il emprunte à d’autres grandes bibliothèques de la province (celles des frères Boissier de Sauvages ou du marquis de Méjanes) ou ceux qu’il achète lui-même. Il a même engagé un, puis deux copistes pour l’aider dans ce grand travail. En ligne de mire, une somme définitive sur les mesures climatiques. S’il se désole de ne pouvoir trouver un libraire intéressé par son grand œuvre, il a pourtant la consolation de faire paraître un long article sur le sujet.

Gaussen a une appréciation très utilitariste des correspondances qu’il entretient, comme il le laisse apparaître au moment d’entrer en relation avec le baron de Servières, qui « possède beaucoup d’observations, [et dont] je compte que cette connoissance me sera utile pour augmenter la collection que j’en fais »[3], ou avec Marcorelle, de Narbonne, dont « on dit qu’il a dans sa bibliothèque beaucoup d’ouvrages sur la physique, et on m’a fait espérer qu’il me prêterait ceux qui pourront être à mon usage ». Est-ce pour cela que la correspondance avec Séguier s’interrompt brusquement, en février 1780, après que Gaussen a épuisé les ressources de la bibliothèque nîmoise et celles de son propriétaire[4] ?

 

Bibliographie

Junius Castelnau, Mémoire historique et biographique sur l’ancienne Société royale des sciences de Montpellier, Montpellier, 1858, p. 182-186.

[1] Sur les relations entre Séguier et Scipion Allut, voir la lettre de l’abbé Pourret du 10 avril 1777. Allut revient au cabinet le 17 septembre 1777, avec Gouan (BMN, ms. 284(2), fol. 12).

[2] Caroline Millot, Jacques-Philippe Mareschal (1689-1778), ingénieur du roi et architecte au xviiie siècle, thèse d’histoire de l’art, Paris I, 2010.

[3] Sur Claude Urbain de Servières, voir Christiane Demeulenaere-Douyère, « L’itinéraire d’un aristocrate au service des “arts utiles” : Servières, alias Reth (1755-1804) », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 15 | 1er semestre 2008, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 03 août 2017. URL : http://dht.revues.org/1010.

 

[4] Séguier n’accède pas à sa demande de rassembler des informations sur les aurores boréales pour Jan Hendrik Van Swinden, que Gaussen veut obliger ; il argue du fait qu’il a déjà transmis ce qu’il savait à Dortous de Mairan, dont Van Swinden veut amender les travaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *