Lettres de Claude Gros de Boze à Séguier

Parmi les relations nouées à Paris, entre janvier 1733 et le départ pour Londres en mai 1736, peu devaient s’avérer aussi solides que celles que Séguier entretint avec Camille Falconet (1671-1762) et Claude Gros de Boze (1680-1753). Protégé par Nicolas-Joseph Foucault (1643-1721), grand bibliophile, ce dernier était devenu pensionnaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres dès 1705, dont il devint rapidement secrétaire perpétuel, avant d’entrer à l’Académie française en 1715. Nommé garde du cabinet des médailles et antiques en 1719, il mit au point une méthode efficace de classement des médailles, qu’il porta au plus haut point de perfectionnement, tout en constituant une remarquable bibliothèque d’incunables et autres rariora.

Durant son séjour en Angleterre, Séguier copia pour le garde des médailles les feuillets manquant du Decor puellarum, ouvrage imprimé à Venise en 1471 par Jenson, avant de lui dénicher à Amsterdam une autre rareté, qui combla son correspondant sensible à l’amitié que lui portait le compagnon d’étude du marquis Maffei. Séguier s’efforça dès lors de dénicher les précieux incunables qui figuraient sur la liste qui lui avait été confiée à Paris. Il permit ainsi à De Boze d’acquérir à Venise un bel exemplaire du Rationale Durandi de 1475.

En retour, ce dernier fit retranscrire pour Gerard Jakob van Swinden, à la demande de Séguier, les manuscrits d’Apollodore de la Bibliothèque du roi, ainsi qu’un ouvrage de Simon Syrenius, imprimé à Cracovie en 1613, dont la copie subsiste dans les fonds nîmois.

Si Séguier ne fut pas à proprement parler un bibliophile, ces lettres montrent en tout cas qu’il maîtrisait bien la question, notamment le vocabulaire et les usages, et plus généralement l’histoire du livre comme on le découvre dans d’autres correspondances. Malheureusement, fragmentaires, ces treize lettres permettent de découvrir une facette mal connue de la personnalité savante de Séguier, tout en éclairant d’un jour précieux des réseaux de relations et d’échanges, véritables ponts entre les milieux parisiens qu’il avait fréquentés et la vaste nébuleuse dessinée par un epistolario dont l’ancrage européen s’était alors bien affirmé.

Citer ce billet: François Pugniere, "Lettres de Claude Gros de Boze à Séguier," publié sur Archives savantes des Lumières, 26/09/2015, https://seguier.hypotheses.org/120.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.