Le médecin Pierre Cusson, ou comment rendre les livres

Dans les années 1770, le médecin et botaniste montpelliérain Pierre Cusson (1727-1783) entretient une correspondance nourrie avec Séguier. Trente-deux lettres témoignent des relations nouées entre 1770 et 1777, à l’intérieur d’une correspondance qui a sans doute été beaucoup plus fournie et dont on n’a conservé que les lettres de Cusson, ainsi que deux brouillons de Séguier. Les lettres sont rassemblées sans ordre dans le ms. 94 de la Bibliothèque municipale de Nîmes, dans un dossier qui porte une annotation liminaire de la main de Séguier : « hist. naturelle / Cusson » (fol. 155).

Au moment où il entre en communication avec Séguier, Cusson exerce depuis 1767 les fonctions de vice-professeur de botanique à la faculté de médecine de Montpellier : « chargé depuis 2 ans de faire le cours de botanique, j’ay trouvé tant de difficulté à donner les caractères des genres des plantes ombellifères à mes auditeurs que je me suis décidé à travailler cette famille épineuse » (31 août 1770). Lire la suite

Séguier et ses correspondants lyonnais

Séguier et ses correspondants lyonnais

Séguier, tout au long de son existence, entretint des relations étroites avec l’ancienne capitale des Gaule, ne serait-ce qu’avec les libraires de Tournes (ms 311 et 312) et les Duplain. Il sut également toujours tirer partie des « occasions » que lui offraient les liens commerciaux étroits existant entre Nîmes et cette cité, particulièrement lorsqu’il résidait à Vérone. Les Castanier, négociants nîmois installés à Lyon, ou l’oncle de Pierre Baux, son plus proche ami nîmois, permirent ainsi la circulation des livres et des lettres par delà les monts à moindre frais, la voie de mer, par Gênes et Marseille, semblant plus onéreuse et paradoxalement plus longue. Après son retour à Nîmes, Séguier s’appuya, surtout dans les années 1760-1770, sur la branche lyonnaise de la famille De Villas, importants négociants dont Séguier connaissait bien les parents nîmois.

Séguier séjourna à Lyon à au moins deux reprises. La visite prolongée qu’il effectua avec Scipione Maffei du 1er au 6 janvier 1733, lui permit de relever un grand nombre d’inscriptions, s’intéressant notamment au peu que l’on pouvait voir de l’ancien théâtre dans la vigne des minimes (il ne fut identifié qu’en 1887, les dégagements débutant seulement en 1933). Maffei s’intéressait alors à l’autel taurobolique, trouvé en 1704, pour mieux réfuter l’interprétation qu’en avait donné le Père Hardouin en 1725. Lire la suite

La thermomanie des Lumières: la correspondance entre Séguier et Jean Gaussen

Né à Montpellier en 1737 dans une famille du grand négoce protestant, Jean Gaussen nourrit une passion commune à d’autres de ses contemporains : la thermométrie. Comparer les mesures effectuées à l’aide des différents thermomètres qui sont alors en circulation, étalonner les appareils à esprit de vin ou à mercure, rassembler les observations réalisées aux quatre coins du globe et à l’occasion des grandes expéditions : c’est à ces activités qu’il consacre ses journées, au moment où la correspondance avec Séguier permet de le saisir à l’œuvre, à la fin des années 1770. Il entretient alors avec le savant nîmois un échange relativement bref, mais très intense : pas moins de quarante-six lettres parviennent à Nîmes entre mars 1778 (incipit de la relation) et février 1780. Lire la suite

En ligne: correspondance entre Séguier et Augustin Bonet

Originaire de Castres, Augustin Bonet (1717-1772) est chantre au chœur de la cathédrale de Montpellier. C’est également un érudit, auteur d’un Dictionnaire languedocien resté manuscrit. Il entretient avec Séguier une courte correspondance, resserrée dans le temps (juin 1763-octobre 1764), dont on n’a conservé que les sept lettres de Bonet, réparties entre un volume alphabétique (BMN, ms. 138) et un recueil thématique sur l’histoire de Nîmes (BM Nîmes, ms. 210, incluant les deux lettres en français relatives à Antoine Arlier). Lire la suite

En ligne: correspondance entre Séguier et Richard Bouquier

Originaire de Martigues, Richard Bouquier s’est fait un nom dans l’histoire érudite locale pour avoir reclassé les archives de Nîmes au milieu du XVIIIe siècle. Ce n’est pas à cette époque que les deux hommes se sont connus – Séguier était alors à Vérone – mais quelques années plus tard, en 1760, lorsque Bouquier lui fait part de ses doutes à propos d’une inscription nîmoise reproduite dans l’Histoire de Nîmes de Ménard. La correspondance entre les deux hommes est très resserrée dans le temps (1760-1764), de taille réduite et relativement bien conservée : neuf lettres, dont six de Séguier à Bouquier (BM Aix-en-Provence, ms. 913) et trois de Bouquier à Séguier (BMN, ms. 135). La manière dont les lettres nous sont parvenues illustrent les différentes modalités de la « mise en archives » des correspondances savantes : celles de Séguier à Bouquier sont insérées dans un des sept volumes des « papiers Bouquier », mélanges relatifs à l’histoire de la ville d’Arles, qui finissent dans la bibliothèque du marquis de Méjanes ; celles de Bouquier à Séguier sont rassemblées dans un des volumes de la correspondance classée par ordre alphabétique[1]. Lire la suite

En ligne : Les lettres d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville

Le nom d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville (1680-1765) reste attaché à sa Théorie et pratique de jardinage, publié en 1712, et plus encore à sa Conchyliologie, qui connaît trois éditions, en 1742, en 1757 (inachevée) et en 1780 (édition posthume augmentée par les Favanne père et fils)[1].

Séguier et Dezallier d’Argenville entrent en correspondance par l’intermédiaire du président François-Xavier Bon (un parent de la mère de Séguier, que d’Argenville a rencontré lors de ses études de droit), et de l’incontournable Mme de Verteillac. Séguier avait évoqué avec cette dernière les travaux de D’Argenville ; un billet du savant parisien, inséré dans une lettre de la comtesse, enclenche la correspondance. Le billet n’a pas été conservé (il était sans doute joint aux lettres de Mme de Verteillac, qui ont été perdues), mais Séguier a gardé la minute de la première lettre qu’il envoie au naturaliste. S’ensuit une riche correspondance (31 lettres entre 1748 et la mort de d’Argenville, en 1765), visiblement bien conservée.

Les échanges relatifs aux pétrifications sont particulièrement nourris. Lire la suite

Séguier, restaurateur de la Maison Carrée

Maison Carrée, Charles Clérisseau, Recueil d’antiquités. Monuments de Nîmes, 1778.

De 1778 à 1781, Séguier, pourtant âgé, perclus de rhumatismes et sujet à un érysipèle envahissant, mena à bien la restauration de la Maison Carrée de Nîmes, dont il avait par ailleurs restitué l’inscription à la fin 1758 *. Le manuscrit 115 de la Bibliothèque de Nîmes conserve une grande partie de la correspondance et des pièces comptables de l’opération que Séguier mena à bien non sans mal, tant sa santé s’avérait fragile.

Dès 1777, à la demande du comte de Périgord, commandant en chef en Languedoc, et des consuls de la ville de Nîmes, Séguier dressa un état estimatif avant d’entreprendre les travaux l’année suivante, avec le soutien des États, qui accordèrent, après un refus initial, un versement de 4000 lt. Séguier s’appuya alors sur le savoir-faire et les connaissances de Gabriel Dardailhon, qui, comme lui, avait beaucoup contribué aux travaux de Clérisseau dont le Recueil d’antiquités parut en 1778. Lire la suite

Deux manuscrits retrouvés…

Relevé des découvertes de la Fontaine, ca 1740. BM de Nîme, ms 542.

L’exhumation, dès mai 1739, des vestiges de l’Augusteum * de la Fontaine, à Nîmes, donna matière très tôt à une riche production littéraire au sein du monde antiquaire, un premier compte-rendu des découvertes étant présenté devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres la même année. Rédigés par le baron de La Bastie et par le président de Bon, ces travaux furent publiés dans le tome XIV de l’Histoire de l’Académie royale, imprimé seulement en 1743. Entre-temps, l’historien Léon Ménard avait publié une lettre en forme d’Observations, adressée au marquis d’Aubais, dans le Mercure de France de juin 1739. Lire la suite

Les amitiés véronaises à l’épreuve de la distance: la correspondance avec le chanoine Giovan Jacopo Dionisi

Après le départ de Vérone et le retour à Nîmes, les relations italiennes de Séguier sont mises à l’épreuve de la distance[1]. Les échanges épistolaires ralentissent, deviennent plus sporadiques, voire s’éteignent, malgré l’oxygène apporté par les voyageurs qui circulent entre les deux pays. Les liens avec Vérone subissent le même sort, d’autant que les relations postales entre la France méridionale et la République de Venise sont particulièrement lentes et difficiles. Lire la suite

En ligne: la correspondance entre Séguier et Guettard

Avec le minéralogiste et botaniste Jean-Étienne Guettard (1715-1786), Séguier entretient une correspondance plusieurs fois raccommodée, qui marque bien l’écart croissant dans la notoriété et les fonctions respectives des deux hommes. On en a conservé dix lettres de Guettard à Séguier, rassemblées dans le volume de la BnF NAF 6568, et quelques lettres de Séguier à Guettard, beaucoup plus dispersées (Staatsbibliothek de Berlin, Bibliothèque centrale interuniversitaire de Clermont-Ferrand, Bibliothèque centrale du Muséum d’histoire naturelle) [1]. Lire la suite

D’Alembert à Nîmes: mémoire d’un voyage

L’une trace de la correspondance entretenue entre Séguier et D’Alembert est conservée à la bibliothèque de l’Institut de France. Les deux hommes se rencontrent à l’occasion du « voyage manqué d’Italie » que D’Alembert fait en compagnie de Condorcet, à l’automne 1770. Les encyclopédistes passent deux fois à Nîmes, en allant vers Montpellier en octobre, puis en revenant vers Marseille en novembre [1]. La rencontre avec Séguier n’a peut-être lieu que sur le chemin du retour, car le Nîmois est informé par son correspondant Roudil de Berriac, qui lui écrit de Carcassonne le 24 novembre 1770, qu’il « étai[t] à Nîmes lorsque M. d’Alembert et M. de Condorcet y passèrent. Ils se rendirent de là à Montpellier où ils ont passé 15 jours chez M. Duché avocat général et ont repris le 2 ou le 3 de ce mois le chemin de Lyon ». Lire la suite

« Homme à rester six mois et un an sans vous faire réponse » : la « correspondance » entre Jean-François Séguier et Camille Falconet.

Le médecin érudit Camille Falconet (1671-1762) est l’une des rencontres les plus importantes faites par Séguier au cours de son séjour parisien, entre janvier 1733 et mai 1736[1]. Comme Séguier le rapporte dans son récit de voyage, « M. Falconet, médecin, qui est de l’Académie des belles lettres, a une bibliothèque bien fournie de livres d’histoire naturelle, des auteurs de belles lettres, de médecine et histoire littéraire. Il me les prêtait les plus obligeamment du monde et on ne peut le faire ni avec plus de grâce, ni de politesse »[2]. C’est dans cette bibliothèque, qui compte à sa mort en 1762 près de 50 000 volumes, que Séguier commence les recherches qui aboutissent à la publication, quelques années plus tard, de sa Bibliotheca botanica[3].

Le gradient de notoriété entre les deux hommes ne facilite pas l’établissement d’une correspondance suivie. Lire la suite

Un bénédictin numismate de Besançon : Pierre-Philippe Grappin

Le bénédictin Pierre-Philippe Grappin (1738-1833), professeur au collège de Saint-Ferjeux près de Besançon, entretient une brève correspondance avec Séguier, bien conservée des deux côtés. Celle-ci commence classiquement par le don de deux ouvrages, portés à Nîmes par le jeune baron Claude de Servières qui rend visite à Séguier en juillet 1782. Il s’agit de deux dissertations qui ont remporté le prix de l’académie de Besançon, les Recherches sur les anciennes monnaies du comté de Bourgogne en 1774 et une dissertation sur l’origine de la mainmorte en 1778. Comme d’autres correspondants de Séguier – particulièrement les plus jeunes – Grappin met en avant la reconnaissance acquise dans les concours académiques comme marqueur de valeur savante. Comme à son habitude, Séguier répond très aimablement : il lit l’opuscule numismatique avec une grande attention, formule des remarques, pose des questions sur les caractères des monnaies. Encouragé, Grappin se lance auprès de ses correspondants dans une grande collecte d’informations sur les médailles gauloises et lui en transmet une « notice ». L’état de santé de Séguier met rapidement un terme à la correspondance. Quant à Grappin, la « faiblesse de sa santé » ne l’empêche pas de vivre jusqu’en 1833.