Le médecin Pierre Cusson, ou comment rendre les livres

Dans les années 1770, le médecin et botaniste montpelliérain Pierre Cusson (1727-1783) entretient une correspondance nourrie avec Séguier. Trente-deux lettres témoignent des relations nouées entre 1770 et 1777, à l’intérieur d’une correspondance qui a sans doute été beaucoup plus fournie et dont on n’a conservé que les lettres de Cusson, ainsi que deux brouillons de Séguier. Les lettres sont rassemblées sans ordre dans le ms. 94 de la Bibliothèque municipale de Nîmes, dans un dossier qui porte une annotation liminaire de la main de Séguier : « hist. naturelle / Cusson » (fol. 155).

Au moment où il entre en communication avec Séguier, Cusson exerce depuis 1767 les fonctions de vice-professeur de botanique à la faculté de médecine de Montpellier : « chargé depuis 2 ans de faire le cours de botanique, j’ay trouvé tant de difficulté à donner les caractères des genres des plantes ombellifères à mes auditeurs que je me suis décidé à travailler cette famille épineuse » (31 août 1770). Il s’agit en réalité d’un retour à la botanique. Né à Montpellier en 1727, Pierre Cusson a d’abord fait carrière chez les jésuites et enseigné pendant cinq ans  dans leurs collèges du Puy, de Béziers et de Toulouse ; il a ensuite quitté la Compagnie pour entreprendre des études de médecine dans sa ville natale, où il est reçu docteur en 1753. Ses premiers travaux d’histoire naturelle sont remarqués par Jussieu, qui l’envoie botaniser en Espagne, à Majorque et à Minorque, d’où il rapporte une belle collection de plantes. À son retour à Montpellier, il reprend sa pratique médicale, sans abandonner ses observations botaniques.

Pendant sept années, la correspondance entre Cusson et Séguier porte presque exclusivement sur des questions de taxinomie et de description botaniques. Les lettres mettent en évidence trois aspects du travail savant. Le premier est le caractère éminemment collaboratif de cette recension botanique. Pour son travail sur les ombellifères, Cusson met en place une large correspondance européenne, de l’Italie à l’Angleterre, de la Hollande à la Suède, qui s’accompagne de nombreuses affiliations académiques et d’apprentissages linguistiques[1]. Dans le même temps, les lettres illustrent le décalage entre l’investissement épistolaire et les résultats obtenus, fortement déceptifs. « Mes correspondants m’ont bien mal traitté cette année. Ils m’oublient tous. Linné, Van Royen, Burmann, De Jussieu, Jacquin, Hill se sont ruinés en promesses » (20 mars 1772).

En second lieu, les lettres abordent souvent les difficultés de la gestion du temps chez des savants qui sont tout à la fois enseignants, praticiens et chercheurs. Médecin actif, Cusson donne également des cours de botanique (1767) et d’anatomie (1771) à l’université : « je profitteray de l’intervalle d’un cadavre à l’autre pour vous faire passer les pieds et les graines qui pourront vous faire plaisir » (3 février 1771). « Vous devés me trouver lambin en tout. Mais je fais tant de métiers que dès qu’on en connoit qu’un, on peut me croire paresseux » (27 décembre 1771). La lettre du 27 septembre 1776 est particulièrement disserte sur le quotidien d’un homme qui court constamment après le temps. Couché tard, levé « de manière à être dehors à huit heures en hiver et un peu plus tôt en été […], je passe tout le temps que me laisse libre la pratique à étudier, à extraire, à travailler et cela dès que je rentre dans la maison ».

Enfin, la correspondance met en évidence les circulations livresques qui accompagnent celle des lettres. Cusson emprunte de nombreux livres à Séguier, qu’il a la mauvaise habitude de conserver très longtemps, surtout lorsqu’il s’agit d’ouvrages fondamentaux pour son entreprise de description, comme l’Ordo plantarum d’Augustus Rivinus, ou l’Enumeratio systematica plantarum de Jacquin. Cusson reçoit le second en mars 1771 ; il détient déjà depuis un certain temps, avec la permission de Séguier, celui de Rivinus. En septembre de la même année, il écrit à Séguier qu’il « ose encore retenir » les deux ouvrages, mais promet de renvoyer sous peu, au moins celui de Jacquin. En décembre 1773, il lui « demande grâce » pour ses livres, promettant d’en avoir « bientôt fini ». Ce n’est qu’en juin 1775, après une lettre particulièrement comminatoire de Séguier, que l’Enumeratio regagne la bibliothèque nîmoise – le Rivinus est sans doute déjà reparti. De ces ouvrages, Cusson tire des extraits qu’il fait parfois copier par son fils, comme sur l’Ecphrasis de Columna, avec un résultat très mitigé : « J’ay fait copier les descriptions des diverses ombellifères par mon fils qui m’a omis des mots et mal placé des virgules au point que j’ay quelques descriptions où je n’entends pas » (s.d. [1771]).

À plusieurs reprises, Séguier doit réclamer expressément ses livres, au mépris des habitudes tacites de la République des Lettres. De manière assez cavalière, Cusson fixe le mode opératoire de leurs relations : « Agissons librement je vous prie ; et envoyez moi sans façon : j’ay besoin de Rivin ou de tel autre que je pourray vous avoir. On doit en agir ainsy entre Lettrés » (3 février 1771). Les lenteurs de Cusson forcent Séguier à s’exprimer de manière explicite, peut-être presque brutale, et à utiliser le truchement de leurs relations communes, en particulier d’Amoreux fils, pour récupérer manu militari les livres dont il a besoin : « Je vous fais mille et mille excuses de les avoir tant gardés. Si je ne vous les ay pas renvoyés à votre 1ère demande, c’est que jamais vous ne vous étiés expliqué comme vous le faites dans votre dernière lettre. J’ay pu croire que c’étoit l’envie de les avoir chés vous et non le besoin que vous en aviés qui vous portait à les demander. Actuellement je say que vous en avés besoin, il est très juste que vous les ayés pour vous en servir. Et si depuis votre dernière lettre ils ont pu vous être utiles, j’ay un vray regret de les avoir eu. Un peu d’indulgence pour votre affectionné serviteur qu’on assassine par des lenteurs » (5 juin 1775). Séguier lui-même semble s’être fait violence dans ce rappel à l’ordre : il n’est pas anodin que le second brouillon de lettre qu’il ait conservé soit justement celui de sa lettre du 17 juin 1775, en réponse à ce mea culpa de Cusson[2]. Dans les années suivantes, la bonne foi de ce dernier n’empêche pas de nouveaux retards : « Je reviens toujours à mon vomissement, je suis toujours long à rendre », comme il l’explique avec élégance en s’excusant du retard mis à lui rendre le traité de Burman sur la flore africaine (12 avril 1776).

La correspondance semble s’achever en juillet 1777, après une lettre de Cusson qui trahit un certain découragement : « la pratique étouffe la botanique. Les actes de mon fils aîné […] et les malades m’ont empêché de donner un coup d’œil sur les ombellifères depuis 8 mois ». De fait, son grand travail sur les ombellifères ne sera jamais imprimé. La fin de la correspondance coïncide également avec la nomination de Cusson à la chaire de mathématiques de l’université de Montpellier, dont il remplit les fonctions pendant sept ans et qui l’éloigne vraisemblablement de ses travaux botaniques. Singulièrement, c’est peu après cette mise à distance que Cusson rend visite à Séguier à Nîmes, le 22 septembre 1777, accompagné de son fils[3].

[1] Cusson est membre de l’Académie royale des sciences de Montpellier (il y est reçu adjoint en 1754), Cusson est également membre de la société physiocratique de Lund (1774), de l’Institut de Bologne (1778), de l’académie des sciences de Turin, et associé de la Société royale de médecine. Au moment de sa correspondance avec Séguier, il se met à l’apprentissage de l’allemand.

[2] Le premier est celui de sa première lettre à Cusson, en réponse à la lettre du 30 août 1770.

[3] BM Nîmes, ms. 284, fol. 12. C’est peut-être à cette occasion que Séguier inscrit l’adresse de Cusson (fils ?) à la fin de son carnet : « Mr Cusson médecin de l’hôpital Saint-Louis, à l’hôtel de Gironne à Montpellier » (fol. 31).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *