Lettres d’Hubert de Folard

Si le chevalier de Folard est relativement connu, notamment grâce au livre de Jean Chagniot, peu de travaux ont été consacrés jusqu’ici à Nicolas-Joseph Folard (1664 ou 1666-1741), dominicain devenu en 1712 chanoine de l’église cathédrale de Nîmes. « Homme d’esprit et d’une grande érudition » selon Léon Ménard, l’abbé avait recueilli chez lui, à Nîmes, son neveu Hubert de Folard (1709-1799), qui étudia chez les jésuites. Condisciple et ami de Séguier, il entama par la suite une carrière diplomatique. Après avoir participé à la diète de Francfort en 1741, il fut nommé ministre de France auprès des Cercles de Franconie.

C’est en 1748 que Séguier renoua avec son compagnon de jeunesse, Maffei souhaitant faire parvenir à la margravine, sœur de Frédéric II, un exemplaire de sa comédie Il Raguet. Folard mit alors Séguier en relation avec Pierre-Chrétien Wagner (1703-ap. 1764), médecin du prince de Bayreuth, et bibliothécaire et garde du cabinet de curiosités de la margravine. Cette relation devait s’avérer particulièrement fructueuse. Les lettres conservées montrent en tout cas que le ministre de France avait conservé un « tendre et ancien attachement » pour celui qui avait bien connu son oncle, le chanoine, dont Séguier n’eut de cesse de demander des nouvelles à son ami Baux entre 1732 et 1741. Continuer la lecture

Lettres de Joseph Bimard de La Bastie-Montsaléon à Séguier

Ayant quitté très tôt le métier des armes, après quatre années seulement de service, le jeune baron de La Bastie se jeta avec passion dès la fin des années 1720 dans l’étude des médailles et des antiquités. Il avait acquis dans ses jeunes années une solide connaissance de la langue latine au collège de Carpentras, puis à Avignon chez les jésuites.

C’est en 1728 qu’il entra en relation avec Séguier par l’intermédiaire du cousin de ce dernier, Raymond Novy de Caveirac (1700-1773), avec qui il préparait l’édition d’un ouvrage sur les antiquités nîmoises qui ne vit jamais le jour. Continuer la lecture

Jean-François Séguier et la Bibliothèque historique de la France

La première édition de la Bibliothèque historique de la France du père Jacques Lelong (1665-1721) avait été imprimée à Paris en 1719. L’oratorien, bibliothécaire de la maison de Saint-Honoré, avait travaillé pendant plus de trois ans afin de recenser et analyser les grandes collections de pièces relatives à l’histoire de France. Sa mort prématurée, en 1721, avait malheureusement mis un terme à un projet de seconde édition augmentée auquel il travaillait assidûment.

Ses notes et son exemplaire de l’ouvrage surchargé de corrections passèrent toutefois dans les mains de Charles-Marie Fevret de Fontette (1710-1772), conseiller au parlement de Bourgogne, qui les utilisa abondamment pour préparer une nouvelle édition de la Bibliothèque historique. Elle fut publiée en cinq volumes par Jean-Thomas Hérissant, imprimeur du roi, entre 1768 et 1778. Le cinquième et dernier volume ne put toutefois être achevé du vivant de son éditeur. C’est en fait le géographe Jean-Louis Barbeau de la Bruyère (1710-1781), avec qui Séguier était en liaison épistolaire, qui mena à bien l’entreprise en éditant non sans peine la dernière partie de l’ouvrage en 1778. Continuer la lecture

Les correspondants de Séguier en cartes…

Une première série de cartes localisant les correspondants, ne tenant donc pas compte du volume des lettres échangées, est en cours d’élaboration. Deux périodes ont été distinguées, la première période nîmoise, les années de pérégrination et le séjour à Vérone, soit 1728-1755, puis le retour et l’installation à Nîmes à partir de 1756. Une autre série de cartes, par volume de lettres conservées, devrait voir le jour à terme.

Pour télécharger les cartes :

Correspondances de Séguier

 

Lettres d’Antoine Court de Gébelin à Séguier

La parution entre 1773 et 1782 des 9 volumes du Monde primitif analysé et comparé avec le monde moderne consacra le nom d’Antoine Court de Gébelin (1719-1784), alors modeste censeur royal et disciple de Quesnay. Il travailla en effet pendant plus de vingt ans à l’élaboration d’une œuvre majeure qui resta finalement inachevée tant l’entreprise était démesurée.

L’étude du « monde primitif », devait en fait, selon lui, permettre de remonter à la source des connaissances à travers ce qu’il catégorisait comme « les mots » (les langues) et « les choses » (les traditions, les mythes, les textes, les représentations). S’inscrivant dans la longue quête de la « langue primitive », qui de Locke à Rousseau n’avait cessé de traverser la pensée européenne, il considérait que tout fait culturel revêtait avant tout une dimension métaphorique. Il y avait eu ainsi correspondance étroite entre les mots et les choses, mais la dilution de cette langue masquait désormais toute vérité qu’il s’agissait ainsi de retrouver. Son Monde primitif, selon Anne-Marie Mercier-Faivre, devait ainsi compléter l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en accédant à la compréhension de ces vérités primitives. Continuer la lecture

Les lettres de l’abbé Barthélemy

Garde du cabinet des médailles du Roi depuis 1753, Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795), qui allait devenir trois décennies plus tard le célèbre auteur des Voyages en Grèce du jeune Anacharsis, parcourait l’Italie pour acquérir les médailles rares qui manquaient au cabinet du roi quand il entra en correspondance avec Séguier en 1755. Il venait tout juste d’apprendre la disparition de Maffei et avait donc décidé de s’adresser directement à son compagnon d’étude, dont il connaissait les liens d’amitié qui l’avaient uni à Claude Gros de Boze, à qui Barthélemy venait de succéder. Continuer la lecture

Lettres de Claude Gros de Boze à Séguier

Parmi les relations nouées à Paris, entre janvier 1733 et le départ pour Londres en mai 1736, peu devaient s’avérer aussi solides que celles que Séguier entretint avec Camille Falconet (1671-1762) et Claude Gros de Boze (1680-1753). Protégé par Nicolas-Joseph Foucault (1643-1721), grand bibliophile, ce dernier était devenu pensionnaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres dès 1705, dont il devint rapidement secrétaire perpétuel, avant d’entrer à l’Académie française en 1715. Nommé garde du cabinet des médailles et antiques en 1719, il mit au point une méthode efficace de classement des médailles, qu’il porta au plus haut point de perfectionnement, tout en constituant une remarquable bibliothèque d’incunables et autres rariora. Continuer la lecture

Lettres du président Bon de Saint-Hilaire à Séguier

François-Xavier de Bon de Saint-Hilaire (1678-1761) , premier président de la Cour des comptes, aides et finances de Montpellier, est une figure majeure de l’érudition et de la collection languedocienne dans la première moitié du 18e siècle. S’il est connu pour sa Dissertation sur l’araignée contenant la vertu & les propriétés de cet insecte, avec la qualité & l’usage de la soie qu’il produit & des gouttes qu’on en tire pour la guérison de l’apoplexie, de la léthargie et de toutes les maladies soporeuses, parue en 1710, il n’en assembla pas moins une collection d’Antiques et de médailles assez remarquable, dont une partie provenait des fouilles de la Fontaine à Nîmes. Il fut d’ailleurs un des premiers à rendre compte des découvertes dans les Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, dès 1739. Continuer la lecture

Lettres de Charles-Louis Clérisseau à Séguier

Les MonumentMaison Carrée Clérisseau 1804s de Nismes, première partie des Antiquités de la France de Charles-Louis Clérisseau (1722-1820), comme les planches publiées d’après ses dessins par Robert Adam à Londres en 1764, sont des jalons marquants dans l’essor de l’esthétique néoclassique et dans ce que Marc Fumaroli a pu nommer la « conversion du regard ».

C’est en 1767 que le jeune architecte, auréolé de son prix de Rome, obtenu en 1751, rencontra Séguier à Nîmes, alors qu’il rentrait d’Italie. De passage dans le Midi, il réalisa un grand nombre de croquis et de dessins qui auraient dû former à terme une série de recueils dans l’esprit de leur auteur, mais qui n’allèrent pas au-delà du volume consacré aux antiquités nîmoises. Continuer la lecture

Lettres du comte de Caylus à Séguier

Séguier n’entra en correspondance avec le comte de Caylus, figure majeure de l’antiquariat européen, qu’en 1760. Leurs échanges furent limités et seulement deux lettres de l’auteur des Receuils d’Antiquités ont été conservées. C’est par l’intermédiaire de Léon Ménard, que le comte n’appréciait pourtant guère, que le nîmois lui envoya des relevés qu’il avait réalisés sur le site de La Fontaine et qui semblent aujourd’hui perdus, à moins qu’il ne s’agisse de l’actuel manuscrit 540 de la Bibliothèque municipale de Nîmes.

Séguier offrit par la suite une tête de bronze à son correspondant, qui la refusa arguant du fait que c’était un « monument recommandable pour la ville de Nîmes », ajoutant qu’il ne « faisait point un cabinet », se contentant de «  rassembler des morceaux sur lesquels on peut avoir quelque opinion particulière, soit par la singularité de leurs attributs, celle de la matière ou de la nation ». Il se contenant ainsi de quelques fragments de vases et d’esquilles d’ivoire trouvées récemment à Nîmes. Continuer la lecture

Lettres de Séguier à Hans Sloane et brouillons de réponse

C’est en 1736, à Londres, que Séguier découvrit avec émerveillement l’extraordinaire cabinet d’Hans Sloane (1660-1753), à l’origine des collections du British Museum. Les lettres qu’il écrivit alors à Pierre Baux, son ami d’enfance, ne tarissent pas d’éloges. Ainsi affirmait-il, pour décrire ce « cabinet de curiosités naturelles, peut-être le plus beau qu’il y ait au monde », qu’il faudrait « faire un livre pour parler de tout ce qu’[il y a] de beau et de curieux ». Séguier passa en tout cas beaucoup de temps à parcourir les collections du médecin, prenant également des notes en abondance dans la bibliothèque alors qu’il préparait sa Bibliotheca botanica. Continuer la lecture

La correspondance entre Séguier et Léon Ménard

Léon Ménard, Musée des Beaux-Arts NîmesL’historien Léon Ménard (1706-1767), comme Séguier, appartenait au monde de la notabilité catholique nîmoise. Conseiller au présidial, il abandonna néanmoins sa charge en 1744, résidant le plus souvent à Paris où il fut élu membre associé de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres en 1746. Si la publication, entre 1744 et 1758, des sept volumes de son Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes contribua à assurer sa notoriété, Ménard n’en fut pas moins raillé par Voltaire face auquel il avait défendu avec virulence l’authenticité du testament politique du cardinal de Richelieu. Continuer la lecture

Lettres de l’abbé Daudé de Tardieu de Labarthe à Séguier

Séguier entra en correspondance avec Jean-Jacques Hilaire Sylvestre Daudé de Tardieu de Labarthe (1721-1801) à une date inconnue, la première lettre conservée, datée du mois de mai 1764, n’étant pas de toute évidence la première. Les deux hommes s’étaient en réalité connus à Nîmes, où Labarthe avait quelque attache familliale et un procès pendant au siège présidial.

Si l’affaire de la bête du Gévaudan, pour laquelle Séguier nourrit un intérêt soutenu, occupe une place prépondérante dans les échanges épistolaires des années 1764-1766, les lettres prirent par la suite une tournure, plus personnelle, fondée sur une estime réciproque et une amitié commune avec La Condamine. Continuer la lecture