Lettres de Jacobus Gerhard et Philipp Van Swinden

 

Le mathématicien et physicien Jan Hendrik Van Swinden est aujourd’hui le membre le mieux connu de la dynastie néerlandaise des Van Swinden. Professeur à Franeker, il s’illustra par ses travaux sur le champ magnétique terrestre, tout en développant dans les années 1780 des outils mathématiques afin de faciliter les recensements de population. Séguier appréciait en tout cas sa production, s’efforçant d’acquérir ses publications par l’intermédiaire des frères de Tournes. Il avait bien connu son oncle, Jacobus Gerhard, avec qui il avait entretenu une correspondance suivie dès 1738 avant que la mort de celui-ci n’y mette brutalement un terme en 1741. S’il échangea par la suite quelques lettres avec son frère Philipp, avocat à la Cour de Hollande comme son aîné et père de Jan Hendrik.

Séguier était entré en relation avec Jacobus Gerhard par l’intermédiaire de l’un de ses parents, Reynaud de Lascours, qui s’était installé à La Haye peu après la Révocation. La brièveté de son séjour aux Pays-Bas en 1736 n’avait pas permis à Séguier et Maffei d’y nouer des relations durables, même s’ils y avaient connu Boerhaave, déjà âgé et malade, et Jan Frederik Gronovius, avec qui Séguier resta en liaison durant de longues années.

Jacobus Gerhard, avocat et homme de loi, était un philologue de bonne réputation qui se passionnait pour La Bibliothèque du Pseudo Apollodore, que l’on attribuait alors à Apollodore d’Athènes. Van Swinden avait réussi à amasser un matériau considérable pour en préparer une édition, aidé en cela par Séguier qui s’efforça de faire recopier tous les fragments qui lui étaient accessibles. Il le mit notamment en relation avec Claude Gros de Boze, qui lui fit recopier les manuscrits de la bibliothèque du roi et s’impliqua même personnellement en révisant lui-même les transcriptions incertaines du copiste. Séguier s’efforça par la suite de lui rendre accessible ce qui était conservé dans la Biblioteca Laurenziana à Florence, mais l’on ignore s’il y parvint.

Van Swinden rendit de son côté de grands services à son correspondant, lui servant notamment d’intermédiaire dans ses échanges avec Gronovius et Burman. C’est surtout lui qui mit Séguier en relation avec le libraire-imprimeur Jean Neaulme, à La Haye, qui imprima la Bibliotheca Botanica en 1740, ainsi que la traduction qu’avait réalisée Séguier des mémoires d’Alessandro Maffei. L’avocat néerlandais corrigea également les épreuves et inséra dans le manuscrit les nombreux errata que Séguier lui envoyait de Vérone. La Bibliotheca lui doit ainsi beaucoup.

Après la mort de son frère en 1741, Philipp Van Swinden continua à rendre des services signalés à Séguier jusqu’en 1744, date à laquelle leurs échanges semblent s’être interrompus, du moins si l’on se fie à ce qui est conservé.

Cette correspondance est en tout cas très révélatrice des réseaux européens d’échanges élaborés par Séguier à la fin des années 1730. Ces réseaux reposaient alors, en grande partie du moins, sur sa capacité à servir d’intermédiaire entre ses connaissances parisiennes, ses relations italiennes et les savants anglais ou néerlandais qu’il avait connus en 1736. Les liens avec l’Europe du Nord, déjà fort tenus dès l’origine à quelques exceptions près, finirent cependant par se distendre dès la fin des années 1740, particulièrement avec les Provinces-Unies où Séguier ne resta guère en relation qu’avec Gronovius.

Citer ce billet: François Pugniere, "Lettres de Jacobus Gerhard et Philipp Van Swinden," publié sur Archives savantes des Lumières, 04/09/2016, https://seguier.hypotheses.org/237.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.