Un correspondant trop célèbre ? Le numismate Joseph Hilarius Eckhel.

Joseph Hilarius Eckhel (1737-1798) est un personnage central de la « République des médailles » au xviiie siècle. D’abord chargé du musée des monnaies du collège jésuite de Vienne (1771), puis directeur du cabinet des médailles du musée impérial (1774), il est également professeur d’antiquités et de sciences historiques auxiliaires à l’université de Vienne.

Les deux hommes font connaissance lors du passage d’Eckhel à Nîmes, le 24 octobre 1780[1]. Eckhel voyage alors en Europe avec le prince de Galitzine, ambassadeur de Russie à Vienne, qui traîne ses souffrances dans la France méridionale. Le numismate s’arrête à Toulouse, où il rencontre Nicolas Joseph Marcassus de Puymaurin ; il arrive ensuite à Nîmes, impatient de voir la Maison carrée, le pont du Gard et le cabinet de Séguier. La lettre de Marcassus de Puymaurin qui le recommande livre un écho des conversations échangées : « quoiqu’il ait un peu de difficulté à s’énoncer en françois, sa conversation est vive, animée et piquante » (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1686). La visite à Nîmes est l’occasion de nouveaux échanges savants : Séguier lui présente une dizaine de médailles appartenant à Fauris de Saint-Vincent, qui fournissent matière à la discussion (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=987).

Cette visite reste comme un rayon de soleil dans l’esprit de Séguier, qui en caresse longtemps le souvenir. À Calvet, près d’un an après, il rappelle qu’Eckhel « qui a soin du cabinet des médailles de l’Empereur s’arrêta ici à deux reprises pour voir ma suite de médailles grecques qui lui plut beaucoup » (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=302). Eckhel lui-même éprouve un peu d’étonnement devant la vivacité du souvenir entretenu par le Nîmois, « quoique notre connoissance ne fût que le fruit d’une couple des jours ».

C’est un petit ouvrage de Fauris, la suite de la description des médailles de Marseille, qui permet à Séguier de reprendre contact avec l’éminent numismate, par une lettre (perdue) du 27 janvier 1783. L’envoi de l’ouvrage à Vienne est une captatio benevolentiae efficace. Eckhel répond en adressant ses Numi veteres anecdoti pour Fauris et une médaille pour Séguier, mais il rechigne manifestement à s’engager dans des discussions numismatiques. Séguier tente bien de tirer parti du passage à Nîmes de l’archiduc Ferdinand et du prince Albani, neveu du cardinal, en juillet de la même année, pour entretenir à Vienne le souvenir de la réputation de son cabinet, mais ce n’est que feu de paille. Écart de notoriété, difficulté des échanges en l’absence de relais commode : c’est la mort de la correspondance entre Eckhel et Séguier, qui tient en quelques lettres, conservées à Nîmes et dans le Nachlass Eckhel du cabinet des médailles de Vienne.

[1] BMN, ms. 284(2), fol. 19.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *