Les intellectuels travaillent-ils ?

Séminaire du groupe La construction des savoirs sociaux, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, salle 1, vendredi 5 avril 2019, 9h30-12h

Depuis une vingtaine d’années, tout un ensemble de recherches s’intéressent à la matérialité des pratiques savantes : aux gestes du corps et de la main, aux outils de papier, aux espaces investis. Il s’agit de considérer ce que Jean-Claude Perrot a appelé « l’histoire matérielle de l’abstraction », d’examiner « comment les savants travaillent », selon l’expression de Françoise Waquet. À partir du moment où l’on considère que l’activité savante n’est pas un processus immatériel, mais un ensemble de gestes inscrits dans un temps quotidien, un cadre matériel et un ensemble d’interactions sociales, il paraît assez naturel de considérer que les savants travaillent. Commettons-nous alors un anachronisme ou, pour reprendre l’expression de Dominique Méda, sommes-nous coupables d’une « illusion rétrospective » ?

Si l’expression de « travail intellectuel » n’apparaît que dans les dernières années du xviiie siècle, elle résulte évidemment de processus plus longs, qui touchent à la fois la manière dont on pense le travail et à l’auto-représentation des mondes lettrés. Y a-t-il une pensée du travail dans la manière dont les milieux savants ont conçu, vécu et décrit leurs activités avant le xixe siècle ? Quelles catégories utilisent-ils pour cela ? Comment l’activité intellectuelle a-t-elle progressivement été considérée comme un travail ? Les périodes médiévale et moderne apparaissent comme un moment charnière entre l’impossibilité de penser l’activité de l’esprit comme un travail, héritée de la culture gréco-romaine, et l’invention du travail intellectuel au xixe siècle, appuyée sur une définition générique du travail et de sa valeur. Ce sont ces transformations que tentera de suivre cette séance.

Introduction. Emmanuelle Chapron, Qu’est-ce que le travail intellectuel ?

Emmanuelle Chapron, Les savants modernes travaillent-ils ?

Emmanuel Bain, Le travail intellectuel comme labor au xiiie siècle.

Illustration : saint Paul écrivant l’épître aux Corinthiens, BnF lat. 12466, f. 95r. (source : gallica.bnf.fr)

L’édition électronique de la correspondance de Séguier : un point en arrière

séguier

Relativement oubliée depuis la fin du XVIIIe siècle, la figure de Séguier a été redécouverte dans les années 1980. Botaniste, épigraphiste, collectionneur de médailles et de fossiles, le savant a sans doute pâti de son éparpillement disciplinaire et de son incapacité à mener à publication ses immenses recherches manuscrites. La thèse d’Elio Mosele, puis les colloques organisés à l’occasion du bicentenaire de sa mort (1784) et du tricentenaire de sa naissance (1703), ont contribué à un regain d’intérêt autour de cette figure de savant moyen, d’érudit en marge des Lumières. En étudiant ses carnets et sa correspondance, Daniel Roche redonne définitivement à Séguier l’étoffe d’un Républicain des lettres. Dans la foulée de ces travaux, et d’un plus récent colloque tenu à Nîmes (2003), les papiers de Séguier ont fait l’objet de plusieurs travaux ou d’éditions particulières : la correspondance avec le naturaliste Pierre Baux est publiée en 2006 par Samuel Cordier et François Pugnière, les carnets de correspondants et de visiteurs en 2008 par Emmanuelle Chapron.

Un projet plus ambitieux d’édition et d’étude des archives savantes de Séguier prend naissance dans le cadre de l’Institut Européen Séguier (association nîmoise fondée en 2005). Une structure ad hoc, le Comité international Séguier, est mise en place à l’initiative de Gabriel Audisio et se réunit pour la première fois au printemps 2010.

Les premières années du projet ont été consacrées à deux chantiers  Continuer la lecture

Archives savantes des Lumières

L’objet scientifique sur lequel repose l’existence de ce carnet sont les archives savantes de l’érudit nîmois Jean-François Séguier (1703-1784) : sa correspondance (environ 3000 lettres), ses notes de lecture et de travail, ses carnets de recherche, ses récits de voyage, ses répertoires, ses dessins, ses collections d’antiquités et d’histoire naturelle.