La correspondance avec Christian Gottlieb Ludwig: traces d’une absence

 

Professeur de médecine à l’université de Leipzig à partir de 1740, Christian Gottlieb Ludwig (1709-1773) est surtout connu dans la République des sciences comme le principal rédacteur des Commentarii de rebus in scientia naturali et medicina gestis, périodique de médecine et d’histoire naturelle qui paraît à partir de 1752.

De la correspondance que Séguier entretint avec lui, il ne nous est parvenu qu’une épave, une lettre conservée dans les collections d’autographes de la Staatsbibliothek de Berlin (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=805). La disparition des lettres de Séguier à Ludwig n’est pas une surprise : de façon générale, la correspondance passive du médecin allemand a été très mal conservée. De la même manière, les lettres de Linné à Ludwig ne sont connues que par des collections d’autographes, ou grâce à leur édition dans les Series epistolarum virorum celeberrimorum praeteriti seculi ad C. G. Ludwig publiées en 1809 (A.-M. Jönsson, « The early correspondence between Linnaeus and Ludwig. An example of an early German criticism », SLA, 1996-1997, p. 131-178). On peut en revanche s’interroger sur la disparition des lettres de Ludwig à Séguier, qui devraient être conservées à Nîmes. Dans ces conditions, seule l’ombre portée par le médecin de Leipzig dans la correspondance de Séguier permet de cerner les relations entre les deux hommes.

La première mention de Ludwig apparaît dans une lettre de Réaumur à Séguier du 7 mai 1745 : le naturaliste parisien y fait référence à la technique de séchage des oiseaux mise en œuvre lors de l’expédition sur les côtes africaines commanditée par le roi de Pologne, à laquelle le jeune Ludwig avait participé, sous la direction de Johann Ernst Hebenstreit, au début des années 1730 (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=704). Aussi Séguier connaît-il l’homme de réputation lorsque ce dernier lui écrit, en 1753, pour lui demander son concours dans la rédaction des Commentarii. Comme Séguier l’explique à Giovanni Bianchi, Ludwig cherche un relais dans la péninsule pour lui transmettre les publications médicales et naturalistes italiennes (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=606). Comment Ludwig a-t-il identifié Séguier comme une personne ressource ? La question reste à éclaircir.

Cette mission se poursuit après le retour de Séguier en France, même si Ludwig dispose déjà d’un relais méridional en la personne de Boissier de Sauvages. Le Nîmois ne ménage pas sa peine pour se rendre utile. Il s’adresse au médecin Étienne Housset, propriétaire à Montpellier d’une « collection prodigieuse d’observations [médicales], héritage précieux de mes ayeux » et tout disposé à en faire profiter le périodique allemand (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1455). En 1761 et 1762, il relaie les nombreux envois de Calvet (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=218; https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=227; https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=231).

La lettre du 4 février 1763 témoigne de la richesse des échanges entre les deux hommes, à cette époque du moins. Séguier envoie des dissertations et des nouvelles locales, mais il relaie aussi – faute de mieux ? – les annonces littéraires qu’il reçoit de ses propres correspondants, français et européens. Il évoque ses propres travaux, critique la mode des systèmes naturalistes et demande des échantillons de plantes. Les échanges ne sont donc peut-être pas aussi unilatéraux et strictement instrumentaux qu’on pourrait le penser de prime abord.

En 1772 encore, à la veille de la mort de Ludwig, les communications entre les deux hommes semblent se poursuivre – à moins que l’écho qu’en donne Séguier dans sa lettre à Rudolf Erich Raspe, ne soit rien d’autre qu’une trace nostalgique de sa collaboration passée avec un « lieu central » de la République des sciences (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=174).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *