En ligne : Les lettres d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville

Le nom d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville (1680-1765) reste attaché à sa Théorie et pratique de jardinage, publié en 1712, et plus encore à sa Conchyliologie, qui connaît trois éditions, en 1742, en 1757 (inachevée) et en 1780 (édition posthume augmentée par les Favanne père et fils)[1].

Séguier et Dezallier d’Argenville entrent en correspondance par l’intermédiaire du président François-Xavier Bon (un parent de la mère de Séguier, que d’Argenville a rencontré lors de ses études de droit), et de l’incontournable Mme de Verteillac. Séguier avait évoqué avec cette dernière les travaux de D’Argenville ; un billet du savant parisien, inséré dans une lettre de la comtesse, enclenche la correspondance. Le billet n’a pas été conservé (il était sans doute joint aux lettres de Mme de Verteillac, qui ont été perdues), mais Séguier a gardé la minute de la première lettre qu’il envoie au naturaliste. S’ensuit une riche correspondance (31 lettres entre 1748 et la mort de d’Argenville, en 1765), visiblement bien conservée.

Les échanges relatifs aux pétrifications sont particulièrement nourris. L’auteur de la Conchyliologie publie en 1751 un précieux Enumerationis fossilium, quae in omnibus Galliae provinciis reperiuntur, que Séguier utilise ensuite lors de la rédaction de ses Pétrifications du Véronais (il lui consacre un long passage à la p. 57)[2]. Les lettres montrent combien Séguier s’implique dans les publications de d’Argenville, en envoyant de longues listes d’errata, de précisions, de corrections, y compris linguistiques : le latin de d’Argenville n’est pas fameux, même s’il s’en défend et indique correspondre dans cette langue avec les savants allemands (lettre du 4 mars 1753). Les lettres éclairent aussi la post-production de l’ouvrage, les retours des savants européens et la minutieuse correction à la plume, par l’auteur, des exemplaires mis sur le marché (lettre du 10 mai 1753, https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1754).

La correspondance porte également sur la vie des peintres, au moment où Dezallier travaillait à son Abrégé de la vie des plus fameux peintres[3]. Séguier le met en relation avec l’abbé Dorigny afin d’obtenir des renseignements de première main sur son père Louis Dorigny, qui avait exercé son art à Vérone. Il se rend également, lors d’un séjour à Venise de trois mois en 1751, chez Rosa Alba Carriera (1675-1757), la célèbre miniaturiste et pastelliste que d’Argenville avait connue à Paris en 1720-1721. La minute de la lettre de Séguier, conservée parmi les lettres de Dezallier, est particulièrement riche en informations de première main et montre à quel point Dezallier emprunta à cette missive, même s’il semble avoir corrigé quelques faits. Les lettres du début des années 1750 tournent autour de l’achat de crayons de pastel pour Séguier, qui fournissent de nombreux détails sur la fabrication et le commerce de cette denrée onéreuse.

La correspondance apporte de nombreuses informations sur la vie littéraire et scientifique parisienne et européenne. En vain, le savant parisien tente de faire partager à Séguier son enthousiasme pour l’Encyclopédie, à laquelle il fournit plus de 540 notices. La circulation des naturalia constitue une autre topique importante, tant les réseaux de d’Argenville sont étendus. Pendant toute la durée de la correspondance, Dezallier insiste sans relâche auprès de Séguier pour qu’il lui fournisse des poissons fossiles du Mont Bolca en partie double, comme celui que détient la comtesse de Verteillac. À la mort de cette dernière, le collectionneur tente d’ailleurs de racheter le fabuleux poisson du Monte Bolca, que lui arrache une autre collectionneuse. Après le retour à Nîmes, d’Argenville évoque sans cesse les témoignages des voyageurs de retour d’Italie, qui vantent la richesse du cabinet nîmois : pourquoi, alors, ne pas vouloir lui en céder quelques morceaux ? Il est possible que Séguier se soit lassé de ces perpétuelles demandes et qu’il ait laissé échapper un mouvement d’humeur : « Ne vous fâchez point contre mes demandes. Elles n’iront jamais contre votre volonté et nous n’en parlerons plus », doit lui écrire d’Argenville (lettre du 27 décembre 1758, https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1763). Les exagérations et vantardises du collectionneur sont d’ailleurs bien connues du milieu parisien et remarquées par ses visiteurs, qui en dressent généralement un portrait peu flatteur[4]. Les dernières lettres de d’Argenville sont consacrées à la description de son nouveau cabinet d’histoire naturelle, qui fait l’objet d’une mise en scène spectaculaire, dans un décor raffiné (lettre du 7 octobre 1762, https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1767), ainsi que de perfectionnements techniques en matière de conservation (lettre du 27 décembre 1758, https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1763).

La correspondance entre les deux hommes illustre enfin de nombreux aspects du commerce épistolaire de cette époque. À l’époque nîmoise, les relations sont tributaires des difficultés inhérentes au transfert des lettres et paquets entre la France et l’Italie : « Voilà ce qui s’appelle une correspondance littéraire bien suivie », ironise d’Argenville en déplorant le long silence de ses correspondants italiens, Séguier et Allione (lettre du 1er juillet 1754, https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1757). À cette époque, les lettres comprennent des fragments en italien, témoignant de la relative familiarité de d’Argenville avec cette langue qu’il a apprise lors de son voyage dans la péninsule au milieu des années 1710. Il indique être capable d’écrire dans leur langue à plusieurs savants italiens, à commencer par Maffei (lettre du 10 octobre 1753, https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1755).

La deuxième partie de la correspondance, après le retour à Nîmes, est marquée par un net ralentissement des échanges. On retrouve alors le rôle structurant des lettres de vœux dans les correspondances essoufflées, maintenues en début d’année par des déclarations appuyées d’amitié et de fidélité. Les lettres du 27 décembre 1758, 22 décembre 1759, 24 décembre 1762, 18 décembre 1765 constituent ainsi l’essentiel de la correspondance finissante entre un d’Argenville vieillissant, obnubilé par l’accroissement de ses collections, et un Séguier peut-être lassé des requêtes permanentes de son ami.

 

[1] La Conchyliologie, ou Histoire naturelle des coquilles de mer, d’eau douce, terrestres et fossiles, avec un traité de la zoomorphose, ou représentation des animaux qui les habitent, Paris, 1742 [rééditions 1757, 1780].

[2] Enumerationis fossilium, quae in omnibus Galliae provinciis reperiuntur, tentamina, Paris, 1751, republié en français dans L’Histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales, l’oryctologie, qui traite des terres, des pierres, des métaux, des minéraux et autres fossiles, Paris, 1755.

[3] Abregé de la vie des plus fameux peintres, avec leurs portraits gravés en taille-douce, les indications de leurs principaux ouvrages, quelques réflexions sur leurs caractères, et la maniere de connoître les desseins des grands maîtres. Par M*** de l’Académie royale des sciences de Montpellier, Paris, 1745-1752. Nouvelle édition, revue, corrigée & augmentée de la Vie de plusieurs peintres, Paris, 1762.

[4] Madeleine Pinault-Sorensen, « Dezallier d’Argenville, l’Encyclopédie et la Conchyliologie », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 24, 1998, p. 101-148, p. 104.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *