Un correspondant trop célèbre ? Le numismate Joseph Hilarius Eckhel.

Joseph Hilarius Eckhel (1737-1798) est un personnage central de la « République des médailles » au xviiie siècle. D’abord chargé du musée des monnaies du collège jésuite de Vienne (1771), puis directeur du cabinet des médailles du musée impérial (1774), il est également professeur d’antiquités et de sciences historiques auxiliaires à l’université de Vienne.

Les deux hommes font connaissance lors du passage d’Eckhel à Nîmes, le 24 octobre 1780[1]. Eckhel voyage alors en Europe avec le prince de Galitzine, ambassadeur de Russie à Vienne, qui traîne ses souffrances dans la France méridionale. Le numismate s’arrête à Toulouse, où il rencontre Nicolas Joseph Marcassus de Puymaurin ; il arrive ensuite à Nîmes, impatient de voir la Maison carrée, le pont du Gard et le cabinet de Séguier. La lettre de Marcassus de Puymaurin qui le recommande livre un écho des conversations échangées Lire la suite

La correspondance avec Christian Gottlieb Ludwig: traces d’une absence

 

Professeur de médecine à l’université de Leipzig à partir de 1740, Christian Gottlieb Ludwig (1709-1773) est surtout connu dans la République des sciences comme le principal rédacteur des Commentarii de rebus in scientia naturali et medicina gestis, périodique de médecine et d’histoire naturelle qui paraît à partir de 1752.

De la correspondance que Séguier entretint avec lui, il ne nous est parvenu qu’une épave, une lettre conservée dans les collections d’autographes de la Staatsbibliothek de Berlin (https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=805). La disparition des lettres de Séguier à Ludwig n’est pas une surprise Lire la suite

(Bientôt) en ligne: lettres du médecin grenoblois Jean-François Nicolas à Séguier

La bibliothèque municipale de Grenoble conserve vingt lettres adressées à Séguier par le médecin grenoblois Jean-François Nicolas (1738-1819). Ces lettres, qui faisaient partie de la correspondance passive du savant nîmois, ont sans doute été extraites du fonds après sa mort et ont circulé sur le marché des autographes avant d’être acquises par l’établissement grenoblois[1]. Les lettres de Séguier à Nicolas semblent en revanche avoir été perdues.

Nicolas est une figure représentative des Lumières médicales provinciales[2]. Lire la suite

Colloque Savoirs à l’oeuvre, savants au travail. Jean-François Séguier et ses correspondants

Savoirs à l’œuvre, savants au travail. Jean-François Séguier (1703-1784) et ses correspondants

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence, 18 et 19 novembre 2016.

Organisation scientifique : Emmanuelle Chapron (Aix-Marseille Université), François Pugnière (CRISES-Montpellier 3).

 

Relativement oubliée depuis la fin du 18e siècle, la figure de Jean-François Séguier a été redécouverte dans les années 1980 : en étudiant les carnets et la correspondance de ce savant antiquaire et botaniste, Daniel Roche a définitivement redonné au Nîmois l’étoffe d’un Républicain des lettres. Depuis 2010, une équipe de chercheurs s’est engagée dans l’édition électronique de sa correspondance (www.seguier.org). L’objectif est, à terme, de mettre en place un outil d’édition de l’ensemble des archives du savant. La correspondance ne se comprend en effet qu’en relation avec le monde de papiers et d’objets rassemblés par Séguier, avec ses archives manuscrites (carnets de visiteurs, brouillons et notes, catalogues autographes) et avec les vestiges de son outillage matériel (bibliothèque, herbier, collections de fossiles et d’inscriptions, médailler et autres meubles de rangement). À partir du cas de Séguier et de ses correspondants, on se propose d’interroger cet ensemble documentaire du point de vue de la matérialité des pratiques intellectuelles : la production de différentes sortes d’écritures, le classement des dossiers, l’utilisation de la correspondance comme outil de gestion des collections. Cette approche n’évacue pas les enjeux intellectuels : il s’agira également d’interroger les constructions disciplinaires au miroir de cet « ordre matériel du savoir ». Lire la suite

En ligne : Lettres de Jacobus Gerhard et Philipp Van Swinden

 

Le mathématicien et physicien Jan Hendrik Van Swinden est aujourd’hui le membre le mieux connu de la dynastie néerlandaise des Van Swinden. Professeur à Franeker, il s’illustra par ses travaux sur le champ magnétique terrestre, tout en développant dans les années 1780 des outils mathématiques afin de faciliter les recensements de population. Séguier appréciait en tout cas sa production, s’efforçant d’acquérir ses publications par l’intermédiaire des frères de Tournes. Il avait bien connu son oncle, Jacobus Gerhard, avec qui il avait entretenu une correspondance suivie dès 1738 avant que la mort de celui-ci n’y mette brutalement un terme en 1741. S’il échangea par la suite quelques lettres avec son frère Philipp, avocat à la Cour de Hollande comme son aîné et père de Jan Hendrik.

Lire la suite

Vient de paraître…

La découverte de l’inventaire de la collection Séguier, dressé en  1793 peu après la confiscation des biens de l’Académie de Nîmes à la suite de la loi du 6 Thermidor an II, a permis de jeter un regard nouveau sur le cabinet Séguier, d’autant que la liasse était accompagnée d’un catalogue de la collection de minéralogie dicté par Séguier à Alexandre Vincens en 1784, quelques semaines avant sa mort. La perte du catalogue des collections d’Histoire naturelle (ms 136)  n’avait pas permis d’évaluer pleinement  jusqu’ici l’importance du cabinet de naturalia que l’on ne pouvait appréhender qu’à partir d’inventaires plus tardifs (1806 et 1816).

http://liame.revues.org/

En ligne : lettres de Joseph-Maximilien Séguier à son frère Jean-François

La longue letBassin de la fontaine 2tre écrite par Joseph-Maximilien Séguier, le plus jeune frère de Jean-François, est un témoignage irremplaçable. Fasciné dès les premiers travaux de creusement par l’abondance des vestiges romains exhumés, il suivit de très près le déroulement du chantier, probablement grâce aux liens de parentèles qui unissaient les Séguier à la notabilité nîmoise. Il rédigea ainsi en février 1740 une longue lettre en forme de mémoire décrivant avec précision les structures et les objets découverts, tout en recopiant avec soin les inscriptions. Bon dessinateur (il avait appris à manier le crayon avec un des frères Natoire dont l’oncle dirigeait les travaux de La Fontaine), il envoya à son frère un plan d’ensemble, malheureusement perdu.

Lire la suite

En ligne : correspondance de Séguier avec Joseph Pellerin et Jules-François-Paul Fauris de Saint-Vincens

Lily Servel vient de mettre en ligne deux ensembles de lettres, dont l’édition critique résulte d’un travail de Master 1 réalisé sous la direction d’Emmanuelle Chapron au département d’histoire de l’Université Aix-Marseille. Le premier ensemble est issu de la correspondance entre Jean-François Séguier et Joseph Pellerin (1684-1782). Il s’agit de vingt-quatre lettres rédigées par Séguier entre le 27 février 1765 et le 18 janvier 1773, conservées aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France (NAF 1074, fol. 167-224). Dix-huit lettres adressées par Pellerin à Séguier ont également été conservées (Bibliothèque Carré d’Art, ms. 150). Le début de la correspondance manque, alors que la fin des échanges est probablement documentée.

Depuis 1745, Pellerin, ancien Premier commis de la Marine pour le bureau du Levant, se consacre entièrement à sa passion des médailles. Érudit et numismate reconnu de son temps, il est celui qui met en place le classement des médailles selon leur provenance géographique, et non plus alphabétique. Il est l’un des précurseurs de Joseph Hilarius Eckhel, reconnu comme étant le fondateur de la science numismatique. Entre 1765 et 1770, les échanges sont très soutenus, puis l’âge très avancé de Pellerin et sa santé défaillante, dont la cécité qui le touche, mettent un terme à la correspondance. Seules deux lettres sont envoyées par Séguier entre 1771 et 1773, ne recevant très probablement aucune réponse. Les discussions tournent principalement autour des travaux de Pellerin, comme les Suppléments aux six volumes de recueils des médailles de rois, de peuples et de villes… publiés en 1765. On peut alors découvrir les querelles qui divisent le monde de la numismatique à cette époque, puisque Pellerin en est l’un des personnages centraux. Les lettres sont également un moyen pour les numismates de partager leurs interrogations à propos de leur travail et de leur collection de monnaies et médailles, ce que Séguier n’hésite pas à faire avec Pellerin. Lire la suite

Journée d’études sur l’édition numérique de correspondances du consortium CAHIER : quelques réflexions

Vendredi 1er avril s’est tenue la première réunion du groupe de travail sur les correspondances du consortium CAHIER (https://cahier.hypotheses.org/). Les interventions de la journée ont principalement porté sur les entreprises d’édition numérique de la correspondance de grands auteurs des 18e et 19e siècles (D’Alembert, Condorcet, Monge, Flaubert, Zola) et sur la plateforme e-Man. Ces études de cas, très riches et très stimulantes, ont fait ressortir des problématiques communes, par delà la singularité des corpus. Elles invitent à interroger les choix que nous avons faits pour l’édition Séguier.

Un premier point concerne les modalités de la transcription des lettres. Les pratiques sont très diverses, de la transcription extrêmement fidèle (D’Alembert) à une transcription modernisée (Flaubert). Dans la transcription des lettres de Flaubert, présentées par Yvan Leclerc (Université de Rouen), les fautes d’orthographe et de grammaire courantes ont été corrigées, la ponctuation modernisée ; seuls les noms propres ont été conservés dans leur graphie originelle, complétés éventuellement par la graphie correcte entre crochets droits. Yvan Leclerc justifie ces choix : les pratiques éditoriales ont une histoire, elles évoluent lentement, on n’y échappe pas. L’important est de faciliter la lecture du texte original en préservant la possibilité de revenir à la source, grâce aux images numérisées des lettres. Fournir une transcription à l’identique est une position qui se défend différemment. Pour Irène Passeron, dans le cas de D’Alembert (secrétaire perpétuel de l’Académie française), les écarts orthographiques ne gênent pas la recherche en plein texte. Dans le cas de Condorcet, le passage du –oi au –ai est un marqueur chronologique important dans la correspondance, car Condorcet se convertit à la réforme orthographique après sa visite à Voltaire dans les années 1770 (Nicolas Rieucau).

Un second point concerne les parcours proposés aux utilisateurs du site. Les fonctionnalités sont diverses d’un site à l’autre ; deux modalités qui n’existent pas sur le nôtre pourraient y être développées.

D’une part, la recherche par lieu de conservation des lettres. Irène Passeron souligne que c’est un argument dans les négociations avec les petites bibliothèques, qui ont plaisir à voir leurs collections ainsi mises en valeur. La chose est d’autant plus facile pour nous que le champ existe déjà : il faudrait le normaliser sous la forme « Paris, Bibliothèque nationale de France », « Nîmes, Bibliothèque Carré d’Art ».

D’autre part, la recherche par correspondance, c’est-à-dire avec la possibilité de visualiser les lettres et leur réponse. Notre mode de recherche par Expéditeur ou Destinataire ne permet de visualiser que des « moitiés » de correspondance. Il faut proposer un mode de recherche qui donne accès à la totalité des échanges avec un correspondant.

Le troisième point concerne l’annotation critique des lettres. C’est un point sur lequel il faudra travailler à l’avenir, tant du point de vue du contenu des notes que de leur visualisation sur le site. Nous avons du matériel « en interne » : les noms cités sont identifiés, de même que les titres des ouvrages ; les correspondances singulières font l’objet de billets sur le carnet Hypothèses. Il faudrait songer à intégrer tous ces éléments pour les présenter de manière harmonieuse sur la page de visualisation des résultats. Imaginer une rubrique unique de pied de page (« Commentaire » ou « Annotations ») qui introduirait des éléments de commentaire et renverrait par un lien à la présentation générale de la correspondance avec Untel ? À réfléchir…

En lignes : lettres de Jean-Antoine-Hubert Roudil de Berriac

C’est à Jean-François Séguier que Jean-AntoineHubert Roudil de Berriac dédia, en 1772, son Monumentorum galaticorum synopsis, qu’il venait de faire imprimer à Livourne. Fils d’Antoine François Roudil de Berriac, propriétaire de la Manufacture de drap de Cenne-Monestiés et « receveur des tailles, garde ancien des gabelles* » du diocèse de Carcassonne, le jeune homme était entré en correspondance avec l’antiquaire nîmois au milieu des années 1760, la première lettre conservée étant datée du 22 février 1766. Berriac souhaitait en effet concourir au prix de l’Académie des belles-lettres de Toulouse pour l’année 1767. Il s’agissait de déterminer « l’étendue de la partie de la Celtique habitée par les Volques tectosages avant l’entrée des Romains dans leur pays ». Ses attentes ne furent pas déçues. Séguier, qui visiblement connaissait bien son père et qui partageait une amitié commune pour Antoine Albert, docteur en droit et en médecine, procureur du roi à l’hôtel de ville de Carcassonne, répondit à ses demandes au-delà de toute espérance, l’aidant constamment tout au long de la rédaction de la dissertation qui obtint le prix « doublé » de l’Académie en 1767 (il avait été « réservé » en 1764 et annoncé « doublé » pour 1767).

Lire la suite

Journée d’études Projets d’édition numériques de correspondances

Le consortium Cahier organise le 1er avril 2016 une journée d’études du groupe de travail Correspondance, consacrée aux projets d’édition numériques de correspondances, qui fera le point sur un certain nombre de projets comparables au nôtre : édition de la correspondance d’Emile Zola, de D’Alembert, de Gaspard Monge ou de Condorcet. Programme : https://cahier.hypotheses.org/2172#more-2172

 

En ligne : lettres d’Hubert de Folard

Si le chevalier de Folard est relativement connu, notamment grâce au livre de Jean Chagniot, peu de travaux ont été consacrés jusqu’ici à Nicolas-Joseph Folard (1664 ou 1666-1741), dominicain devenu en 1712 chanoine de l’église cathédrale de Nîmes. « Homme d’esprit et d’une grande érudition » selon Léon Ménard, l’abbé avait recueilli chez lui, à Nîmes, son neveu Hubert de Folard (1709-1799), qui étudia chez les jésuites. Condisciple et ami de Séguier, il entama par la suite une carrière diplomatique. Après avoir participé à la diète de Francfort en 1741, il fut nommé ministre de France auprès des Cercles de Franconie.

C’est en 1748 que Séguier renoua avec son compagnon de jeunesse, Maffei souhaitant faire parvenir à la margravine, sœur de Frédéric II, un exemplaire de sa comédie Il Raguet. Folard mit alors Séguier en relation avec Pierre-Chrétien Wagner (1703-ap. 1764), médecin du prince de Bayreuth, et bibliothécaire et garde du cabinet de curiosités de la margravine. Cette relation devait s’avérer particulièrement fructueuse. Les lettres conservées montrent en tout cas que le ministre de France avait conservé un « tendre et ancien attachement » pour celui qui avait bien connu son oncle, le chanoine, dont Séguier n’eut de cesse de demander des nouvelles à son ami Baux entre 1732 et 1741. Lire la suite

En ligne : lettres de Joseph Bimard de La Bastie-Montsaléon à Séguier

Ayant quitté très tôt le métier des armes, après quatre années seulement de service, le jeune baron de La Bastie se jeta avec passion dès la fin des années 1720 dans l’étude des médailles et des antiquités. Il avait acquis dans ses jeunes années une solide connaissance de la langue latine au collège de Carpentras, puis à Avignon chez les jésuites.

C’est en 1728 qu’il entra en relation avec Séguier par l’intermédiaire du cousin de ce dernier, Raymond Novy de Caveirac (1700-1773), avec qui il préparait l’édition d’un ouvrage sur les antiquités nîmoises qui ne vit jamais le jour. Lire la suite