Les amitiés véronaises à l’épreuve de la distance: la correspondance avec le chanoine Giovan Jacopo Dionisi

Après le départ de Vérone et le retour à Nîmes, les relations italiennes de Séguier sont mises à l’épreuve de la distance[1]. Les échanges épistolaires ralentissent, deviennent plus sporadiques, voire s’éteignent, malgré l’oxygène apporté par les voyageurs qui circulent entre les deux pays. Les liens avec Vérone subissent le même sort, d’autant que les relations postales entre la France méridionale et la République de Venise sont particulièrement lentes et difficiles.

Vingt ans après avoir quitté la ville, en 1774, Séguier reçoit une lettre de Giovan Jacopo Dionisi. Né à Vérone en 1724 dans une ancienne famille noble, chanoine de la cathédrale, bibliothécaire et archiviste du chapitre, Dionisi commence sa carrière d’érudit et de numismate après le départ de Séguier, au milieu des années 1750[2]. Les deux hommes se connaissent pourtant déjà : comme souvent, c’est l’éloignement qui instaure la nécessité de la communication épistolaire et revèle les relations de travail tissées dans la proximité. En octobre 1755, au milieu des préparatifs de son retour à Nîmes, Séguier restitue à Dionisi deux manuscrits d’inscriptions et des papiers de travail de Giuseppe Bianchini qu’il a retrouvés parmi ceux de Maffei (lettre du 20 octobre 1755, aimablement communiquée par l’Archivio di Stato de Vérone).

Les liens entre les deux hommes ne se maintiennent qu’indirectement : c’est par l’intermédiaire du comte Alessandro Bevilacqua que l’érudit véronais fait parvenir à Séguier certains de ses travaux. Pourtant, en 1774, il lui adresse directement l’ouvrage qu’il vient de publier, Il Ritmo dellAnonimo Pipiniano volgarizzatocommentato e difeso, accompagné d’une lettre en français. Pourquoi avoir décidé de prendre la plume ? On n’en sait rien. L’envoi permet en tout cas de d’engager une brève relation épistolaire entre les deux hommes (on conserve deux lettres de Dionisi et deux de Séguier, entre 1774 et 1778). Séguier prend des nouvelles de ses anciennes connaissances, répand avec enthousiasme ses salutations, adresse la nouvelle édition de sa dissertation sur la Maison carrée (1776). Dionisi raconte ses travaux ; mais depuis la mort du marquis Scipione Maffei, « Verona non è più Verona », l’érudition locale se meurt. Sur ces paroles, après quelques années d’une communication languissante, l’échange se tarit définitivement.

[1] Emmanuelle Chapron, « Les échanges savants à l’épreuve de la distance : Jean-François Séguier (1703-1784) entre Vérone et Nîmes », Rives méditerranéennes, 32, 2009, p. 121-137 [halshs-01488638].

[2] Guido Fagioli Vercellone, ad vocem, Dizionario Biografico degli Italiani, Volume 40 (1991).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *