(Bientôt) en ligne: lettres du médecin grenoblois Jean-François Nicolas à Séguier

La bibliothèque municipale de Grenoble conserve vingt lettres adressées à Séguier par le médecin grenoblois Jean-François Nicolas (1738-1819). Ces lettres, qui faisaient partie de la correspondance passive du savant nîmois, ont sans doute été extraites du fonds après sa mort et ont circulé sur le marché des autographes avant d’être acquises par l’établissement grenoblois[1]. Les lettres de Séguier à Nicolas semblent en revanche avoir été perdues.

Nicolas est une figure représentative des Lumières médicales provinciales[2]. Né dans le Diois en 1738, il est issu d’une lignée de barbiers-chirurgiens. Il se forme à la pratique en accompagnant son père dans ses tournées, tout en apprenant le latin avec un oncle prêtre, ce qui lui permet d’envisager une carrière médicale. Au début des années 1770, il est à Paris ; dans « cette ville de boue, de bruit et de fureur »[3], il se mêle à la foule des plumitifs qui tentent de gagner leur vie par la voie des presses, tout en poursuivant ses études de philosophie et de médecine. Il publie rapidement un Manuel du jeune chirurgien (Paris, Hérissant, 1770), traduit de l’anglais une pharmacopée chirurgicale (Paris, Costard, 1771) et, du latin, la Nosologie méthodique de Boissier de Sauvages (Paris, Hérissant, 1770-1771). Sa petite entreprise connaît un certain succès : il emploie lui-même d’autres « Rousseau du ruisseau » pour composer un ambitieux Médecin de la campagne, ou Encyclopédie médicale, chirurgicale et vétérinaire pratique, à l’usage de toutes les classes de citoyens (Paris, Hérissant et Duchesne, 1772, 6 vol.)[4].

Après avoir pris ses grades à Nancy[5], Nicolas regagne le Dauphiné où il s’installe comme médecin de l’hôpital de Buis-les-Baronnies. De Paris au Buis, le choc est rude : si Nicolas se plaignait du bruit et de la fureur de la capitale, la petite ville des Baronnies lui apparaît comme « un pays stérile en histoire naturelle, comme en urbanité et en ressources… il y règne presqu’autant d’ignorance et de barbarie qu’à Tripoli et à Salé »[6]. Le jeune médecin ne se laisse pourtant pas abattre. Ses premières lettres à Séguier montre comment il maintient sa visibilité dans le monde des lettres et, ce faisant, la possibilité d’une carrière urbaine. Ses voyages dans les provinces méridionales lui permettent d’abord d’étoffer ses réseaux : c’est à cette occasion, en juin 1773, qu’il visite le cabinet de Séguier et qu’il fait, à Avignon, la connaissance de Calvet[7]. Les académies savantes constituent le second point d’accroche de cette notoriété balbutiante. Les registres de l’académie de Dijon témoignent de sa ténacité à se faire admettre comme membre correspondant[8]. Dès décembre 1770, « Mr Nicolas docteur en médecine auteur de plusieurs ouvrages, témoigne qu’il désiderait une place de correspondant ». Dans l’attente d’une réponse favorable, il se rappelle régulièrement au bon souvenir des académiciens dijonnais, en février 1771, en leur adressant sa traduction de la Nosologie ; puis en février 1772, en annonçant qu’il est décidé à se fixer à Lyon. De la même manière, sa correspondance avec Séguier est d’emblée motivée par le souhait d’être associé à l’académie nîmoise. Dès sa première lettre (sans date, mais du milieu de l’année 1774), il lui adresse un Mémoire sur la médecine morale en lui demandant d’être son protecteur auprès de la docte assemblée. Ses efforts portent plus rapidement ses fruits puisque dès mars 1775, Nicolas peut donner à Séguier du « cher confrère ». Il est également membre de l’académie des Arcades (au plus tard en 1774) et correspondant de la Société royale de médecine de Paris (au plus tard en 1777). Le dernier véhicule de sa visibilité est la presse périodique : en décembre 1774, il annonce être devenu « le principal auteur d’une feuille hebdomadaire de notre province », les Affiches, annonces et avis divers du Dauphiné, qui doivent renouveler le format des affiches ordinaires en privilégiant la physique, l’histoire naturelle, la médecine humaine et vétérinaire[9].

Au cours de l’année 1775, Nicolas quitte son « insoutenable hermitage » et s’installe à Grenoble comme médecin[10]. Les lettres, parfois courtes et empressées, témoignent de son enthousiasme intellectuel et de ses nombreuses activités. Sa carrière médicale va bon train : résolument moderne, Nicolas envisage d’ouvrir une maison d’inoculation, s’intéresse aux vertus thérapeutiques de l’aimant, éprouve les résultats de l’« eau aérée mercurielle » contre les maladies vénériennes, ne jure que par l’« air fixe ». Il pratique la médecine sociale et donne des consultations gratuites pour les gens de la campagne[11]. Nicolas témoigne également d’un grand intérêt pour la minéralogie : dès sa première lettre à Séguier, en gage de bonne volonté, il lui envoie des cristallisations de Rémusat et lui promet des ostracites de Valréas[12]. Au fil de leurs échanges, il fait parvenir à Nîmes des morceaux des mines de Bourg-d’Oisans, d’Allemont, d’Allevard et de Pesey, demande à Séguier des priapolites de la région de Castres – qui suscitent alors un grand intérêt – et en reçoit des fossiles. Il fait des observations météorologiques qu’il transmet à la Société royale de médecine, partage les expériences électriques de Gaspard-François de La Croix de Chevrières de Sayves, commandeur de l’ordre de Malte. Malgré ses plaintes récurrentes contre le tissu social grenoblois, qu’il décrit comme « hérissé de procureurs », il assiste avec enthousiasme à la naissance et au développement de la bibliothèque publique, du cabinet d’histoire naturelle, de la chaire de chimie[13]. Enfin, il trépigne en attendant que l’intendant du Dauphiné veuille bien donner le coup d’envoi à la vaste histoire naturelle du Dauphiné dont il a rédigé le programme.

Cette implication dans la vie scientifique de la cité débouche assez rapidement sur des fonctions officielles : en janvier 1779, il annonce à Séguier avoir été nommé médecin conseiller des mines d’Allemont, puis médecin pour les épidémies de la généralité du Dauphiné, tâche qui l’occupe assidûment pendant de nombreuses années[14]. C’est le moment où la correspondance avec Séguier se ralentit nettement, quoique toujours alimentée par des liens familiaux et amicaux (Séguier a prêté assistance aux Caveirac, parents de Nicolas, dans les déboires judiciaires et les embarras suscités par un fils « fornicateur »). La soif de reconnaissance des premières années s’est muée en un respect profond pour un vieux savant d’une autre génération.

 

[1] Selon toute probabilité, le recueil de lettres appartenait à la collection d’Eugène Chaper (1827-1890), directeur de l’exploitation des mines de La Mure et de La Motte, député de l’Isère et grand bibliophile dauphinois, dont une partie passe à la bibliothèque municipale de Grenoble après 1946. Vérifier dans P. Vaillant, « Les autographes du fonds Chaper acquis par la bibliothèque de Grenoble », Petite revue des bibliophiles dauphinois, 1951, p. 31-39.

[2] Séverine Beaumier, Jean-François Nicolas, médecin des Lumières, La Muscadelière, Le garde-notes baronniard et Die, Patrimoine de la vallée de la Drôme, 2003.

[3] Cité dans Séverine Beaumier, « Jean-François Nicolas, Diois et médecin du Roy », Études drômoises, 10, juin 2002, p. 25-33.

[4] Prétextant des difficultés financières, son libraire Hérissant fils revend l’ouvrage à la veuve Duchesne et en change le titre. L’ouvrage paraît sous le titre de Nouveau Dictionnaire universel et raisonné de médecine, de chirurgie et de l’art vétérinaire… par une société de médecins, Paris, Hérissant le fils, 1772, 6 vol. Ces péripéties éditoriales sont décrites dans la lettre à Séguier du 18 mars 1775.

[5] Il soutient le 30 avril 1771 une thèse « An febribus intermittentibus indiscriminatim kina kina », publiée à Nancy chez Bachot ; il est alors licencié en médecine (BnF 4-S-2450 (11,15)).

[6] BM Grenoble, ms. 6210, s.d..

[7] BM Nîmes, ms. 284(2), fol. 2v°, 27 juin 1773.

[8] S. Beaumier, « Jean-François Nicolas », art. cit.

[9] Sur cette publication, voir http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0021-affiches-du-dauphine. Lancées par la veuve Giroud, libraire à Grenoble, les affiches commencent à paraître le 6 mai 1774.

[10] BM Grenoble, ms. 6210, Nicolas à Séguier, au Buis, 28 novembre 1774.

[11] En 1775, il a publié à Grenoble, chez la veuve Giroud, un livre de conseil pour les femmes enceintes, Le Cri de la nature, en faveur des enfants nouveaux nés, ouvrage dans lequel on expose les règles diététiques que les femmes doivent suivre pendant leur grossesse… On y a joint un Précis historique de l’inoculation et de plusieurs autres objets d’utilité publique.

[12] Le médecin avignonnais Esprit Calvet est très sévère à l’égard de cet envoi, qu’il qualifie de « guenilles » : des ostracites dépareillés, égrisés et gracturés, qui « ne méritent nullement d’être admis dans un cabinet d’histoire naturelle » (BM Nîmes, ms. 140, fol. 177)

[13] BM Grenoble, ms. 6210, Nicolas à Séguier, Grenoble, 25 décembre 1782.

[14] Il publie alors plusieurs ouvrages sur les épidémies : Histoire des maladies épidémiques qui ont régné dans la Province de Dauphiné, depuis l’année 1775 (Grenoble, 1780) et Instructions relatives aux fièvres intermittentes qui règnent dans la vallée de Graisivaudan et à Vaunavey (Signé : Nicolas, médecin du roi pour les épidémies. Grenoble, le 20 septembre 1783) (Grenoble, 1783, in-4°, 4 p.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *