En ligne: la correspondance entre Séguier et Guettard

Avec le minéralogiste et botaniste Jean-Étienne Guettard (1715-1786), Séguier entretient une correspondance plusieurs fois raccommodée, qui marque bien l’écart croissant dans la notoriété et les fonctions respectives des deux hommes. On en a conservé dix lettres de Guettard à Séguier, rassemblées dans le volume de la BnF NAF 6568, et quelques lettres de Séguier à Guettard, beaucoup plus dispersées (Staatsbibliothek de Berlin, Bibliothèque centrale interuniversitaire de Clermont-Ferrand, Bibliothèque centrale du Muséum d’histoire naturelle) [1].

C’est l’abbé Nollet, de passage à Vérone pendant son voyage d’Italie en 1749, qui met les deux hommes en relation[2]. Séguier et Guettard se connaissent déjà de réputation, ils ont des connaissances communes. Guettard est un jeune savant prometteur : élève de Réaumur, il est chargé des collections d’histoire naturelle du duc d’Orléans et a été nommé adjoint botaniste à l’Académie des sciences (1743). La correspondance commence par de classiques échanges de services : Séguier envoie des graines par l’intermédiaire d’Allione, Guettard propose ses Observations sur les plantes (1747). Les attentes des deux hommes sont complémentaires : Guettard attend de Séguier qu’il le fasse profiter des richesses naturelles et minéralogiques du Véronais, tandis que Séguier souhaite entretenir ses réseaux parisiens, Réaumur, d’Argenville, l’abbé Nollet, l’académie des sciences. Les lettres des années 1750 éclairent la diffusion de la pensée de Linné chez les botanistes français : Séguier s’en tient à sa fidélité pour le système de Tournefort, tandis que Guettard avoue sa préférence pour celui de Linné, dont Bernard de Jussieu a fait « la cocluche des étudiants d’ici ». Guettard est un collectionneur de petite envergure : faisant de nécessité vertu, il ne convoite pas les pétrifications véronaises, mais les pierres communes dont il fait également collection en France.

Après ces échanges véronais, la correspondance s’interrompt pendant une vingtaine d’années. Séguier rentre en France, Guettard devient pensionnaire de l’Académie des sciences (1758) et publie des Mémoires sur différentes parties des sciences et des arts (1768-1770). La correspondance reprend en 1771, à l’occasion du voyage à Nîmes du comte polonais Bielinski, avec lequel Guettard a exploré les grottes des environs de Marseille et qu’il lui recommande. Guettard est alors lui-même sur la route d’un grand voyage qui le mène, pour dix-huit mois, en Italie, en Savoie et en Suisse. L’expérience italienne ravive la correspondance pendant quelques années. Guettard a fait la connaissance du minéralogiste Johann Jacob Ferber, un ami de Séguier avec lequel il a passé trois mois, à Rome et à Naples ; il a profité d’une recommandation de Séguier pour le bolonais Bassi, initialement destinée à Ferber ; il revient chargé de lettres, paquets et commissions pour Séguier, notamment de la part de Zanetti ; il dispute avec le savant nîmois de la nature des cendres du Vésuve et des fossiles du Véronais. Les échanges reprennent : Séguier envoie des pierres calcaires des environs de Nîmes et d’Agde, qui doivent servir de matériel préparatoire à l’atlas minéralogique de Guettard (1780). Les notes autographes de Séguier qui suivent la lettre de Guettard du 12 août 1773, dans le manuscrit de la BnF, montrent comment le savant prépare ses réponses : des billets distincts concernent la liste des échantillons envoyés, les renseignements bibliographiques demandés, et les informations d’un autre genre (relatif à « un espèce de fille sauvage » que le marquis de Biele, capitaine du régiment de Brionne cavalerie, envoya au duc d’Orléans).

Mais le rapport de forces s’est nettement inversé : Guettard fait traîner ses réponses, pris qu’il est par l’agencement du cabinet du duc d’Orléans, et il n’envoie plus grand chose. Le voyage de Guettard à Nîmes, en mai 1775, en compagnie du chevalier de Thaules, marque d’ailleurs une prise de conscience de cette situation inégalitaire[3]. À la suite de cette visite, Guettard envoie des inscriptions copiées par Thaules en Syrie ; il se fait également l’écho d’une lettre que lui a communiquée Faujas, dans laquelle Séguier désire « que [leurs] recherches botaniques et minéralogiques ne soient pas en pure perte pour [son] cabinet et [son] herbier ». On se tromperait en y voyant du ressentiment de la part du savant nîmois, qui ne fait que répondre à une proposition de Faujas à l’approche de son voyage en Dauphiné[4]. Faujas joue d’ailleurs un jeu curieux dans cette histoire, semblant alimenter de manière volontaire l’écart entre les deux hommes. À leur retour du Dauphiné, n’écrit-il pas à Séguier que « vous n’avez point été oublié dans notre pénible et curieux itinéraire et quoique Mr Guettard ne m’eut point chargé expressément d’aucun envoi pour vous, je m’étais fait un plaisir moi-même de garder des doubles toutes les fois que la chose a été possible » [5] ?

Après cet épisode, la correspondance s’interrompt une nouvelle fois pour une dizaine d’années. Elle ne reprend qu’en 1782, mais de manière très ponctuelle. Cette année-là, c’est l’académie de Lund, en Suède, qui vient de les nommer tous les deux membres correspondants, et de charger Guettard de transmettre à Séguier son diplôme académique. En 1783, c’est le voyage en Provence de Chrétien des Ruflais qui donne à Guettard l’occasion de recommander l’amateur à son ancien correspondant. Mais ces lettres polies ne sont qu’un fantôme de cette correspondance qui n’a en réalité jamais bien fonctionné, tant les correspondants semblent pris dans des dynamiques divergentes.

[1] Les papiers de travail de Guettard et des reliefs de sa correspondance sont conservés à la Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Paris.

[2] Sur ce voyage, Hector Quignon, L’abbé Nollet physicien. Son voyage en Piémont et en Italie (1749), d’après le mansucrit inédit de la bibliothèque de Soissons, Amiens, Yvert et Tellier et Paris, Honoré Champion, 1905, p. 36. Nollet passe une journée à Vérone, visite le cabinet d’histoire naturelle de Maffei, l’amphithéâtre et l’Académie.

[3] La visite est mentionnée dans le BMN, ms. 284(2), fol. 6v.

[4] Lettre du 25 mai 1775 (en ligne) faisant état d’un voyage de Faujas et Guettard dans le Dauphiné, et proposant des plantes et des fossiles.

[5] Lettre du 26 février 1776 (en ligne).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *