Séguier, restaurateur de la Maison Carrée

Maison Carrée, Charles Clérisseau, Recueil d’antiquités. Monuments de Nîmes, 1778.

De 1778 à 1781, Séguier, pourtant âgé, perclus de rhumatismes et sujet à un érysipèle envahissant, mena à bien la restauration de la Maison Carrée de Nîmes, dont il avait par ailleurs restitué l’inscription à la fin 1758 *. Le manuscrit 115 de la Bibliothèque de Nîmes conserve une grande partie de la correspondance et des pièces comptables de l’opération que Séguier mena à bien non sans mal, tant sa santé s’avérait fragile.

Dès 1777, à la demande du comte de Périgord, commandant en chef en Languedoc, et des consuls de la ville de Nîmes, Séguier dressa un état estimatif avant d’entreprendre les travaux l’année suivante, avec le soutien des États, qui accordèrent, après un refus initial, un versement de 4000 lt. Séguier s’appuya alors sur le savoir-faire et les connaissances de Gabriel Dardailhon, qui, comme lui, avait beaucoup contribué aux travaux de Clérisseau dont le Recueil d’antiquités parut en 1778.

Séguier utilisa dans un premier temps une partie des dalles de calcaire non employées lors des travaux de La Fontaine, mais finit par obtenir l’autorisation du comte de Narbonne-Pelet, propriétaire des carrières du bois des Lens, pour aller chercher in situ le précieux matériau, là même où il avait été extrait dans l’Antiquité.

Jusqu’ici mal documentés, les travaux opérés par Séguier ont depuis fait l’objet d’une étude de terrain lors des très importants travaux de restauration menés en 2006. La transcription de la totalité du ms 115 avait été alors réalisée par Gérard Caillat, conservateur en chef **, qui a beaucoup travaillé sur la question de la conservation et de la restauration du monument. Ce travail important a été utilisé pour compléter et préciser un premier état de transcription, dont l’orthographe a été modernisée afin de faciliter l’indexation.

 

* Christol, Michel, Dissertation sur l’inscription de la Maison Carrée par Jean-François Séguier, Aix, Edisud, 2005.

** Christol, Michel, et Darde, Dominique, L’expression du pouvoir au début de l’Antiquité, Paris, Errance, 2009 et La Maison Carrée de Nîmes. Un chef-d’œuvre d’architecture romaine, Nîmes, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *