Un bénédictin numismate de Besançon : Pierre-Philippe Grappin

Le bénédictin Pierre-Philippe Grappin (1738-1833), professeur au collège de Saint-Ferjeux près de Besançon, entretient une brève correspondance avec Séguier, bien conservée des deux côtés. Celle-ci commence classiquement par le don de deux ouvrages, portés à Nîmes par le jeune baron Claude de Servières qui rend visite à Séguier en juillet 1782. Il s’agit de deux dissertations qui ont remporté le prix de l’académie de Besançon, les Recherches sur les anciennes monnaies du comté de Bourgogne en 1774 et une dissertation sur l’origine de la mainmorte en 1778. Comme d’autres correspondants de Séguier – particulièrement les plus jeunes – Grappin met en avant la reconnaissance acquise dans les concours académiques comme marqueur de valeur savante. Comme à son habitude, Séguier répond très aimablement : il lit l’opuscule numismatique avec une grande attention, formule des remarques, pose des questions sur les caractères des monnaies. Encouragé, Grappin se lance auprès de ses correspondants dans une grande collecte d’informations sur les médailles gauloises et lui en transmet une « notice ». L’état de santé de Séguier met rapidement un terme à la correspondance. Quant à Grappin, la « faiblesse de sa santé » ne l’empêche pas de vivre jusqu’en 1833.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *