D’Alembert à Nîmes: mémoire d’un voyage

L’une trace de la correspondance entretenue entre Séguier et D’Alembert est conservée à la bibliothèque de l’Institut de France. Les deux hommes se rencontrent à l’occasion du « voyage manqué d’Italie » que D’Alembert fait en compagnie de Condorcet, à l’automne 1770. Les encyclopédistes passent deux fois à Nîmes, en allant vers Montpellier en octobre, puis en revenant vers Marseille en novembre [1]. La rencontre avec Séguier n’a peut-être lieu que sur le chemin du retour, car le Nîmois est informé par son correspondant Roudil de Berriac, qui lui écrit de Carcassonne le 24 novembre 1770, qu’il « étai[t] à Nîmes lorsque M. d’Alembert et M. de Condorcet y passèrent. Ils se rendirent de là à Montpellier où ils ont passé 15 jours chez M. Duché avocat général et ont repris le 2 ou le 3 de ce mois le chemin de Lyon ».

En janvier 1779, Séguier rappelle cette visite à D’Alembert, en même temps qu’il répond à ses questions. L’encyclopédiste travaille alors à la publication de son Éloge d’Esprit Fléchier, qu’il a présenté lors de la séance publique de l’Académie française le 19 janvier 1778. Ses propos avaient mis en valeur l’attitude tolérante de l’évêque de Nîmes envers les protestants, comparée avec celle de Lamoignon de Basville, intendant de Languedoc à la même époque. Mais Basville est également le grand-oncle de Malesherbes, qui considère la présentation faite par D’Alembert comme un « parallèle odieux »[2]. À l’occasion de la publication de l’éloge, D’Alembert complète sa documentation auprès de Malesherbes, mais aussi de Séguier, qu’il interroge sur les aïeux du prélat. Il existe donc peut-être une lettre de D’Alembert à Séguier, ou du moins une requête formellement transmise à Séguier par une connaissance commune.

[1] Sur le détail du voyage, Anne-Marie Chouillet, Pierre Crépel, « Un voyage d’Italie manqué ou trois encyclopédistes réunis (D’Alembert et Condorcet chez Voltaire », Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie, 1994, 17, n° 1, p. 9-53, p. 38-39. Pierre Crépel, « La visite de d’Alembert et de Condorcet à Jean-François Séguier à Nîmes en 1770 », Société d’Histoire Moderne et Contemporaine de Nîmes et du Gard, n. s. n°12, décembre 1996, p. 14-15.

[2] Sur cet éloge, ses enjeux et le ressenti de Malesherbes, Catherine Volpilhac Auger, « L’esprit “malin” de D’Alembert », Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie, 46, 2011, p. p. 201-220.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *