En ligne: correspondance entre Séguier et Augustin Bonet

Originaire de Castres, Augustin Bonet (1717-1772) est chantre au chœur de la cathédrale de Montpellier. C’est également un érudit, auteur d’un Dictionnaire languedocien resté manuscrit. Il entretient avec Séguier une courte correspondance, resserrée dans le temps (juin 1763-octobre 1764), dont on n’a conservé que les sept lettres de Bonet, réparties entre un volume alphabétique (BMN, ms. 138) et un recueil thématique sur l’histoire de Nîmes (BM Nîmes, ms. 210, incluant les deux lettres en français relatives à Antoine Arlier).

La correspondance présente l’originalité d’être presque toute en latin. En juin 1763, Augustin Bonet est candidat au poste de professeur d’humanités au collège de la ville de Nîmes, dont les jésuites ont été expulsés en février. Bonet s’adresse à Séguier, qui a été chargé du recrutement des enseignants, en faisant montre de toute sa latinité, ce qui contraint le Nîmois à lui répondre dans la même langue. La correspondance dure tant que persiste l’espoir d’obtenir la place, espoir finalement douché par la désignation des bénédictins à la succession des jésuites[1]. Les lettres concernent également le projet d’édition des lettres latines d’Antoine Arlier, dont le manuscrit est entre les mains de Bonet, et pour lequel il collecte des renseignements sur l’auteur. Séguier lui en procure par le biais de son correspondant arlésien Richard Bouquier (voir le billet consacré à la correspondance entre Bouquier et Séguier).

[1] Le contrat avec les bénédictins n’est finalement pas exécuté et les doctrinaires sont installés en 1765 : voir Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les collèges français, 16e-18e siècles. 1. France du midi, Paris, INRP-CNRS, 1984, p. 490-496.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *