D’Alembert à Nîmes: mémoire d’un voyage

L’une des traces de la correspondance entretenue entre Séguier et D’Alembert est conservée à la bibliothèque de l’Institut de France. Les deux hommes se rencontrent à l’occasion du « voyage manqué d’Italie » que D’Alembert fait en compagnie de Condorcet, à l’automne 1770. Les encyclopédistes passent deux fois à Nîmes, en allant vers Montpellier en octobre, puis en revenant vers Marseille en novembre [1]. La rencontre avec Séguier n’a peut-être lieu que sur le chemin du retour, car le Nîmois est informé par son correspondant Roudil de Berriac, qui lui écrit de Carcassonne le 24 novembre 1770, qu’il « étai[t] à Nîmes lorsque M. d’Alembert et M. de Condorcet y passèrent. Ils se rendirent de là à Montpellier où ils ont passé 15 jours chez M. Duché avocat général et ont repris le 2 ou le 3 de ce mois le chemin de Lyon ». Continuer la lecture

« Homme à rester six mois et un an sans vous faire réponse » : la « correspondance » entre Jean-François Séguier et Camille Falconet.

Le médecin érudit Camille Falconet (1671-1762) est l’une des rencontres les plus importantes faites par Séguier au cours de son séjour parisien, entre janvier 1733 et mai 1736[1]. Comme Séguier le rapporte dans son récit de voyage, « M. Falconet, médecin, qui est de l’Académie des belles lettres, a une bibliothèque bien fournie de livres d’histoire naturelle, des auteurs de belles lettres, de médecine et histoire littéraire. Il me les prêtait les plus obligeamment du monde et on ne peut le faire ni avec plus de grâce, ni de politesse »[2]. C’est dans cette bibliothèque, qui compte à sa mort en 1762 près de 50 000 volumes, que Séguier commence les recherches qui aboutissent à la publication, quelques années plus tard, de sa Bibliotheca botanica[3].

Le gradient de notoriété entre les deux hommes ne facilite pas l’établissement d’une correspondance suivie. Continuer la lecture

Un bénédictin numismate de Besançon : Pierre-Philippe Grappin

Le bénédictin Pierre-Philippe Grappin (1738-1833), professeur au collège de Saint-Ferjeux près de Besançon, entretient une brève correspondance avec Séguier, bien conservée des deux côtés. Celle-ci commence classiquement par le don de deux ouvrages, portés à Nîmes par le jeune baron Claude de Servières qui rend visite à Séguier en juillet 1782. Il s’agit de deux dissertations qui ont remporté le prix de l’académie de Besançon, les Recherches sur les anciennes monnaies du comté de Bourgogne en 1774 et une dissertation sur l’origine de la mainmorte en 1778. Comme d’autres correspondants de Séguier – particulièrement les plus jeunes – Grappin met en avant la reconnaissance acquise dans les concours académiques comme marqueur de valeur savante. Comme à son habitude, Séguier répond très aimablement : il lit l’opuscule numismatique avec une grande attention, formule des remarques, pose des questions sur les caractères des monnaies. Encouragé, Grappin se lance auprès de ses correspondants dans une grande collecte d’informations sur les médailles gauloises et lui en transmet une « notice ». L’état de santé de Séguier met rapidement un terme à la correspondance. Quant à Grappin, la « faiblesse de sa santé » ne l’empêche pas de vivre jusqu’en 1833.

Citer ce billet: Emmanuelle Chapron, "Un bénédictin numismate de Besançon : Pierre-Philippe Grappin," publié sur Archives savantes des Lumières, 05/03/2017, https://seguier.hypotheses.org/258.

Un correspondant trop célèbre ? Le numismate Joseph Hilarius Eckhel.

Joseph Hilarius Eckhel (1737-1798) est un personnage central de la « République des médailles » au xviiie siècle. D’abord chargé du musée des monnaies du collège jésuite de Vienne (1771), puis directeur du cabinet des médailles du musée impérial (1774), il est également professeur d’antiquités et de sciences historiques auxiliaires à l’université de Vienne.

Les deux hommes font connaissance lors du passage d’Eckhel à Nîmes, le 24 octobre 1780[1]. Eckhel voyage alors en Europe avec le prince de Galitzine, ambassadeur de Russie à Vienne, qui traîne ses souffrances dans la France méridionale. Le numismate s’arrête à Toulouse, où il rencontre Nicolas Joseph Marcassus de Puymaurin ; il arrive ensuite à Nîmes, impatient de voir la Maison carrée, le pont du Gard et le cabinet de Séguier. La lettre de Marcassus de Puymaurin qui le recommande livre un écho des conversations échangées Continuer la lecture

La correspondance avec Christian Gottlieb Ludwig: traces d’une absence

 

Professeur de médecine à l’université de Leipzig à partir de 1740, Christian Gottlieb Ludwig (1709-1773) est surtout connu dans la République des sciences comme le principal rédacteur des Commentarii de rebus in scientia naturali et medicina gestis, périodique de médecine et d’histoire naturelle qui paraît à partir de 1752.

De la correspondance que Séguier entretint avec lui, il ne nous est parvenu qu’une épave, une lettre conservée dans les collections d’autographes de la Staatsbibliothek de Berlin. La disparition des lettres de Séguier à Ludwig n’est pas une surprise Continuer la lecture

Lettres du médecin grenoblois Jean-François Nicolas à Séguier

La bibliothèque municipale de Grenoble conserve vingt lettres adressées à Séguier par le médecin grenoblois Jean-François Nicolas (1738-1819). Ces lettres, qui faisaient partie de la correspondance passive du savant nîmois, ont sans doute été extraites du fonds après sa mort et ont circulé sur le marché des autographes avant d’être acquises par l’établissement grenoblois[1]. Les lettres de Séguier à Nicolas semblent en revanche avoir été perdues.

Nicolas est une figure représentative des Lumières médicales provinciales[2]. Continuer la lecture

Lettres de Jacobus Gerhard et Philipp Van Swinden

 

Le mathématicien et physicien Jan Hendrik Van Swinden est aujourd’hui le membre le mieux connu de la dynastie néerlandaise des Van Swinden. Professeur à Franeker, il s’illustra par ses travaux sur le champ magnétique terrestre, tout en développant dans les années 1780 des outils mathématiques afin de faciliter les recensements de population. Séguier appréciait en tout cas sa production, s’efforçant d’acquérir ses publications par l’intermédiaire des frères de Tournes. Il avait bien connu son oncle, Jacobus Gerhard, avec qui il avait entretenu une correspondance suivie dès 1738 avant que la mort de celui-ci n’y mette brutalement un terme en 1741. S’il échangea par la suite quelques lettres avec son frère Philipp, avocat à la Cour de Hollande comme son aîné et père de Jan Hendrik.

Continuer la lecture

Lettres de Joseph-Maximilien Séguier à son frère Jean-François

La longue letBassin de la fontaine 2tre écrite par Joseph-Maximilien Séguier, le plus jeune frère de Jean-François, est un témoignage irremplaçable. Fasciné dès les premiers travaux de creusement par l’abondance des vestiges romains exhumés, il suivit de très près le déroulement du chantier, probablement grâce aux liens de parentèles qui unissaient les Séguier à la notabilité nîmoise. Il rédigea ainsi en février 1740 une longue lettre en forme de mémoire décrivant avec précision les structures et les objets découverts, tout en recopiant avec soin les inscriptions. Bon dessinateur (il avait appris à manier le crayon avec un des frères Natoire dont l’oncle dirigeait les travaux de La Fontaine), il envoya à son frère un plan d’ensemble, malheureusement perdu.

Continuer la lecture

Correspondance de Séguier avec Joseph Pellerin et Jules-François-Paul Fauris de Saint-Vincens

Lily Servel vient de mettre en ligne deux ensembles de lettres, dont l’édition critique résulte d’un travail de Master 1 réalisé sous la direction d’Emmanuelle Chapron au département d’histoire de l’Université Aix-Marseille. Le premier ensemble est issu de la correspondance entre Jean-François Séguier et Joseph Pellerin (1684-1782). Il s’agit de vingt-quatre lettres rédigées par Séguier entre le 27 février 1765 et le 18 janvier 1773, conservées aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France (NAF 1074, fol. 167-224). Dix-huit lettres adressées par Pellerin à Séguier ont également été conservées (Bibliothèque Carré d’Art, ms. 150). Le début de la correspondance manque, alors que la fin des échanges est probablement documentée.

Depuis 1745, Pellerin, ancien Premier commis de la Marine pour le bureau du Levant, se consacre entièrement à sa passion des médailles. Érudit et numismate reconnu de son temps, il est celui qui met en place le classement des médailles selon leur provenance géographique, et non plus alphabétique. Il est l’un des précurseurs de Joseph Hilarius Eckhel, reconnu comme étant le fondateur de la science numismatique. Entre 1765 et 1770, les échanges sont très soutenus, puis l’âge très avancé de Pellerin et sa santé défaillante, dont la cécité qui le touche, mettent un terme à la correspondance. Seules deux lettres sont envoyées par Séguier entre 1771 et 1773, ne recevant très probablement aucune réponse. Les discussions tournent principalement autour des travaux de Pellerin, comme les Suppléments aux six volumes de recueils des médailles de rois, de peuples et de villes… publiés en 1765. On peut alors découvrir les querelles qui divisent le monde de la numismatique à cette époque, puisque Pellerin en est l’un des personnages centraux. Les lettres sont également un moyen pour les numismates de partager leurs interrogations à propos de leur travail et de leur collection de monnaies et médailles, ce que Séguier n’hésite pas à faire avec Pellerin. Continuer la lecture

Lettres de Jean-Antoine-Hubert Roudil de Berriac

C’est à Jean-François Séguier que Jean-AntoineHubert Roudil de Berriac dédia, en 1772, son Monumentorum galaticorum synopsis, qu’il venait de faire imprimer à Livourne. Fils d’Antoine François Roudil de Berriac, propriétaire de la Manufacture de drap de Cenne-Monestiés et « receveur des tailles, garde ancien des gabelles* » du diocèse de Carcassonne, le jeune homme était entré en correspondance avec l’antiquaire nîmois au milieu des années 1760, la première lettre conservée étant datée du 22 février 1766. Berriac souhaitait en effet concourir au prix de l’Académie des belles-lettres de Toulouse pour l’année 1767. Il s’agissait de déterminer « l’étendue de la partie de la Celtique habitée par les Volques tectosages avant l’entrée des Romains dans leur pays ». Ses attentes ne furent pas déçues. Séguier, qui visiblement connaissait bien son père et qui partageait une amitié commune pour Antoine Albert, docteur en droit et en médecine, procureur du roi à l’hôtel de ville de Carcassonne, répondit à ses demandes au-delà de toute espérance, l’aidant constamment tout au long de la rédaction de la dissertation qui obtint le prix « doublé » de l’Académie en 1767 (il avait été « réservé » en 1764 et annoncé « doublé » pour 1767).

Continuer la lecture

Lettres d’Hubert de Folard

Si le chevalier de Folard est relativement connu, notamment grâce au livre de Jean Chagniot, peu de travaux ont été consacrés jusqu’ici à Nicolas-Joseph Folard (1664 ou 1666-1741), dominicain devenu en 1712 chanoine de l’église cathédrale de Nîmes. « Homme d’esprit et d’une grande érudition » selon Léon Ménard, l’abbé avait recueilli chez lui, à Nîmes, son neveu Hubert de Folard (1709-1799), qui étudia chez les jésuites. Condisciple et ami de Séguier, il entama par la suite une carrière diplomatique. Après avoir participé à la diète de Francfort en 1741, il fut nommé ministre de France auprès des Cercles de Franconie.

C’est en 1748 que Séguier renoua avec son compagnon de jeunesse, Maffei souhaitant faire parvenir à la margravine, sœur de Frédéric II, un exemplaire de sa comédie Il Raguet. Folard mit alors Séguier en relation avec Pierre-Chrétien Wagner (1703-ap. 1764), médecin du prince de Bayreuth, et bibliothécaire et garde du cabinet de curiosités de la margravine. Cette relation devait s’avérer particulièrement fructueuse. Les lettres conservées montrent en tout cas que le ministre de France avait conservé un « tendre et ancien attachement » pour celui qui avait bien connu son oncle, le chanoine, dont Séguier n’eut de cesse de demander des nouvelles à son ami Baux entre 1732 et 1741. Continuer la lecture

Lettres de Joseph Bimard de La Bastie-Montsaléon à Séguier

Ayant quitté très tôt le métier des armes, après quatre années seulement de service, le jeune baron de La Bastie se jeta avec passion dès la fin des années 1720 dans l’étude des médailles et des antiquités. Il avait acquis dans ses jeunes années une solide connaissance de la langue latine au collège de Carpentras, puis à Avignon chez les jésuites.

C’est en 1728 qu’il entra en relation avec Séguier par l’intermédiaire du cousin de ce dernier, Raymond Novy de Caveirac (1700-1773), avec qui il préparait l’édition d’un ouvrage sur les antiquités nîmoises qui ne vit jamais le jour. Continuer la lecture

Lettres d’Antoine Court de Gébelin à Séguier

La parution entre 1773 et 1782 des 9 volumes du Monde primitif analysé et comparé avec le monde moderne consacra le nom d’Antoine Court de Gébelin (1719-1784), alors modeste censeur royal et disciple de Quesnay. Il travailla en effet pendant plus de vingt ans à l’élaboration d’une œuvre majeure qui resta finalement inachevée tant l’entreprise était démesurée.

L’étude du « monde primitif », devait en fait, selon lui, permettre de remonter à la source des connaissances à travers ce qu’il catégorisait comme « les mots » (les langues) et « les choses » (les traditions, les mythes, les textes, les représentations). S’inscrivant dans la longue quête de la « langue primitive », qui de Locke à Rousseau n’avait cessé de traverser la pensée européenne, il considérait que tout fait culturel revêtait avant tout une dimension métaphorique. Il y avait eu ainsi correspondance étroite entre les mots et les choses, mais la dilution de cette langue masquait désormais toute vérité qu’il s’agissait ainsi de retrouver. Son Monde primitif, selon Anne-Marie Mercier-Faivre, devait ainsi compléter l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en accédant à la compréhension de ces vérités primitives. Continuer la lecture

Les lettres de l’abbé Barthélemy

Garde du cabinet des médailles du Roi depuis 1753, Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795), qui allait devenir trois décennies plus tard le célèbre auteur des Voyages en Grèce du jeune Anacharsis, parcourait l’Italie pour acquérir les médailles rares qui manquaient au cabinet du roi quand il entra en correspondance avec Séguier en 1755. Il venait tout juste d’apprendre la disparition de Maffei et avait donc décidé de s’adresser directement à son compagnon d’étude, dont il connaissait les liens d’amitié qui l’avaient uni à Claude Gros de Boze, à qui Barthélemy venait de succéder. Continuer la lecture

Lettres de Claude Gros de Boze à Séguier

Parmi les relations nouées à Paris, entre janvier 1733 et le départ pour Londres en mai 1736, peu devaient s’avérer aussi solides que celles que Séguier entretint avec Camille Falconet (1671-1762) et Claude Gros de Boze (1680-1753). Protégé par Nicolas-Joseph Foucault (1643-1721), grand bibliophile, ce dernier était devenu pensionnaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres dès 1705, dont il devint rapidement secrétaire perpétuel, avant d’entrer à l’Académie française en 1715. Nommé garde du cabinet des médailles et antiques en 1719, il mit au point une méthode efficace de classement des médailles, qu’il porta au plus haut point de perfectionnement, tout en constituant une remarquable bibliothèque d’incunables et autres rariora. Continuer la lecture