« Homme à rester six mois et un an sans vous faire réponse » : la « correspondance » entre Jean-François Séguier et Camille Falconet.

Le médecin érudit Camille Falconet (1671-1762) est l’une des rencontres les plus importantes faites par Séguier au cours de son séjour parisien, entre janvier 1733 et mai 1736[1]. Comme Séguier le rapporte dans son récit de voyage, « M. Falconet, médecin, qui est de l’Académie des belles lettres, a une bibliothèque bien fournie de livres d’histoire naturelle, des auteurs de belles lettres, de médecine et histoire littéraire. Il me les prêtait les plus obligeamment du monde et on ne peut le faire ni avec plus de grâce, ni de politesse »[2]. C’est dans cette bibliothèque, qui compte à sa mort en 1762 près de 50 000 volumes, que Séguier commence les recherches qui aboutissent à la publication, quelques années plus tard, de sa Bibliotheca botanica[3].

Le gradient de notoriété entre les deux hommes ne facilite pas l’établissement d’une correspondance suivie. On n’a que conservé deux lettres de Séguier à Falconet, toutes deux restées sans réponse. C’est sa Bibliotheca botanica achevée que le jeune Séguier reprend directement contact avec le médecin parisien, en octobre 1737, alors qu’il est à la recherche d’un éditeur. Mais comme le souligne en février 1738 Joseph Bimard de la Bastie, Falconet est « homme à rester six mois et un an sans vous faire réponse ». À deux reprises, il est convenu de se retrouver avec Falconet pour répondre en commun à Séguier, sans qu’aucune lettre n’en sorte.

Le lien entre les deux hommes se maintient de manière ténue, de deux manières. D’abord, les envois de livres, ceux de Séguier ou de ses amis. Séguier adresse à Falconet sa Bibliotheca botanica (il s’enquiert de sa bonne réception dans une lettre du 8 septembre 1740, restée elle aussi sans réponse). En 1745, c’est un exemplaire de ses Observations sur la comète de 1744, remis par l’intermédiaire de Dortous de Mairan, de même qu’à d’autres membres de l’Académie des sciences. En 1750, l’ouvrage De monstris de son ami Giovanni Bianchi ne suscite pas plus de réaction.

Ensuite, leurs amis communs, par qui Séguier se rappelle régulièrement au bon souvenir de Falconet. Au cours de son voyage en Angleterre, il lui transmet ses salutations par l’intermédiaire de Lacurne de Sainte-Palaye. À la fin des années 1730, le lien est maintenu par Bimard de La Bastie, puis à la fin des années 1750 par Léon Ménard, qui réside alors à Paris. Lorsque Séguier s’ouvre à Ménard de son souhait d’obtenir une copie du dictionnaire numismatique de Galland, Falconet propose de s’entremettre, par amitié pour Séguier, dans cette histoire passablement embrouillée (le manuscrit appartient désormais à Coste, l’abbé Barthélemy en a une copie qu’il ne souhaite pas non plus laisser copier). En 1758, Séguier a une nouvelle fois usage de la bibliothèque de Falconet, par l’intermédiaire du jeune Pierre-Augustin Boissier de Sauvages, qu’il charge de recopier des inscriptions publiées : Boissier précise à cette occasion qu’il lui fallait se « porter sur les lieux, demander les livres de M. Falconet et les faire apporter chez moi car il ne voulait pas qu’on copiât chez lui »[4].

Les relations entre Séguier et Falconet n’illustrent que de manière toute relative la « force des liens faibles », car l’entremise du célèbre médecin n’a jamais été très efficace – ni pour convaincre un libraire parisien de prendre la Bibliotheca botanica, ni pour obtenir un manuscrit soigneusement caché par ses détenteurs. Tout au plus sont-elles emblématiques du fonctionnement d’une relation en cas de disparité extrême des notoriétés savantes.

 

[1] C’est d’ailleurs l’un des tout premiers noms parisiens à apparaître sur le carnet de connaissances : voir BMN, ms. 284(1), fol. 2v.

[2] BMN, ms. 129, fol. 44v.

[3] Sur ce nombre, 11 000 volumes rejoignent la Bibliothèque du roi, à qui Falconet avait fait don, dès 1742, des livres qui lui manquaient, ne s’en réservant que la jouissance. Les autres sont vendus par le libraire Barrois, qui en dresse le catalogue (Catalogue de la bibliothèque de feu M. Falconet, médecin consultant du roi et doyen des médecins de la faculté de Paris, de l’Académie royale des Inscriptions et Belles-lettres, etc., Paris, Barrois, 1763, 2 vol.).

[4] BMN, ms. 103, fol. 31-32, lettre du 15 avril 1758.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *