Jean-François Séguier et la Bibliothèque historique de la France

La première édition de la Bibliothèque historique de la France du père Jacques Lelong (1665-1721) avait été imprimée à Paris en 1719. L’oratorien, bibliothécaire de la maison de Saint-Honoré, avait travaillé pendant plus de trois ans afin de recenser et analyser les grandes collections de pièces relatives à l’histoire de France. Sa mort prématurée, en 1721, avait malheureusement mis un terme à un projet de seconde édition augmentée auquel il travaillait assidûment.

Ses notes et son exemplaire de l’ouvrage surchargé de corrections passèrent toutefois dans les mains de Charles-Marie Fevret de Fontette (1710-1772), conseiller au parlement de Bourgogne, qui les utilisa abondamment pour préparer une nouvelle édition de la Bibliothèque historique. Elle fut publiée en cinq volumes par Jean-Thomas Hérissant, imprimeur du roi, entre 1768 et 1778. Le cinquième et dernier volume ne put toutefois être achevé du vivant de son éditeur. C’est en fait le géographe Jean-Louis Barbeau de la Bruyère (1710-1781), avec qui Séguier était en liaison épistolaire, qui mena à bien l’entreprise en éditant non sans peine la dernière partie de l’ouvrage en 1778.

Le manuscrit 249 de la Bibliothèque de Nîmes contient une série de lettres particulièrement éclairantes quant à la participation de Séguier à cette aventure éditoriale. Le Nîmois, à la demande de Jean-Thomas Hérissant (1704-1772), qui travaillait en association avec ses beaux-frères Jacques II et Robert Etienne, avait fourni un important matériau dès le début des années 1760, notamment de longues notes bibliographiques. Le libraire, dès 1763, le remercia ainsi pour les « notices nombreuses » qu’il avait reçues. Séguier envoya par la suite de nouvelles précisions et additions, notamment en 1765, transmettant par ailleurs de nombreuses informations par le biais de Joseph Pellerin de Plainville (1684-1783), premier commis de la marine et numismate de grand renom avec qui il entretint une abondante correspondante.

Sa contribution, qui touchait un « grand nombre d’articles » d’après Hérissant, valut en tout cas à Séguier d’être porté, par ordre du contrôleur général Laverdy, sur « la liste de distribution par ordre de Sa Majesté » où figuraient « toutes les personnes » qui avaient « contribué à la perfection d’un ouvrage aussi utile par la communication d’un grand nombre d’articles que l’éditeur ne pouvait guère connaître ».

Plus généralement, le savant nîmois contribua à de nombreuses publications majeures. Les trois lettres conservées du comte de Caylus, datées de 1760-1761, montrent notamment qu’il avait fourni à l’auteur des Recueils d’antiquités un matériau important. On connaît également l’aide précieuse qu’il apporta à Charles-Louis Clérisseau, à l’occasion de la publication en 1778 du 1er et unique volume des Antiquités de la France. Il fournit également un nombre important de dessins à Abraham Guy de Migieu, grand amateur de bronzes antiques et auteur en 1779 d’un Recueil des sceaux gothiques Quant au peu qu’il reste de la correspondance échangée avec Court de Gébelin, il révèle l’ampleur des conseils et des avis qu’il dispensa tout en lui transmettant une abondante masse documentaire à l’auteur du Monde primitif analysé et comparé avec le monde moderne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.