Deux manuscrits retrouvés…

Relevé des découvertes de la Fontaine, ca 1740. BM de Nîme, ms 542.

L’exhumation, dès mai 1739, des vestiges de l’Augusteum * de la Fontaine, à Nîmes, donna matière très tôt à une riche production littéraire au sein du monde antiquaire, un premier compte-rendu des découvertes étant présenté devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres la même année. Rédigés par le baron de La Bastie et par le président de Bon, ces travaux furent publiés dans le tome XIV de l’Histoire de l’Académie royale, imprimé seulement en 1743. Entre-temps, l’historien Léon Ménard avait publié une lettre en forme d’Observations, adressée au marquis d’Aubais, dans le Mercure de France de juin 1739.

Il n’est pas aisé pour autant de reconstituer la conduite des « fouilles », menées de manière peu méthodique. Le pillage prit notamment de telles proportions, qu’il fallut dès 1740 mettre en place des piquets de troupes pour contrôler un tant soit peu la circulation des objets. Un inventaire des antiques découverts in situ, fut par ailleurs confié au médecin nîmois Jean Mathieu, un proche de Séguier, dont le frère, ingénieur du roi, collabora avec Mareschal. Il n’a malheureusement pas été conservé. Il est de fait très difficile de reconstituer aujourd’hui la conduite des dégagements et des travaux.

Il existait pourtant une source privilégiée : le récit rédigé par Joseph-Maximilien Séguier à destination de son frère résidant à Vérone. Partiellement publié dans la Vieux Nîmes en 1933-1934 par Henri Espérandieu, le manuscrit avait toutefois

disparu des fonds de la Bibliothèque peu avant le début de la Seconde Guerre mondiale.

Il se trouvait en fait à Avignon, dans les fonds du commandant Espérandieu, avec une copie de la réponse de Séguier à son frère. Ces documents importants ont donc pu être restitués en totalité au début de 2017 par la ville d’Avignon. Numérisés, ils ont depuis réintégré le manuscrit 302 de la Bibliothèque municipale de Nîmes.

Ils apportent beaucoup à la connaissance du site et montrent à quel point Séguier continuait à s’intéresser aux antiquités nîmoises dont il avait préparé dès 1732 un corpus d’inscription particulièrement soigné (ms 109). La parution du tome VII de l’Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes de Léon Ménard l’amena toutefois à renoncer à rédiger un ouvrage analogue, mais il accumula tout au long de son existence notes, croquis et relevés, allant jusqu’à réaliser de très précoces relevés quasi stratigraphiques lors des fouilles de la nécropole de la Valsainte en 1778.

Télécharger la transcription de la lettre de Joseph Maximilien Séguier : Séguier La Fontaine 1740 ms 302

* Le travail de Pierre Gros publié en 1984 dans la Revue archéologique de Narbonnaise continue à faire autorité sur la question. Au XVIIIe siècle, le site était


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *