Journée d’études sur l’édition numérique de correspondances du consortium CAHIER : quelques réflexions

Vendredi 1er avril s’est tenue la première réunion du groupe de travail sur les correspondances du consortium CAHIER (https://cahier.hypotheses.org/). Les interventions de la journée ont principalement porté sur les entreprises d’édition numérique de la correspondance de grands auteurs des 18e et 19e siècles (D’Alembert, Condorcet, Monge, Flaubert, Zola) et sur la plateforme e-Man. Ces études de cas, très riches et très stimulantes, ont fait ressortir des problématiques communes, par delà la singularité des corpus. Elles invitent à interroger les choix que nous avons faits pour l’édition Séguier.

Un premier point concerne les modalités de la transcription des lettres. Les pratiques sont très diverses, de la transcription extrêmement fidèle (D’Alembert) à une transcription modernisée (Flaubert). Dans la transcription des lettres de Flaubert, présentées par Yvan Leclerc (Université de Rouen), les fautes d’orthographe et de grammaire courantes ont été corrigées, la ponctuation modernisée ; seuls les noms propres ont été conservés dans leur graphie originelle, complétés éventuellement par la graphie correcte entre crochets droits. Yvan Leclerc justifie ces choix : les pratiques éditoriales ont une histoire, elles évoluent lentement, on n’y échappe pas. L’important est de faciliter la lecture du texte original en préservant la possibilité de revenir à la source, grâce aux images numérisées des lettres. Fournir une transcription à l’identique est une position qui se défend différemment. Pour Irène Passeron, dans le cas de D’Alembert (secrétaire perpétuel de l’Académie française), les écarts orthographiques ne gênent pas la recherche en plein texte. Dans le cas de Condorcet, le passage du –oi au –ai est un marqueur chronologique important dans la correspondance, car Condorcet se convertit à la réforme orthographique après sa visite à Voltaire dans les années 1770 (Nicolas Rieucau).

Un second point concerne les parcours proposés aux utilisateurs du site. Les fonctionnalités sont diverses d’un site à l’autre ; deux modalités qui n’existent pas sur le nôtre pourraient y être développées.

D’une part, la recherche par lieu de conservation des lettres. Irène Passeron souligne que c’est un argument dans les négociations avec les petites bibliothèques, qui ont plaisir à voir leurs collections ainsi mises en valeur. La chose est d’autant plus facile pour nous que le champ existe déjà : il faudrait le normaliser sous la forme « Paris, Bibliothèque nationale de France », « Nîmes, Bibliothèque Carré d’Art ».

D’autre part, la recherche par correspondance, c’est-à-dire avec la possibilité de visualiser les lettres et leur réponse. Notre mode de recherche par Expéditeur ou Destinataire ne permet de visualiser que des « moitiés » de correspondance. Il faut proposer un mode de recherche qui donne accès à la totalité des échanges avec un correspondant.

Le troisième point concerne l’annotation critique des lettres. C’est un point sur lequel il faudra travailler à l’avenir, tant du point de vue du contenu des notes que de leur visualisation sur le site. Nous avons du matériel « en interne » : les noms cités sont identifiés, de même que les titres des ouvrages ; les correspondances singulières font l’objet de billets sur le carnet Hypothèses. Il faudrait songer à intégrer tous ces éléments pour les présenter de manière harmonieuse sur la page de visualisation des résultats. Imaginer une rubrique unique de pied de page (« Commentaire » ou « Annotations ») qui introduirait des éléments de commentaire et renverrait par un lien à la présentation générale de la correspondance avec Untel ? À réfléchir…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *