Lettres de Jean-Antoine-Hubert Roudil de Berriac

C’est à Jean-François Séguier que Jean-AntoineHubert Roudil de Berriac dédia, en 1772, son Monumentorum galaticorum synopsis, qu’il venait de faire imprimer à Livourne. Fils d’Antoine François Roudil de Berriac, propriétaire de la Manufacture de drap de Cenne-Monestiés et « receveur des tailles, garde ancien des gabelles* » du diocèse de Carcassonne, le jeune homme était entré en correspondance avec l’antiquaire nîmois au milieu des années 1760, la première lettre conservée étant datée du 22 février 1766. Berriac souhaitait en effet concourir au prix de l’Académie des belles-lettres de Toulouse pour l’année 1767. Il s’agissait de déterminer « l’étendue de la partie de la Celtique habitée par les Volques tectosages avant l’entrée des Romains dans leur pays ». Ses attentes ne furent pas déçues. Séguier, qui visiblement connaissait bien son père et qui partageait une amitié commune pour Antoine Albert, docteur en droit et en médecine, procureur du roi à l’hôtel de ville de Carcassonne, répondit à ses demandes au-delà de toute espérance, l’aidant constamment tout au long de la rédaction de la dissertation qui obtint le prix « doublé » de l’Académie en 1767 (il avait été « réservé » en 1764 et annoncé « doublé » pour 1767).

Fort de ce succès, il s’attela ensuite au prix de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, fondé en 1754 par le comte de Caylus (le prix fut obtenu en 1769 par l’abbé Antonio-Maria Zanetti). Séguier lui apporta toute l’aide voulue avec la générosité ordinaire dont il était capable, le recommandant notamment à Esprit Calvet qui lui ouvrit les portes de L’Inguimbertine en le recommandant à l’abbé de Saint-Véran. Dès lors, il envoya régulièrement à Séguier des relevés d’inscriptions, glanés au cours de ses voyages, et notamment l’inscription mithriaque de Bourg-Saint-Andéol qu’il releva le mieux qu’il put.Le séjour que fit Roudil de Berriac à Nîmes en septembre 1769, à son retour de Genève, fut cependant terni par la disparition de son père qui mit un terme à l’existence d’honnête curieux qu’il avait menée jusqu’ici. La gestion des affaires familiales et la survivance des charges que détenait son père eurent raison du temps qu’il était en mesure de consacrer à ces études, alors même qu’il commençait à se passionner pour les inscriptions Galates. Les échanges de livres et de médailles, par l’intermédiaire d’Antoine Gouan, receveur des tailles du diocèse de Montpellier et oncle du médecin et botaniste, se poursuivirent néanmoins assidûment, Roudil Berriac tenant son correspondant nîmois régulièrement informé des découvertes archéologiques faites à Carcassonne ou à Toulouse. Le départ de Roudil de Berriac pour l’Italie, en mai 1772, permit par ailleurs à Séguier de lui confier une longue liste d’ouvrages, tout en le recommandant aux quelques connaissances qu’il conservait encore en Italie**. Il fut ainsi accueilli chaleureusement par Carlo Allione à Turin, ou par Giovanni Maria della Torre et Lord Hamilton à Naples, avec qui Séguier entretenait une correspondance dont il ne reste malheureusement que quelques épaves. Il put ainsi ramener à Séguier, outre une partie des livres demandés, des échantillons de laves du Vésuve ou de soufre de la Solfatare que l’Ambassadeur de Grande-Bretagne avait fait rassembler à son intention.

Les relations épistolaires entre les deux hommes finirent toutefois par se distendre après le retour en France de Roudil de Berriac, écrasé par le poids de ses obligations, bien qu’il consacrât encore une partie de son temps à ses travaux d’antiquaire. L’annonce de son mariage avec la demoiselle de la Porterie de Roquecourbe, en janvier 1778, ne lui permettait visiblement plus « d’allier la culture des lettres avec les soins du ménage et ceux d’une fortune composée de divers objets dont quelques-unes demandent une attention continuelle et non interrompu ». Ce fut la dernière lettre que les deux hommes échangèrent.

* Voir Claude Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle : étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, Société d’étude scientifique de l’Aude, 1993.

** Emmanuelle Chapron, « ” Avec bénéfice d’inventaire ” ? Les lettres de recommandation aux voyageurs dans l’Europe du XVIIIe siècle », Mélanges de l’Ecole française de Rome, 2010, p. 431-453.

Citer ce billet: François Pugniere, "Lettres de Jean-Antoine-Hubert Roudil de Berriac," publié sur Archives savantes des Lumières, 28/03/2016, https://seguier.hypotheses.org/207.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.