En ligne: correspondance entre Séguier et Richard Bouquier

Originaire de Martigues, Richard Bouquier s’est fait un nom dans l’histoire érudite locale pour avoir reclassé les archives de Nîmes au milieu du XVIIIe siècle. Ce n’est pas à cette époque que les deux hommes se sont connus – Séguier était alors à Vérone – mais quelques années plus tard, en 1760, lorsque Bouquier lui fait part de ses doutes à propos d’une inscription nîmoise reproduite dans l’Histoire de Nîmes de Ménard. La correspondance entre les deux hommes est très resserrée dans le temps (1760-1764), de taille réduite et relativement bien conservée : neuf lettres, dont six de Séguier à Bouquier (BM Aix-en-Provence, ms. 913) et trois de Bouquier à Séguier (BMN, ms. 135). La manière dont les lettres nous sont parvenues illustrent les différentes modalités de la « mise en archives » des correspondances savantes : celles de Séguier à Bouquier sont insérées dans un des sept volumes des « papiers Bouquier », mélanges relatifs à l’histoire de la ville d’Arles, qui finissent dans la bibliothèque du marquis de Méjanes ; celles de Bouquier à Séguier sont rassemblées dans un des volumes de la correspondance classée par ordre alphabétique[1].

La correspondance porte essentiellement sur des questions d’épigraphie et d’histoire locale. On peut y relever des éléments intéressants sur la manière de travailler des savants. Séguier rapporte qu’il travaille de nuit sur les inscriptions anciennes : « afin d’en constater mieux la leçon, je me suis servi d’un flambeau que l’on présente pendant la nuit de biais aux monuments dont l’écriture a souffert du laps du temps. L’ombre qui se peint à merveille alors dans le creux des lettres les fait apercevoir mieux que le grand jour »[2]. Dans la même lettre, il signale à Bouquier le prochain passage de La Condamine à Arles, qu’il lui recommande et à qui il demande de récupérer l’ouvrage sur les monuments anciens de la ville qu’il a prêté à l’astronome, « afin qu’il [puisse] avoir une connaissance anticipée de vos beaux monuments » et visiter la ville plus efficacemment.

La correspondance conservée n’est probablement pas complète. Il y manque au moins deux lettres qui – ce n’est pas un hasard – contiennent des informations susceptibles d’être reclassées dans des dossiers thématiques, ou transmises à des tiers. En 1760, c’est la lettre par laquelle Séguier transmet à Bouquier sa lecture de l’inscription nîmoise publiée par Ménard. En 1763, c’est celle dans laquelle Bouquier envoie à Séguier des renseignements sur Antoine Arlier, consul nîmois des années 1530 dont Augustin Bonet, chantre montpelliérain, s’apprête à donner une édition des lettres latines : la lettre est copiée par le marquis d’Aubais et transmise à l’intéressé par Séguier. Le savant nîmois regrette peut-être son geste : un an plus tard, il en demande une copie à Bonet.

[1] Il existe également une lettre de Bouquier dans les papiers de Séguier, conservée dans un « recueil » consacré à la généalogie des familles de la province, mais il n’est pas avéré qu’elle ait été destinée à Séguier, car les premiers contacts entre les deux hommes ne semblent pas remonter à cette période (BMN, ms. 206, datée de 1753 et relative au fief de Languissel).

[2] BM Aix, ms. 913 : Séguier à Bouquier, Nîmes, 1er juillet 1760.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *